6

Critique de Créatures sacrées #2

par magictoad le mar. 6 août 2019 Staff

Rédiger une critique
SUITE ET FIN OU PLUTÔT SUITE ET COMMENCEMENT OU ENCORE SUITE ET NON FIN

Nous voilà maintenant conscient de la situation : Josh Miller, notre héros, a tué Naviel, ange laissé sur Terre pour contrôler les Néphilimes, créatures antédiluviennes, dotées de pouvoirs correspondants aux sept péchés capitaux, qui sont à l'origine de la manipulation visant Josh afin de se débarrasser de leur « ange gardien ». Il ne reste plus que l'enfant de Naviel, le Père Adrian, pour l'aider lui et ses proches.

Tout en continuant la progression de la poursuite de Josh par ses manipulateurs que composent ces sept entitées, chacune possédant le pouvoir d'un des péchés capitaux (Colère / Avarice / Envie / Orgueil / Gourmandise / Paresse / Luxure), nous allons avoir, par intermittence, l'origine des Néphilimes et de leurs interactions avec leur maton.

Graphiquement, Klaus Janson fait son apparition au dessin en s'occupant de la partie « passé » du récit avec un dessin assez moyen (bon encreur ne signifie pas forcément bon dessinateur) créant une personnification du passé qui se différencie bien de l'action présente bien que la qualité inégale crée un certain déséquilibre. Surtout que Janson ne reprend pas le tic graphique de son compère en utilisant des visages connus pour incarner ses héros ce qui agrandit d'autant plus le déséquilibre graphique entre les deux époques.

Tout cela est très excitant, nous voyons d'un côté des Néphilimes à brides rompues qui commencent à lâcher les watts et de l'autre Naviel, que l'on a fait qu'entrevoir jusqu'à maintenant, son destin, son histoire, sa croix, sa bataille (et elle a en vécu des choses). Nous voilà face un double dénouement à la fin de ce tome : le premier est passé, il explique pourquoi Vincent Cassel a voulu tué Zora la rousse (c'est la fin du premier récit), le second est actuel, il a bien malmené Josh et ses proches et il annonce un futur combat. Oui, ce deuxième tome n'est pas, en définitive, la suite et fin de cette histoire mais bien la fin de l'introduction d'un récit à venir.

Mazette, ces six épisodes ne représentent que le premier cycle d'un récit au long court, seule ombre au tableau : pas d'annonce pour le moment d'une date de parution de la suite, ce premier cycle s'est clos il y a plus d'un an et depuis : rien. Comme beaucoup trop souvent chez Image nous avons ce type de situation, des séries développées en cycles avec de grand temps d'attente entre deux, voire parfois pas de suite du tout. Les comics, dans ces cas-là, s'emparent de la tare de la franco-belges : des délais abyssaux entre deux tomes et des séries annulées à tire-larigot.

Peut-on conseiller la lecture d'une histoire sans être sûr de lui connaître une fin ?

Ici, comme nous sommes supposés avoir lu le premier tome, ce n'est pas peine perdue de lire le deuxième mais on s'expose alors à une frustration toute européenne en lieu et place d'un récit transatlantique. C'est bien pour cela que le comics est la force au pouvoir, créativement parlant, dans l'univers de la BD ces dernières décennies. Doit-on soutenir les récits qui ne respectent pas la règle des mini/maxi-séries mensuelles avec un début et une fin dans son prolongement mensuel où, quand il accuse quelques temps de retard, il soulève les protestations. Les pauses des séries au long cours chez Image s'expliquent par une volonté de laisser du temps au TPB/recueil d'être exploité afin d'augmenter le lectorat au maximum. Ajoutons à cela que les équipes créatives (surtout les scénaristes) sont très sollicitées et travaillent sur plusieurs séries en même temps, multipliant travaux en creator-owned et travaux de commande chez les Big Two afin de maximiser leurs revenus. Mais après un an d'attente, est-on sûr de voir une suite à cette série?

En bref

Les épreuves se succèdent pour Josh et ses proches, épaulés par le Père Adrian aux prises avec les sept péchés capitaux en mode énervés tandis que l'on va découvrir le passé commun de ces Néphilimes et de leur gardien Navriel. On découvre à la fin que cela n'en est pas une, d'où un malaise assez frustrant.

6
Positif

Les Sept en mode débridés

L'entrelacement des deux timelines

Une Naviel bien pensée

Negatif

Pas de fin tue la faim

Janson aux dessins

La trop grande différence de niveau graphique entre les deux timelines

magictoad Suivre magictoad Toutes ses critiques (31)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Créatures sacrées
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire