Shonen ou Seinen ?

par Yuuko-chan mer. 7 janv. 2015 dans Tokyo Ghoul

  • Tokyo ghoul est, pour plusieurs personnes un shonen mais pour d'autre, un seinen. D'après vous, shonen ou seinen ? Débatez ! Personnellement je pense que Tokyo ghoul est un shonen mais mon avis peut toujours changé.

Réponses (26)
  • Tokyo Ghoul est prépublié dans le Young Jump mag type seinen et Glénat la classé dans sa collection shonen c'est tout.

  • C'est donc un seinen, il n'y a pas de débat à avoir.

  • Comme le dit Sherryn, il n'y a pas de débat à avoir... Ce n'est pas comme certains titres qui ont changé de magazine en cours de parution pour passer d'un magazine shônen à un magazine seinen.

  • C'est relatif. C'est sûrement un mélange des deux, mais à chosir je dirai seinen. L'univers n'est pas destiné à être lu par les jeunes enfants car c'est un monde réaliste qui ne leur convient pas, et il y a deux raisons. La première c'est que c'est évidemment trop violent pour un enfant d'un âge qui tourne autour de sept à douze ans. Il suffit de repenser à ce qu'à subit le héros... La deuxième, c'est que les jeunes enfants de cet âge-là qui lisent probablement plus du One Piece n'ont pour la plupart pas le recul nécessaire ni les outils pour interpréter l'histoire. Ils n'ont pas les codes et c'est loin d'être leur univers. C'est pourquoi je dis que c'est forcément du seinen, voir du shonen. Je ne suis pas une femme donc je ne peux pas forcément bien me mettre à leur place, mais peut être que l'univers est plus tourné vers les hommes ? Ce serait alors du seinen/shonen ? ^^

  • À lire: écouter les gens, vous savez tout ça je le sais, désolé d'avoir mal formulé ma question mais ce que je veut savoir c'est votre avis.Tokyo ghoul est publié comme un shonen chez glenat mais comme un seinen dans le Young Jump Mag et en faites ce que je voudrais savoir si d'apres vous Glenat a fait le bon choix.Oublier le Young Jump mag ce que je veut savoir c'est votre avis. Un avis constructif comme lououn serais bien, par exemple je trouve que tokyo ghoul est totalement approprié dans ''shonen'' car nous en avons eu des shonen psychologique et abordant des thèmes matures....sans plus dévelopé voila un avis comme je le souhaiterais.

  • Le classement d'un manga en Shônen, Seinen, Shôjô, Jôsei, etc, dépend uniquement de la cible du magazine dans lequel il est publié, et non pas de son contenu. Tokyo Ghoul est prépublié dans le Weekly Young Jump, par conséquent, c'est un Seinen, quoi que puisse en dire les éditeurs qui changent à tout va les mangas de catégorie. Le fait qu'il puisse être lu, en france comme au japon, par des adolescents, ne change rien à l'affaire.

  • De la même façon, Chi une vie de chat est bien un seinen, par exemple. Et je ne vois pas quel débat il peut y avoir. C'est un peu comme si on débattait pour savoir si Tetris est un jeu vidéo ou un roman.

  • Nan mais nan ! C'est pas ça que je demande encore désolé de l'avoir mal formulé. Je veux savoir ce que ,d'après vous, est le public visé par Tokyo ghoul, je m'en fiche de savoir que c'est éditer comme ça ou ci. Vous vous êtes jamais posez la question en regardant dans quel magasine un manga était pré publié ''Vraiment ? Ils l'ont vraiment publié comme ça ?''Bah c'est justement ce que je me suis poser comme question en regardant pour Tokyo ghoul. Voila ma vraie question désolé.

  • Je dirais aussi seinen. Et Yuuko-chan, je ne comprends pas pourquoi lancer ce débat de catégoriser Tokyo Ghoul en "shonen ou seinen" quand tu écris toi-même sur ta page de profil "Les mangas ne ce comparent pas les classé est donc impossible."

  • @Yuuko-chan : a moins que ta question soit plus : Quels sont les critères pour qu'un titre (ici Tokyo Ghoul) soit publié dans tel ou tel magazine de prépublication ? Pourquoi Tokyo est dans un mag de seinen et pas de shonen ?

  • Enkadark : je crois qu'en fait, sa question serait plus : qui peut être intéressé par ce manga ? Est-ce que ce sera plus un public d'adolescent ou de jeune adulte ? Par exemple l'exemple de Chi, cité par Tori, qui est un seinen, ça peut paraître très étrange vu que je pense qu'en général, si on pose la question de savoir qui serait la cible principale de Chi, la réponse serait plus des enfants (je peux me tromper, mais je doute qu'une bibliothèque aille mettre Chi dans la section adulte). Au Japon, la catégorie est fixée par le magazine, et il n'y a juste aucun débat à avoir, c'est comme ça et puis c'est tout, alors qu'en France, c'est plus en fonction du public ciblé qu'on dira que tel manga est un shônen/seinen. Et le problème c'est que je pense que beaucoup n'ont pas conscience qu'au Japon, la catégorie n'est pas déterminée par le contenu mais uniquement par le magazine de prépublication.

  • Enkadark, oui c'est ça ! ^^

  • Alors si c'est ça la question, comme je l'ai dit avant, un shonen aura plus tendance a être lu par de jeunes enfants car on sait qu'il n'y aura pas de sexe et que les combats ne seront pas trop violent. Tokyo Ghoul est, selon moi, à juste titre classé dans les seinen car l'univers est trop morbide et gore pour pouvoir être juste un shônen. Les jeunes enfants habitués aux codes des shonens classiques n'auraient pas le recul nécessaire pour apprécier Tokyo Ghoul convenablement.

  • Je tiens à rajouter que bien que Glénat classifie Tokyo Ghoul dans Shonen Manga, il rajoute au dos du manga je cite: " pour public averti " ce qui reviendrai à le comparer aux autres mangas possédant cet avertissement et notamment Berserk qui reste un chef d'oeuvre du seinen.

  • Je pense que Tokyo Ghoul devrais être considéré comme un manga de transition entre les mangas de types shonen et seinen . Je pense aussi que Glénat à eu raison de le classer dans les shonen avec comme petit avertissement "pour public averti". Bien évidemment cela ne que mon avis ;)

  • Un peu comme la collzction dark kana, un bon compromis qui sert d'intermédiaire.

  • Publier Tokyo Ghoul dans leur collection shonen, qui a plus d'exposition, est peut être tout simplement une décision purement commerciale afin de cibler et toucher un public plus large tout en prenant quand même la précaution de mettre une mise en garde pour les plus jeunes lecteurs sur le contenu comme ils l'ont aussi fait pour Btooom, qui est dans le même cas sérialisé dans un mag' seinen et sorti dans leur collection shonen et j'imagine que ce n'est pas le seul exemple du même type. Comme ça été dit plus avant, au Japon les catégories sont désignées par le type de magazine où l’œuvre est pré publiée, n'ayant pas ce système ici, la catégorisation des séries est à la discrétion de l'éditeur qui choisit évidement en fonction du contenu et de leur connaissance de la typologie du public français. La plupart du temps, la catégorie correspond avec celle du pays d'origine.

  • N'oubliez pas une chose importante! La classification Shönen/seinen est avant tout une classification selon la construction du récit et est bien plus dominante que la gravité du sujet abordé. Un shönen aura une construction simple afin de s'assurer qu'un jeune lecteur retrouve ses marques et ne se sente pas gêner ou perdu dans sa lecture tandis qu'un Seinen aura tendance à expérimenter de nouveau horizons pour offrir des surprises à son lecteur voir même le perturber et chercher à le perdre. Le shönen est avant tout basé sur des code qui permette au créateur d'être sur que la majeure parti des lecteurs (jeunes ados sont majoritaires au japon) soient attirés par l’œuvre et y reste accroché au maximum. Dans le cas de Tokyo ghoul on retrouve les deux construction, et c'est pour cela que c'est considéré comme classable dans les deux catégories (les constructions se mélange). La gravité d'un sujet traité dans une œuvre n'est pas la seule caractéristique servant à la "classification", prenons l'exemple de Full Metal Alchemist, le sujet est sérieux et assez Mature, pourtant il reste d'une construction scénaristique assez simple et fait donc parti des Shönen. Les japonais sont de par leur éducation, plus mature que nous. Dans leurs animations ou BD ils apprennent à leurs jeunes beaucoup plus de chose qui sont en Europe considéré pour les "adultes". On peut dire Alors que Tokyo Ghoul serait en fait un mangas a lire (regarder) pour ceux qui sont entrain de passer à "l'age adulte" et qui sont donc assez âgé et habitué au shönen (et ses codes) pour passer à plus complexe et recherché. En conclusion Tokyo Ghoul est un Seinen pour les Shönen.

  • N'oubliez pas une chose importante! La classification Shônen/seinen est avant tout une classification éditoriale. Rien d'autre n'entre en jeu. Si l'éditeur choisit de le prépublier dans un magazine shônen, c'est un shônen ; s'il le prépublie dans un magazine seinen, c'est un seinen ; s'il le prépublie dans un magazine shôjo, c'est un shôjo, etc. La question ne se pose que pour un titre qui changerait de type de magazine en cours de prépublication.

  • Bien sur que si.. Regarde, tu écris un manga, tu le dessine, tu le publi dans un magazine Seinen... alors qu'en fait ton manga a une construction tellement resseblante à celle d'un dragon ball, d'un fairy tail, celle d'un shönen en somme... que les lecteurs ne se sentiront pas concernés ou interrressé par la suite. Bah oui ils ont déjà vu la même chose dans un tas d'autre Shönen avec juste des costumes différent.il n'y a rien de très exeptionnel à ce que l'on lis puisqu'on voit déjà venir la conclusion de l'oeuvre (vu que ça ressemble enormément à ce que l'on connait déjà dans le milieu du shönen). Prenons l'exemple inverse, tu refais un mangas encore une fois mais avec une construction très complexe, une histoire très difficile à tenir et où les subtilitées sont très difficiles à percevoir pour quelqu'un n'ayant pas un minimum vécu. Tu publi ça dans un magazine Shönen. Bim, donc tu le destine à un public jeune... les gamins vont rien bitter à ton oeuvre ou ne pas voir ce que tu cherche à montrer avec (les fameuses subtilités). Ils la trouveront pourri si ça se trouve. Et ça fera l'effet d'un matrix au grand public (c'est à dire que sur les 4 messages qu'envois l'oeuvre seulement 1 sera perçu et en plus il sera perçu de travers). il y a bel et bien des critères qui sont pris en compte avant un choix de publication. Tu ne peux pas juste dire, c'est comme ça parce que c'est comme ça! ça c'est un raisonnement idiot, désolé. Il y a des raisons derrière ces choix, laisse nous les trouver ou reflechir à la question. De plus que c'est même pas la question à la base.. Et concerannt la question à la base, je dirai que le plublic avec qui ça marcherais le mieux est un public qui se trouve "entre deux". Car les deux "types" de publics peuvent accrocher à l'oeuvre. Tokyo ghoul est fait de tel manière que tout le monde y trouve son compte. Donc qu'il le publi dans un magazine Shönen ou Seinen, ils s'en fichent vu que ça peut coller pour tout le monde.

  • 1. Tu répètes ce que tu as dit ici : http://www.manga-sanctuary.com/forum/trouver-un-manga-ou-un-anime-pour-son-enfant-t82685.html , où onizuka-sensei t'avait pourtant bien répondu que "tu racont[ai]s n'importe quoi"... 2. "De plus que c'est même pas la question à la base.." La question, c'est de savoir si Tokyo ghoul est un seinen ou un shônen. On y a répondu : c'est un seinen. Il n'y a pas de débat à avoir...

  • La vrai question était : Quels sont les critères pour qu'un titre (ici Tokyo Ghoul) soit publié dans tel ou tel magazine de prépublication ?

  • Bon, je vais immédiatement clore ce débat ridicule. Les shonen sont des mangas pouvant s’adresser à un jeune public, avec des valeurs comme le courage le dépassement de soi ect. Or Tokyo ghoul est classé 16 ans et plus et contient des scènes d’extrêmes violences ( notamment une scène de torture ) bien trop choquantes pour un simple enfant. Extrait : https://youtu.be/Y7JVG8ZkJYY

  • Tokyo ghoul est un seinen au début mais se tourne vers le shonen au fil des tomes. La psychologie laisse place à de la baston classique sans réel approfondissement des personnages. Et cette daube de tokyo ghoul:re est un pur shonen de baston classique absolument inutile.

  • Il me semblait que les messages étaient clairs. Pour faire simple, la classification japonaise est une classification japonaise. Il ne faut pas chercher à voir plus loin. Le magazine de prépublication détermine la classification du titre. Son contenu n'a que peu d'importance (l'exemple de Chi est très bon : c'est un seinen). Par contre, il y a ensuite les thèmes abordés et la manière de les traiter. Et là, c'est bien différent et n'a plus grand chose à voir avec les classifications japonaises. L'erreur des éditeurs français a été de vouloir reprendre des termes qui n'ont pas lieu d'être chez nous. Et on finit avec ce type de discussion qui durent des années pour finalement pas grand chose...

Participer à la discussion
Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :