Retour vers le passé : Le Jour le plus long de Kansas City (1966)

 

REALISATEUR

Harald Philipp

SCENARISTE

Fred Denger

DISTRIBUTION

Pierre Brice, Lex Barker, Götz George, Ursula Glas…

INFOS

Long métrage allemand/italien/yougoslave
Genre : western
Titre original : Winnetou und das Halbblut Apanatschi
Année de production : 1966

Winnetou und das Halbblut Apanatschi (Le Jour le plus long de Kansas City en version française) est le neuvième long métrage de la série de « westerns choucroute » débutée en 1962 et consacrée aux aventures de l’apache Winnetou, création de Karl May très populaire en Allemagne. Mais même si le succès était le plus souvent au rendez-vous, la franchise Winnetou a commencé à montrer des signes d’essouflement à partir de cet opus et le français Pierre Brice allait (provisoirement) ranger son costume au placard après Le Trésor de la Vallée de la Mort sorti en 1968.

 

 

Le tournage du Jour le plus long de Kansas City a débuté sous la direction de Paul May, à qui l’on doit notamment Le Docteur Mabuse contre Scotland Yard. Mais suite aux fameuses « différences créatives », May a été renvoyé au bout d’une semaine et remplacé par Harald Philipp, qui avait déjà dirigé le sixième WinnetouL’Appât de l’Or Noir. Dans Le Jour le plus long de Kansas City, c’est une autre richesse qui va attirer les convoitises et retourner les amis contre les amis.

Le jour de son 21ème anniversaire, la métisse Apanatschi, fille du fermier Mac Haller et de l’apache Mine-Yota, reçoit en cadeau un filon d’or de la part de son père. La réaction de la jeune femme n’est pas très enjouée car elle sait que l’or n’apporte que des malheurs. Et elle ne croyait pas si bien dire : Mac est assassiné par deux vieilles connaissances qui voulaient lui faire avouer l’emplacement du filon. Les choses se compliquent encore pour Apanatschi lorsque le bandit Curly Bill entre dans l’équation. Heureusement qu’elle peut compter sur l’aide de Winnetou et de Old Shatterhand…

 

 

Ce neuvième volet de la saga Winnetou n’est pas inspiré par un roman de Karl May. Il s’agit d’une histoire originale qui n’est pas sans faiblesses, notamment au niveau de l’écriture avec des raccourcis scénaristiques un peu trop flagrants. Les personnages de Winnetou et Old Shatterhand (l’américain Lex Barker) mettent un peu de temps à avoir une véritable importance dans le récit et ils sont ici un peu trop réduits à leur fonction de « preux défenseurs », sans profondeur et sans la dynamique qu’ils pouvaient avoir dans de précédentes aventures…

Mais niveau action et rebondissements sur fond de superbes décors naturels yougoslaves, le divertissement reste au rendez-vous, avec comme point culminant une explosive bataille finale (à la violence tout de même atténuée vu la classification tous publics de ces westerns teutons).

Commentaires (0)