8

Critique de The Alexis Empire Chronicle

par MassLunar le sam. 19 sept. 2020 Staff

Rédiger une critique
Genèse d'une épique chronique

Les éditions Doki-Doki nous donnent un véritable coup de fouet pour cette rentrée avec le volume 1 de The Alexis Empire Chronicle, un manga d' heroic fantasy brutal et rondement mené porté par un dessin précis, intense et épique.

Au premier abord, ce manga adapté a priori d'un light novel d'Akamitsu Awamura ne révolutionne sans doute pas le registre de la fantasy épique. Nous sommes dans un monde en guerre où la menace est aussi bien interne qu'externe aux frontières de l'Empire. C'est là que nous pouvons relever quelques petites fêlures au niveau de l'intrigue à travers la figure d'antagonistes un peu clichés dont les apparitions se ponctuent par des rires goguenards et sans pitié. La dernière partie nous présente d'ailleurs un chef bandit assez stupide dont la cruauté demeure un peu poussive ( cf la scène du viol qui prouve que ce n'est pas un titre à mettre entre toutes les mains) . Toutefois, il serait dommage de se priver de plaisir pour ce premier tome qui présente avant tout une intrigue des plus ambitieuses malgré un cadre à première vue un peu conventionnel.

A travers la figure d'un jeune homme, bâtard de la cour impériale, élevé par sa tante, générale et mère protectrice d'une province impériale chérie, The Alexis nous conte l'histoire d'un royaume, d'une province pure qui va tenter de se relever d'un monde corrompu par la noblesse. C'est plutôt passionnant à suivre. Ce premier tome commence l'adaptation du roman d'Akamitsu Awamura à travers un long et trépidant prologue qui nous présente les enjeux, la menace et aussi le registre épique et surtout stratégique des combats. En effet, ce premier volume nous présente des séquences d'actions plutôt géniale où les affrontements reposent aussi sur de la stratégie. Pour l'instant, ce n'est qu'une mise en bouche mais nul doute que ce premier tome annonce des combats, des instances de bravoures qui ne vont certainement pas se limite à du fight bien bourrin. 

The Alexis, c'est donc l'histoire d'un royaume et d'un futur héros Léonaste qui va se dresser grâce à l'aide de ses conseillers et notamment ceux de la belle Sheala face à la corruption qui gangrène l'Empire. L'intrigue est épique parce qu'elle ne conte pas une quête solitaire. Les émotions sont présentes dès le prologue qui se conclue dans une belle apothéose tragique, de quoi provoquer un départ tout en intensité pour les chroniques de The Alexis. Les répliques sont précises, le ton est bien maitrisé et l'auteur n'a pas peur du drame pour rendre ce récit captivant. 

Mais c'est surtout du côté du dessin que ce manga décolle vraiment . Yû Satô est pas vraiment connu par chez nous. Je crois que c'est son premier titre publié en France et j'espère que ce mangaka aura un jour l'opportunité de publier en France un titre plus personnel. C'est un dessinateur qui possède un sens remarquable de la mise en scène et qui n'a pas peur de sortir le grand jeu en terme d'action avec d'amples cases sur le champs de bataille. Yû Satô est aussi bien à l'aise avec les instances de bravoures, jouant sur la lumière, la pose des personnages que sur des séquences plus dures, plus sombres émotionnellement parlant qui apportent un grain de dark fantasy  à l'histoire. Les morts hantent les pages et notre héros casse assez rapidement son image un peu lisse avec un côte berserker assez flippant qui apportera sans doute un peu de relief à une intrigue pour l'instant un peu manichéenne. Car si The Alexis s'avère un titre intéressant dans son ensemble, nul doute qu'en regardant de plus prés, nous sommes bien évidemment dans un tome d'exposition qui doit encore faire ses preuves, notamment dans l'écriture de ses méchants. Je l'ai déjà souligné mais une bonne histoire doit aussi être portée par de bons antagonistes. Pour l'instant, c'est assez fantomatique. Les méchants sont un peu en retrait tout en étant assez convenue. Nous allons voir comment la série évolue. Par contre, le titre s'avère aussi prometteur dans le sens où il nous prépare à des affrontements sur plusieurs échelons  : bandits, comploteurs, aristocrates, empire ennemi... C'est plutôt trépidant et nous pouvons nous attendre à une galerie de personnages marquants si toutefois l'écriture se montre audacieuse et inventive. 

Restons sur une note positive pour ce prologue des plus prometteurs.

Dans le même genre, je recommande Record of grancrest war qui repose un peu sur le même calibre. 

En bref

The Alexis Empire chronicle fait irruption dans le paysage manga à coups de lames, de sang et de larmes. Ce premier tome, résultant d'une adaptation d'un light novel, réalise aisément ses preuves malgré quelques petits scories au niveau de ses antagonistes. Dans tous les cas, il se range facilement dans l'un des titres majeurs de fantasy à suivre cette année. C'est une saga qui s'annonce épique et, pas seulement pour la qualité de ses combats, mais aussi pour son intrigue ambitieuse, annonciatrice de la genèse d'un véritable royaume.

8
Positif

Une intrigue intense et ambitieuse

Un dessin épique alliant instances de bravoures et moments de cruauté

Negatif

Des méchants très mééééchants (mouhahaha)

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (106)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,50€
Boutique en ligne
7,50€
Boutique en ligne
7,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)