Retour vers le passé : Après Minuit (1989)

 

Horreur
Long métrage américain
Ecrit et réalisé par Jim & Ken Wheat
Avec Ramy Zada, Pamela Segall, Kerry Remsen, Mark McClure, Marg Helgenberger…
Titre original : After Midnight
Année de production : 1989

Les frangins Jim & Ken Wheat ont débuté leur carrière à la fin des années 70 avec le scénario du Silence qui tue, un slasher faisant partie des nombreux longs métrages qui ont surfé sur la vague du succès du Halloween de John Carpenter. L’essentiel de leur filmographie est dominée par le genre fantastique sous toutes ses déclinaisons, entre horreur (Le Cauchemar de FreddyLa Mouche II…), films/téléfilms d’attaques animales (Les Oiseaux IIMorsures…) et science-fiction (dont Pitch Black, qu’ils ont co-écrit avec David Twohy et qui reste à ce jour leur dernier film puisqu’ils n’ont plus rien signé depuis).

Les Wheat sont également passés trois fois derrière la caméra, leur réalisation la plus connue restant le téléfilm Les Aventures des Ewoks : La Bataille pour Endor. Pour le grand écran, ils ont réalisé deux films passés inaperçus, le thriller Lies en 1983 et l’anthologie horrifique Après Minuit en 1989. Après Minuit était l’occasion pour les frères de rendre hommage à un classique du film à sketches, l’excellent Au Coeur de la Nuit, et de concocter un script original car ils travaillaient alors le plus souvent sur des suites.

 

 

Après Minuit n’échappe pas au défaut principal de ce type de format, c’est-à-dire la qualité inégale des différents segments composant l’ensemble. Le fil rouge est le plus intrigant : des élèves participant à un cours sur la « psychologie de la peur » sont les spectateurs des méthodes pas vraiment traditionnelles de leur nouveau professeur (incarné par Ramy Zada, vu notamment dans Deux Yeux Maléfiques), à base de revolver et d’humiliation dans une introduction aussi peu crédible que percutante.

Comme cette expérience spectaculaire n’a pas plu à la direction de l’école, l’enseignant invite certains de ses étudiants pour une leçon privée à son domicile. Pour étudier les mécanismes de la peur, ils vont se raconter des histoires…qui auraient tout de même mérité d’être un peu plus corsées. La première permet de retrouver Mark « Jimmy Olsen » McClure dans une déclinaison sur le thème de la « Old Dark House ». Un couple en panne part demander de l’aide dans une vieille demeure au lourd passé. Il s’agit en fait d’une blague un peu trop bien préparée qui va déraper…si la chute est prévisible, l’atmosphère est soignée et la dernière scène plutôt efficace malgré l’effet de ralenti un peu cheap

 

 

La deuxième histoire décrit la nuit infernale vécue par quatre jeunes femmes poursuivies par un pompiste cinglé et sa meute de chiens féroces. Les Wheat laissent ici un peu plus de place à l’action mais il manque un grain de folie pour rendre ce mini-survival palpitant. Dans le dernier segment, Marg Helgenberger (dans son premier film après quelques rôles à la télévision) joue une employée d’un service de messagerie téléphonique aux prises avec un dangereux harceleur. Malgré quelques facilités, le suspense est cette fois-ci un peu mieux ficelé et le côté abrupt de la chute fonctionne bien.

Les réalisateurs/scénaristes reviennent alors à un fil rouge qui part sans crier gare dans tous les sens, résolution délirante qui trouve son explication (capillotractée) dans les dernières minutes. Bref, et même s’il y a des choses assez sympathiques, on est quand même loin de Au coeur de la Nuit et des adaptations ciné des EC Comics. Et en parlant de comics, un nom familier apparaît dans la distribution au poste de chef décorateur, Paul Chadwick. Le créateur de Concrete avait en effet brièvement travaillé dans le cinéma dans les années 80 et il avait déjà collaboré avec les Wheat en tant que storyboarder de La Bataille pour Endor.

Commentaires (0)