7

Critique de Mutant #4

par Valoulou le lun. 22 août 2022

Rédiger une critique
Un tournant !

Avec ce quatrième numéro, Mutant magazine surprend une nouvelle fois son lectorat.

Une fois n’est pas coutume, le support garde ici la propreté et la qualité qu’il arbore depuis sa deuxième sortie. Tant au niveau de la couverture, du papier, de l’impression ou du format, l’ensemble se tient dans une réelle continuité ce qui est plus qu’appréciable, cela donnant au tout un véritable côté « collection », très important aux yeux de l’amateur de BD que je suis. A noter cependant un petit bémol sur les illustrations séparant les histoires que j’avais adoré dans le précédent numéro qui sont ici absentes, sûrement pour une question de pagination (?) que j’espère revoir à l’avenir.

Pour ce qui est du contenu, comme d’habitude nous ouvrons les premières pages sur les aventures des Agents Tonnerre, notamment sur la suite du combat de Dynamo entamé dans le n°3. Une suite qui marque un vrai regain d’engouement pour moi, bien que la narration à l’ancienne, basée en majorité sur des voix-off donne toujours ce rendu très linéaire à l’histoire. Car oui, bien que le début était un peu trop rapide, le super-employé incarnant Dynamo se faisant remettre à sa place par son boss pour son échec cuisant du dernier volume - ce qui s’annonçait intéressant d’entrée de jeu mais se fait bâcler en quatre cases (ce qui donne à peu près : 1) Convocation (la secrétaire du chef vient le chercher jusqu’à dans son bureau quand-mème… !) ; 2) Tirage d’oreilles (très gentillet) + légères menaces de licenciement (pas de quoi alerter les prud’hommes) ; 3) Excuses (appelons ça comme ça) ; 4) « Bon OK ! Je te pardonne […] ([…] mais c’est bien parce que c’est toi… et parce que ton boulot compte plus que ta vie à tes yeux (comme aux miens d’ailleurs - tien ça nous fait un point commun) »). S’en suit une demi-page de blabla avec un nouvel ordre de mission et de nouvelles capacités ajoutées à sa super-ceinture-lombaire (une radio et une lampe de poche) et voilà notre salarié de l’année reparti en mission.

Et c’est là que j’ai commencé a vraiment accrocher, malgré quelques rapidité dans la découpe, l’histoire, bien que peu originale dans sa trame pour cet épisode, nous invite à l’évasion. Je me suis presque surpris à avancer dans ma lecture avec autant d’intérêt pour ce personnage. Et, le point culminant de ce récit : ses scènes d’action plus que surprenantes dans leur dessin, les planches du titre étant habituellement rectilignes et classiques, une démarcation se fait, le plus naturellement du monde et c’était beau ! Beau à regarder et beau à lire, quasi audacieux pour cette série. Sans les voix-off incessantes et avec des planches de ce genre de façon régulière Les Agents Tonnerre serait plus que génial à suivre et c’est l’effet que ça m’a fait, quand au milieu de chapitre je tourne la page pour avoir la suite de l’aventure et que, non une histoire sur le personnage de Noman (avec une intrigue s’annonçant plutôt sympathique, je l’avoue) mais qui me laisse sur ma faim et me pousse à vouloir la suite ! Car oui, je veux savoir ce qui va se passer pour Dynamo (pour Noman aussi d’ailleurs, parce qu’il faut bien dire qu’il est dans la merde maintenant que Warlord lui a réussi à prendre le contrôle d’un de ses corps), c’est que c’est bon signe pour l’intérêt que je porte à la licence. A suivre donc.

Voilà, un petit développement sur cette série que je commence à trouver de plus en plus intéressante et qui va j’espère continuer sur cette lancée.

Comme d’hab’ la deuxième histoire est Fist of Justice, et comme d’hab’ c’est toujours un plaisir à lire. 

Les auteurs ont un talent extraordinaire pour aller de rebondissement en rebondissement et c’est ce qui fait toute la force de l’œuvre (ça et ce côté hyper décalé que l’on trouve dans l’écriture de fond). Ce coup ci, on se retrouve pile à la fin du dernier chapitre ou notre super-héros est très mal en point suite à son dernier affrontement. Fatigué, il tente de se réfugier dans un coin penard pour récupérer un peu avant de ce remettre en route (après tout, il est plus tout jeune le bonhomme). Mais manque de bol (oui, à ce niveau là c’est un euphémisme) il se prend une méga-pêche du gars qui l’a remplacé durant ses trente ans à l’asile - que j’appellerai Fist of Justice 2, pour des raisons évidentes de clarté (oui, ils ont le même super-nom). Puis n°2, un peu violent sur les bords et désireux de continuer sur sa lancée, fout une tartine de compêt’ à n°1 déjà affaibli par toutes les merdes qui lui sont tombées sur le coin de la gueule depuis qu’il a rajeunie (il y a moins d’une journée dans l’histoire). Laissé pour mort à la décharge public, Fist of Justice, l’original, part chercher de l’aide chez un vieux pote qu’il n’a pas vu depuis trois décennies, espérant obtenir aide, soins, pitances et couché (et accessoirement en apprendre plus sur la mort de sa femme - laissant pour l’instant toujours planer le doute sur le fait qu’il l’est possiblement, bien qu’indirectement, lui-même tuée). Bref, encore une fois je ne raconterai pas tout, le plaisir étant de le lire. En tout cas, c’est vraiment cool !

Enfin, c’est dans ce numéro 4 que sont publiées les dernières planches de Danger Unlimited, la série qui pour moi était la meilleure du magazine jusqu’à présent.

Je ne ferai pas l’affront d’en faire un résumé, ni de partir dans un développement sur le bien fondé des motivations des personnages (bien qu’il y est énormément à en dire), j’ajouterai seulement ici que cette série était vraiment géniale dès son introduction et que les quatre chapitres publiés, soit l’intégralité de l’œuvre étaient vraiment très bons. Je ne sais pas pourquoi John Byrne, à l’époque où il a commencé à écrire son histoire, a abandonné en si bon chemin, mais tout ce que je peux en dire c’est que ce titre transpire de son professionnalisme. Le scénario y est dense, épineux, complexe et chiadé ; les dessins sont maîtrisés, techniques, reconnaissables et incroyablement beaux. Le tout commençait vraiment bien et je conseil de lire cette œuvre, bien qu’inachevée, juste pour comprendre ce qu’est une vraie BD, une bonne BD.

Ainsi, pour son cinquième opus, Mutant mag. nous proposera un nouveau titre qui, comme son prédécesseur est issu de chez Dark Horse et qui porte le nom de X. 

Pour finir je vous met le lien du site éditeur (seul endroit où vous pourrez vous procurer ce numéro, et si l’envie vous en dit, de précommander le prochain) :

https://dantestorecomics.eproshopping.fr/catalogue/303084-PARUTIONS-MUTANT

En bref

Une très bonne surprise de la part des Agents Tonnerre. Un score toujours aussi positif pour Fist of Justice. Et un chapitre vraiment prometteur pour Danger Unlimited (dommage qu’il s’agisse du dernier).

7
Positif

Les Agents Tonnerre remontent le niveau

Une qualité de parution toujours aussi soignée

Un plaisir à lire

Negatif

Pas d’illustration pour séparer les séries

John Byrne il a pas fini sa série !! (Et ça c’est trop triste !)

Valoulou Suivre Valoulou Toutes ses critiques (12)
Autres critiques de Mutant
Laissez un commentaire
Commentaires (2)
  • Valoulou
    Membre

    Bonjour @canarinoir,
    Très content que mes chroniques te plaisent ! Pour tout dire ça me fait plaisir de savoir que j'ai quelques lecteurs xD
    Je suis d'accord avec toi, depuis la fin des publications en presse, à part Spirou, Fluide Glacial et Disney Hachette Presse il n'y avait plus vraiment grand-chose d'intéressant.
    Pour ce qui est des volumes reliés des séries publiées dans le magazine je n'en ai pour l'instant acheté aucun (mais je suis entrain de les ajouter à la base de données Sanctuary), je préfère découvrir les histoires au fur et à mesure pour continuer à écrire sur chaque numéro de Mutant avec l'effet de la surprise, mais je compte bien m'en procurer quelques uns (notamment Danger Unlimited).
    Merci pour ton message très encourageant en tout cas ! Je continuerai à écrire à chaque numéro.

  • canarinoir
    Membre

    Bonjour, c'est un magnifique magazine. Je suis une fan inconditionnelle de comics... et c'est ici avec la première apparition de ta critiquer sur Titan comics que j'ai appris qu'il était sorti en kiosque, je me suis précipité chez mon bureau de tabac à Dijon pour l'acheter. Qu'elle fut mon étonnement depuis que Panini ne publiait plus de mag. Je les relus aux moins 5 fois tellement j'étais contente de ce MAGNIFIQUE MAGAZINE " Le Journal des Enfants du Baby-boom !" Je voudrais savoir, pourquoi les forumeurs de comics ( je ne les citerais pas, de peur de me faire virée par certains qui sont beaucoup demeurés !) Bon, en tous les cas j'ai la collection complétée de mutants (je m'étais abonné au moment ou il avait fait les abonnements pour Titan comics. J'attends avec impatience le N° 5 et le poster de X, que je signal en passant que l'album est magnifique en carton dur et que dire pour le format... génial !!! Bon à ton prochain commentaire mon cher Valoulou.