Mad Max : Fury Road...en 8-Bit !

La chaîne YouTube Cinéfix continue de réinventer les succès du moment en jeu-vidéo rétro. Et voici leur nouvelle vidéo : Mad Max : Fury Road, d'après le long métrage de George Miller sorti cet été (spoiler alert pour ceux qui n'ont pas encore vu le film) !

 

 

Source:

https://www.youtube.com/user/CineFix

Commentaires (172)
  • Le Doc
    Membre

    Ca ressemble à un sous-Mad Max italien...ça a d'ailleurs l'air aussi [i:1o46hhew]cheap[/i:1o46hhew] qu'un sous-Mad Max italien...mais ce nouveau [i:1o46hhew]rip-off[/i:1o46hhew] de l'univers créé par George Miller vient de Chine ! Voici [b:1o46hhew]MAD SHELIA[/b:1o46hhew] : [youtube:1o46hhew]http://www…:1o46hhew] [url:1o46hhew]http://www.youtube.com/watch?v=5iO-zjhHvg4[/url:1o46hhew] [img:1o46hhew]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches/affiches_2/w2icsm3hk3uulypbbz30.jpg[/img:1o46hhew]

  • Belisarius
    Membre

    Merci beaucoup Artemus!

  • artemus dada
    Membre

    Pour ceux qui s'intéresse de près à la franchise [b:1rpq8b4a]Mad Max[/b:1rpq8b4a], voire au cinéma de genre ou sont tout simplement curieux, je viens de lire un excellent article sur [b:1rpq8b4a]Max Aspin[/b:1rpq8b4a], le "vrai" [b:1rpq8b4a]Mad Max[/b:1rpq8b4a] ([url=http://seri-z.blogspot.fr/2016/02/max-aspin-real-mad-max.html:1rpq8b4a]Pour savoir +[/url:1rpq8b4a]). Bonne lecture !

  • Jack!
    Membre

    L'artiste [b:3t3248h4]Brendan McCarthy[/b:3t3248h4] parle de sa collaboration avec le réalisateur (et ami) [b:3t3248h4]George Miller[/b:3t3248h4] : [img:3t3248h4]http://imageshack.com/a/img910/5806/vlQDTj.jpg[/img:3t3248h4] [img:3t3248h4]http://imageshack.com/a/img903/8959/0lroIr.jpg[/img:3t3248h4] [img:3t3248h4]http://imageshack.com/a/img903/7664/rJk7Fq.jpg[/img:3t3248h4] [quote:3t3248h4]When we were first putting the movie together we realized we had to have a few ‘set piece’ tribes that they would encounter driving on the “Fury Road.” I invented the spiky scavengers, which we called ‘Buzzards’ due to their buzz saws for quick takedown of their prey. The Buzzard attack sequence was reminiscent of wildlife footage of packs of vicious hyenas attacking a lumbering wildebeest in the desert. In the middle of writing the movie, I took a short break to a beach town on the Australian coast, Byron Bay. I wandered into a surfer’s pub which had a big screen playing videos of track bikers doing incredible stunts. That’s what gave me the idea for the canyon tribe, who leap over Furiosa’s truck. George loved the high-flying action dynamics inherent in the idea and we worked a great deal on that sequence. They came out very well, I thought, and those action bike scenes were one of the highlights of the movie.[/quote:3t3248h4] [url=http://spinoff.comicbookresources.com/2015/12/29/commentary-track-brendan-mccarthy-rides-historic-into-mad-max-fury-road/:3t3248h4][b:3t3248h4][size=150:3t3248h4]INTERVIEW DE L'ARTISTE BRENDAN MCCARTHY[/size:3t3248h4][/b:3t3248h4][/url:3t3248h4]

  • Nikolavitch
    Membre

    Alors, je viens de voir le film d'animation Rango, avec Johnny Depp qui fait la voix d'un lézard paumé dans un patelin pouilleux en contrebas de la route de Las Vegas, et qui s'y fait passer pour un héros de l'Ouest. Le truc est vachement rigolo, ultra référentiel (apparition de Clint en "esprit de l'ouest", le lézard Johnny Depp manque de se faire écraser sur la route de Végas par la décapotable de Johnny Depp et Benicio Del Toro), assez fin (malgré un développement classique : le type accepté suite à un mensonge doit faire ses preuves une fois le mensonge découvert et sa crédibilité détruite) mais un truc m'a fait tiquer. Pas la poursuite avec la bouteille dans le chariot, qui renvoie totalement à Mad Max 2, non. Mais une séquence, vers le premier tiers du film, où les bestioles de la ville se rendent au robinet sacré. C'est exactement la même scène que dans Fury Road avec la cascade de flotte. et histoire d'appuyer l'effet, les sbires du maire amènent en la brandissant la molette du robinet... dans une séquence rappelant celle où les War Boys font chercher leurs volants. Et Rango est sorti BIEN AVANT Fury Road. ça me fait grave des noeuds au cerveau.

  • Tori
    Staff

    Tiens, ça concerne Mad Max aussi, cette vidéo : [youtube:1pvw20be]http://www…:1pvw20be] Tori.

  • Mewa007
    Membre

    Cette vidéo est tellement mieux que le film ! Oui j'ai détesté le film et alors :p Par contre rien à voir mais le jeu est génial !

  • Le Doc
    Membre

    [b:1grhbaha]Mad Max : Fury Road[/b:1grhbaha]...en 8-Bit ! [youtube:1grhbaha]http://www…:1grhbaha]

  • Vik
    Membre

    Une infographie intéressante [spoiler:1y2d5xy5][img:1y2d5xy5]http://media.senscritique.com/media/000010518036/805/Saga_Mad_Max_du_film_de_genre_au_blockbuster.jpg[/img:1y2d5xy5][/spoiler:1y2d5xy5]

  • Vik
    Membre

    [url=http://makezine.com/projects/mad-max-doof-warrior-inspired-flamethrower-ukulele/:1gkh27c5]Le ukulele lance-flammes[/url:1gkh27c5]

  • Photonik
    Membre

    C'est pas mal des fois de voir ce genre de films méga-attendus un peu après tout le monde (à condition de le voir en salles, celui-là, im-pé-ra-ti-ve-ment), quand la poussière des débats passionnés est un peu retombée, si j'ose dire. Pour ma part, si le film m'a un poil déçu (mais pouvait-il en être autrement après avoir généré autant d'attentes...), je suis quand même bluffé par la maëstria invraisemblable de Papy Georges Miller, qui colle une baffe à tout le monde avec cette leçon de mise en scène..! Je ne reviens pas sur le scénar' : qu'il soit aussi "simple" et direct, voilà qui ne me pose aucun souci (dans certains westerns de Howard Hawks, l'objectif c'est de faire passer un troupeau d'un point A à un point B : ce minimalisme dans les enjeux n'empêche nullement ces films d'être très riches par ailleurs...), sans compter qu'il est, en sous-main, beaucoup plus riche qu'il n'y paraît, avec ses implications politiques, sociologiques, mystiques, etc... Mais dans le cadre d'un "Mad Max", tout ça "s'efface" (relativement) au profit de la description d'un univers, c'est assez logique. Ce qui m'a proprement fait halluciner devant ce film, c'est bien la pure mise en scène de Miller, incroyablement inspirée, puissante et...lisible. Dans la presse généraliste (ou dans "Le Masque et la Plume", où certains chroniqueurs devraient réaliser à quel point leur inculture en certains domaines décrédibilise complètement leurs propos par ailleurs), les contempteurs du film en ont fait l'exemple absolu du film "cut", illisible, épileptique, "clippesque", etc... Rien de plus faux. Le film, s'il comporte bien (ai-je lu) 2700 plans, n'est pas un Michael Bay : il en est l'antithèse. On imagine que Miller se "couvre" et tourne avec plusieurs caméras : habituellement, cette façon de faire laisse penser aux mauvais réalisateurs que l'abondance d'angles de prises de vue peut les dispenser d'un découpage solide ("on se dépatouillera bien de tout ça au montage" : ça donne des films comme les "Transformers", au final). Mais Miller est d'une autre trempe. Son film est admirablement découpé, ses scènes d'action remarquablement construites. S'il ne rechigne à quelques séquences un peu plus dingues (aux effets limite "Tsukamoto-esques" ; au passage je suis pour ma part très friand des petites accélérations "internes" aux plans, sorte de tradition dans la saga depuis le premier volet, explicitement cité ici), par ailleurs le film a la force tranquille de la pertinence des choix de Miller. Ainsi les scènes d'action les plus foudroyantes ne se reposent pas sur un empilement de plans spectaculaires (même s'ils le sont et pas qu'un peu), mais procèdent à des transitions reposant sur des mouvements d'appareil (panos, petits travellings brefs et nerveux...) qui font "glisser" les focus d'un point à un autre. Ce ne sont pas les points de montage qui assurent à ce moment les transitions, mais des transitions internes au plan, si je puis dire. Résultat : une "fluidité" exemplaire, redoublée par la présence de nombreuses "rimes" visuelles qui assurent aux transitions un surplus de cohérence (elles sont très nombreuses et habiles : on peut penser à Furiosa qui retire un couteau de son flanc alors que Max extrait un projectile de sa main, mais y'a plein d'autres exemples). On imagine le temps passer à concevoir et "prévisualiser" ces séquences... Cette gestion de l'espace et de l'action, c'est pour moi la vraie réussite du film. En cela, ce "Fury Road" est peut-être plus abouti encore que ses prédécesseurs, déjà remarquables de ce point de vue. Plus fort encore, la scène peut-être la plus remarquablement mise en scène du film n'est pas l'une des plus spectaculaires, loin s'en faut. C'est l'espèce de bagarre à plusieurs entre Max, Furiosa, le War Boy et les "esclaves sexuelles". D'une ingéniosité qui confine au génie, la scène "symbolise" les relations de dépendance entre les persos et fait de leurs handicaps respectifs une "arme" dans le conflit. Cette scène résume à elle toute seule le sens du projet de Miller (et de tout grand cinéaste) : faire passer la narration par le biais (pas forcément exclusif cependant) d'informations visuelles, en redoublant certains éléments allégoriques / métaphoriques d'une vraie utilité narrative. Exemple : la muselière de Max fonctionne sur ce qu'elle symbolise, mais elle permet aussi de repérer Max au milieu d'un déferlement de personnages à l'écran... Pour la mise en scène, c'est donc presque un sans-faute. Presque car quelques éléments de la direction artistique m'ont semblé flirté allégrement avec le mauvais goût d'une part (le guitariste, j'ai trouvé un peu con et too much, moi ; et pourtant j'adore les grosses guitares...), et j'ai vraiment été interloqué devant les flashes-back traumatiques du héros, très pauvres et un peu pompés sur ce qui se fait par ailleurs dans le genre. Il me faudra quand même revoir tout ça car je pense qu'il y aurait aussi beaucoup à dire sur les trajets accomplis dans le film (un aller-retour, une forme que je trouve particulièrement intéressante) et la disposition générale des troupes au moment des nombreux "climaxes" du film... ce sera pour les prochains visionnages de la bête. Quant au débat sur le temps de présence et le rôle de Tom Hardy / Max, il semble évident que Miller s'est aperçu avant tout le monde qu'il rencontrerait là un problème. Tom Hardy est une brute crédible à l'écran, c'est un fait, mais c'est un acteur infiniment moins intéressant que Gibson, qu'on peut ne pas aimer, mais qui parvenait comme personne à passer d'un regard doux et presque bienveillant ("féminin", aurais-je envie d'oser) à un autre figurant presque la folie furieuse et la colère la plus noire. Christophe Gans, qui signe la critique du film pour le compte de Mad Movies ce mois-ci, a une théorie intéressante : le Max version Gibson, c'est le Max version Hardy plus Furiosa / Theron. Miller a en quelque sorte "découplé" son héros en une figure double (et le fait que l'un donne son sang à l'autre, en lui "transfusant" ses caractéristiques, est tout sauf anodin), c'est très intéressant... (dans le même ordre d'idée d'une certaine manière, selon lui, le vieillissant Immortan Joe à la folle crinière argentée, c'est une image à peine voilée de Miller lui-même) J'ai quand même quelques potes qui n'ont pas aimé la "passivité" du héros (est-il aussi inutile qu'Indiana Jones dans "Les Aventuriers de l'Arche perdue" ? je plaisante bien sûr, en faisant référence à d'autres débats). Mais il me semble à moi que Max a toujours connu deux phases dans les films précédents : une phase d'observation passive (en effet), qui lui permet de prendre la mesure des choses et où il se contente d'essayer de survivre, et une phase active, où il peut entraîner (comme dans le 2) ses compagnons de route sur la pente glissante d'un choix périlleux. Pas de changement de braquet majeur de ce côté-là à mon sens. Les histoires racontées par Miller sont à bien des égards toujours filtrées par la subjectivité d'un ou de plusieurs personnages (le Feral Kid dans le deuxième volet, mais aussi le pilote de l'autogyre et Max lui-même). Ici c'est la même chose, et dans l'ordre d'idées de l'expression de ce point de vue subjectif, j'adore une idée toute bête mais sacrément riche au fond : Max essaie frénétiquement de limer sa muselière, et ces "vibrations" deviennent les hoquettements du camion lui-même, comme si sa subjectivité gagnait tout l'univers sensible. Beaucoup, beaucoup de virtuosité, d'idées dingues brillamment exécutées, et la reprise en main par son initiateur d'un genre un peu sinistré et pourtant toujours porteur de sous-textes potentiellement passionnants ; quelques fautes de goût (le harem de bombasses, pas très crédible, et des éléments de production design un peu vulgos, même si dans la profusion d'éléments présentés, ça semble un peu inévitable) ; bilan : un putain de film, pas exempt de défauts mais qui se permet quand même de mettre à l'amende tout sa concurrence. Quelle concurrence, d'ailleurs ?

  • Vik
    Membre

    [url=http://www.20minutes.fr/cinema/1613119-20150521-mad-max-fury-road-mysterieux-genial-guitariste-lance-flammes:2x4mrmcc]Et un petit article sur notre ami guitariste[/url:2x4mrmcc]

  • Vik
    Membre

    [quote="Blackiruah":1tvr5sox]Par contre, je trouve ça étonnant que personne ne parle du meilleur perso du film : le guitariste. Il est formidable cet acteur non ? xD[/quote:1tvr5sox] Ah ah! Je suis allé voir le film hier soir, et c'est justement ce que je disais à mon pote. Ce que j'ai préféré dans le film, c'est le guitariste. J'ai juste trouvé ça énorme. Ca me fait penser à un gros délire style [b:1tvr5sox]Phantom of the Paradise[/b:1tvr5sox]. Beaucoup de bruit, beaucoup de fureur. Moi j'ai bien aimé l'ensemble. Miller s'est fait plaisir quoi et il nous le communique. Ca vole pas bien haut, mais c'est bon. Cela dit, j'ai trouvé une baisse de rythme dans la course poursuite finale, y a des gus qui poursuivent et qui sont là pour décorer. Et le basculement des scènes entre les différents personnages n'est pas très fluide. Et puis l'acteur qui joue Mad Max manque singulièrement de charisme. Tout le monde est d'accord pour dire que Theron lui pique la vedette et c'est pas peu dire.

  • KabFC
    Membre

    [quote="Franck from Mars":2he9rk09]C'est comme mettre du sucre dans une Guinness. [/quote:2he9rk09] Au buchééééééééééééééééé :mrgreen:

  • [quote="Franck from Mars":37ymcj3i]Je n'ai pas vu le film, je ne peux donc pas en parler, mais ce que j'ai retenu de certaines critiques et qui me donne envie d'aller le voir, c'est que c'est un pur film de mise en scène. Un scénario qui tient sur un ticket, des dialogues qui ne prennent pas plus de place, ce qui laisse un pur exercice de réalisation. Forcément, c'est casse-gueule, mais si c'est réussi, il y a des chances que je sois client. Je vous dirai si ça a fonctionné pour moi en fin de semaine, normalement.[/quote:37ymcj3i] Je l'ai vu vendredi et j'ai bien kiffé. C'est effectivement un pur film de concepts visuels et de mise en scène. On peut y voir tous les sous-textes qu'on veut, mais, franchement, ça ne va pas bien loin, à mon avis. C'est surtout jouissif dans la forme. En plus, ne pas intellectualiser la chose permet d'éviter de réfléchir aux multiples incohérences et invraisemblances du scénario. En tout cas, j'ai vraiment aimé l'exercice. Il y aurait eu encore moins de dialogue, ça aurait été encore mieux, car dès que ça cause, l'intérêt retombe vite. C'est d'autant plus vrai dans les scènes les plus convenues où - et c'est le seul vrai bémol que je mettrais à mon enthousiasme - on a le droit à du violon à la con en fond musical. Franchement, pour un film aussi métal graisseux, du violon ! C'est comme mettre du sucre dans une Guinness. Bref, bon trip pleins de kuddos pour le visuel et un petit blame pour la bande son.

  • BenWawe
    Membre

    Idem. Je suis encore tout retourné de ce film, trois jours après. Quelle folie. Un gigantesque de rage, pour survivre et se reconstruire. Puissant.

  • Jim Lainé
    Membre

    Tout pareil. Jim

  • soyouz
    Membre

    Je ne suis pas sûr. Ma mémoire (loin d'être de toute confiance) me dit que l'éboulement était juste avant l'arche. J'ai souvenir du 4x4 d'Eternal Joe qui passe au-dessus des cailloux, mais en dessous de l'arche !

  • KabFC
    Membre

    Me souviens avoir clairement vu l'arche détruite.

  • soyouz
    Membre

    ah non, ça ne m'a pas ennuyé, mais je me suis posé la question (mais bon, ça n'a pas duré longtemps non plus !)

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="soyouz":1p3kkfbu] Pour l'arche, je suis d'accord avec toi, je me suis fait la même réflexion ! [/quote:1p3kkfbu] En même temps, quand ils font exploser, ils font pas tomber l'arche, ils génèrent une avalanche qui part de plus haut, ça se voit. Et Immortan Joe leur demande de déblayer, donc ils ont déblayé. Parce que c'est le boss. Sérieusement, ça ne m'ennuie pas réellement. Jim

  • KabFC
    Membre

    Je n'ai pas dit que c'était érotique juste inutile. Le côté boutade je l'ai pas vu pour ma part, en tout cas rien ne l'amène. Vu qu'ils passent au même endroit pour moi c'est la même arche.

  • Surtout qu'il n'y a strictement rien d'érotique dans cette scène. Je dirais en fait que c'est le spectateur qui y voit cet érotisme mais fondamentalement outre que le plan dure deux secondes la suite nous montre que le désir de cette scène est lié à la présence de l'eau. C'est cela que désire Max, pas les filles. Edit : au fait, je ne crois pas que l'arche soit détruit lors du premier passage.

  • soyouz
    Membre

    Bah, c’est [i:p1kunb0u]character driven[/i:p1kunb0u] (ça m'agace qu'il n'y ait pas d'expression française), non ? (je parle en français et ce n'est pas compréhensible ! :cry: ) Pour l'arche, je suis d'accord avec toi, je me suis fait la même réflexion ! Pour les nanas, j'ai trouvé ça rigolo, parce que j'ai pris ça comme une moquerie, boutade, critique (barre la mention que tu veux) envers les films qui utilise ce genre d'artifice pour attirer le mâle beta dans les salles de ciné ! (et puis y a du sens dans le film, ce sont ses préférées ! Le coup des vieilles qui regardent les dents, ce n’est pas une scène si anodine)

  • KabFC
    Membre

    [quote="soyouz":27g9x5au] Le scénario, il est dans les personnages, pas dans l'histoire ! [/quote:27g9x5au] Hmmm je comprends pas comment le scénario peut être dans les personnages. Avant d'argumenter j'ai beaucoup aimé ce film, mais quand même. Il y a 3 personnages qui suivent le même schéma à peu de chose prêt. Je met du spoil au cas ou Max : [spoiler:27g9x5au]Avant même sa capture il ne cherche qu'a fuir son passé, une fois capturé il veut fuir pour vivre et enfin il veut se racheter.[/spoiler:27g9x5au] Furiosa : [spoiler:27g9x5au]Elle fuit pour retrouver sa vie, mais fuit aussi pour sauver les nana, et si elle peut se racheter de ce qu'elle à pu faire sous la contraintes du vilain c'est top.[/spoiler:27g9x5au] War Boy : [spoiler:27g9x5au]Poursuit Furioso, puis Max, puis se vautre devant son Dieu vivant, et comprend qu'il est du mauvais côté et finit par se racheter en aidant Max et Furiosa.[/spoiler:27g9x5au] Le scénar n'est pas dans les personnages, il n'est pas non plus dans l'histoire, basique de chez basique. En soit il y a deux trucs qui m'ont gêné, dont surtout un à la fin qui m'a complètement sortit du film [spoiler:27g9x5au]Le plan avec les nanas en mode t-shirt ouillé dans le désert limite en slow motion, ça franchement pas obligé, mais bon. Par contre quand ils reviennent et repasse sous l'arche je comprend que ce soit bien déblayé, mais par contre, je comprends pas que l'arche soit de nouveau entière et reconstruite aussi vite. Les mecs sont des as du bâtiments sérieux. 2norme erreur que de nous remettre un plan large de l'arche qui n'est plus démoli mais bien entière, toute propre nickel.[/spoiler:27g9x5au]

  • soyouz
    Membre

    Je n'ai pas lu tous vos avis, donc je ne risque sûrement pas d'être original (et puis bon, les analyses des sous-messages et messages, je ne suis pas bon pour ça, je ne détecte rien, je prends tout dans le pif !) ! Et donc, ouaip, foliche ce film ! Le scénario, il est dans les personnages, pas dans l'histoire ! C'est assez puissant, heureusement que Max mange un lézard au début, parce qu'après, il n'a pas le temps ! J'en suis presque sorti essoufflé et tendu (c’est une métaphore, bien évidemment). Sacrée esthétique, très belle et précise orchestration des scènes, c'est bourré d'idées et c'est plutôt bien joué (même si Max ... n'est pas Max, mais c'est peut être aussi parce qu'on ne lui laisse pas la place d'être réellement Max) C'est spectaculaire !

  • n.nemo
    Membre

    Une pure réussite. Quel plaisir que les attentes ne soient pas déçu. Les images sont sublimes, le film haletant de bout en bout et comme à chaque fois le sous texte est imparable de pertinence. De prime abord, on pourrait être tenté de faire une lecture chronologique des mad max : la perte et la chute, l'errance et la solitude, le retour de l'éthique et du groupe puis dans ce dernier la réinstallation de la collectivité. Lu ainsi, ce madmax semblerait bien plus optimiste que les autres et l'ont pourrait même se demander pourquoi max tire sa révérence en fin de film. On pourrait donc noter qu'alors que le 2 et le 3 mettait en scène la recherche d'un ailleurs où reconstruire, ce dernier boucle la boucle en posant qu'il ne s'était jamais agit d'un ailleurs mais bien de rester là où l'on était pour y changer les choses. Ce n'est pas la lecture que je privilégierais, trouvant cette dernière moins pertinente que celle qui pose que les madmax ne racontent aucunement une histoire, mais sont des instantanés de la bonne conscience de l'époque où ils sont réalisés, instantané de la façon dont la conscience d'une époque se figure ses problèmes et ses solutions. Et si max reste au final toujours solitaire c'est qu'il incarne ce qui s'inscrit en faux, en reste des solutions idéales de l'époque, lui qui est à chaque fois ce qui permet à ces dernières d'advenir et ce qui en est exclu, médiateur évanouissant, marque d'un ratage que toute solution ne peut jamais effacer. La famille contre les violences des gangs de motards dans madmax 1. Famille américaine versus kérouac sur la route, et la lutte passionnée de ces deux courants détruisant tous sur leur passage. Si Max est fou c'est qu'il est toujours la tentative de la bonne conscience de lutter contre ce qui lui est étranger et qui est pourtant la condition de son existence comme bonne conscience. Exclure ce qu'ont ne veut pas de soi pour être un saint à ses propres yeux et partant se faire harceler par ce qu'on a projeté hors de soi. Dans le premier madmax, nous est dépeints un monde où les valeurs familiales sont anéantis révélant la rage et la vengeance qui les animaient en amont. Il n'y a pas de solution rechercher si ce n'est la simple violence du sujet max qui est ce qu'il combat. Dans madmax 2, Kerouac cède la place à la libération sexuelle. Les blancs, blonds et gentils sous tout rapport, se vivent assiégés par des troupes de punk à la sexualité libre. Course en avant d'une société qui pourchasse encore le rêve américain alors qu'elle n'est plus dominée que par la course au pétrole. Dans madmax 3, l'abandon de la lutte des classes au profit d'une critique de la société du spectacle est admirablement mis en scène. La société rêve alors que ses enfants réalisent ce qu'elle même a échoué à faire et que surtout elle ne se donne même plus l'ambition de faire, tout comme certain pensent à l'époque que l'école doit réaliser le projet révolutionnaire que la société se met à critiquer vivement. Ah demain ! ah la crise de transmission ! Ah qu'allons nous léguer à nos enfants ? Formidable madmax 4 : la critique altermondialiste c'est imposée entre temps. aujourd'hui, on ne rève plus d'ailleurs mais de refondation. Tout pourrait aller bien, là sur place, si ce n'est le fanatisme religieux, la lutte de tous contre tous et la soumission des femmes. Très belle ironie, ces femmes soumises, asservies à la polygamies, voilées (elles n'ont qu'un voile pour habit), sont toutes tirées de couvertures glacées de magazine féminin. Le rapport homme femme est au centre des préoccupations du moment, on espère que tout aille mieux lorsque la domination des femmes sera révolue et que la démocratie se réimposera (et que le peuple et les femmes accéderont enfin à la plateforme qui monte qui monte comme un ascenseur social). Max comme toujours n'en sera pas : mais bien sur, rêve toujours ! GENIAL

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Lord-of-babylon":2phz2qlt]Ha et j'oubliais la scène [spoiler:2phz2qlt]de l'accouchement[/spoiler:2phz2qlt] Pour le discours ça se base sur rien de factuel et c'est que du ressenti mais je ne suis guère étonné qu'on ne veuille pas d'une diffusion large d'un film traitant de la dégénérescence d'une société tyrannique basée sur l'exploitation de l'homme (et de la femme) par l'homme (avec comme outil principale pour assoir cette domination un fanatisme religieux) et de sa confrontation avec des figures maternelles et féminines source de renaissance. (vu qu'on est plus dans une société plus proche de celle d'immortal Joe que des amazones) C'est du ressenti, rien de concret et de factuel hein (si cela se trouve il y a d'autres films aussi fort à ce niveau en PG13 que je ne connais pas)[/quote:2phz2qlt] Personnellement, je crois que tu as raison, tu as tout bien expliqué, mais je ne vois pas en quoi c'est cynique. C'est plutôt lucide. Jim

  • Jack!
    Membre

    Eheh ! [youtube:2v4zfiee]http://www…:2v4zfiee]

  • KabFC
    Membre

    j'a d'adord cru que c'tait un des gratteux de Ramnstein.

  • Blackiruah
    Membre

    Par contre, je trouve ça étonnant que personne ne parle du meilleur perso du film : le guitariste. Il est formidable cet acteur non ? xD

  • Ha et j'oubliais la scène [spoiler:20ry6um4]de l'accouchement[/spoiler:20ry6um4] Pour le discours ça se base sur rien de factuel et c'est que du ressenti mais je ne suis guère étonné qu'on ne veuille pas d'une diffusion large d'un film traitant de la dégénérescence d'une société tyrannique basée sur l'exploitation de l'homme (et de la femme) par l'homme (avec comme outil principale pour assoir cette domination un fanatisme religieux) et de sa confrontation avec des figures maternelles et féminines source de renaissance. (vu qu'on est plus dans une société plus proche de celle d'immortal Joe que des amazones) C'est du ressenti, rien de concret et de factuel hein (si cela se trouve il y a d'autres films aussi fort à ce niveau en PG13 que je ne connais pas)

  • Jim Lainé
    Membre

    Sois cynique, et balance. Jim

  • [spoiler:hezmyuq4]Mort d'une femme enceinte et à terme, même en contre-champs c'était certain que cela n'allait pas être du PG13[/spoiler:hezmyuq4] (sans compter la teneur du discours si j'étais un peu cynique)

  • Blackiruah
    Membre

    [quote="KabFC":1myzn17s]ah j'admets que c'est pas tout publique, mais un PG-13 ne m'aurait pas surpris alors que le R c'est quand même classé haut.[/quote:1myzn17s] Oui je pensais à PG 13 aussi.

  • KabFC
    Membre

    ah j'admets que c'est pas tout publique, mais un PG-13 ne m'aurait pas surpris alors que le R c'est quand même classé haut.

  • Jack!
    Membre

    [quote="KabFC":1mydv91h][quote="Lord-of-babylon":1mydv91h]Et le film est classé R donc pour atteindre un tel score c'est chaud[/quote:1mydv91h] J'avais pas fait gaffe à ce détail pourtant il y a peu de sang (voir pas du tout) et pas de cul.[/quote:1mydv91h] Miller évite la débauche de violence mais ce n'est pas tout public pour autant. J'ai été le voir avec ma nièce de 15 ans et j'ai bien senti qu'il lui arrivait d'être tendue devant certaines scènes.

  • KabFC
    Membre

    [quote="Lord-of-babylon":3lgltt9n]Et le film est classé R donc pour atteindre un tel score c'est chaud[/quote:3lgltt9n] J'avais pas fait gaffe à ce détail pourtant il y a peu de sang (voir pas du tout) et pas de cul.

  • Et le film est classé R donc pour atteindre un tel score c'est chaud

  • KabFC
    Membre

    [quote="Blackiruah":64664aff] Donc voilà, c'est un bon film d'action, à tendance nanardesque je trouve. Mais quand je pense que des gens pensent que le film va péter le Md de dollar, j'ai un gros doute tout de même... [/quote:64664aff] tendance nanardesque, c'est exagéré, très clairement. Par contre le milliard j'y crois pas comme toi. 1 : il ne sort pas en chine (gros marché) qui aide souvent à faire le milliard, d'ailleurs tous les films l'ayant atteint sont passé par la Chine. 2 voici les chiffres après le premier week-end d'exploitation (millions) US : $45,438,128 Etranger : $65,000,000 Total : 110,438,128 Le film en a couté 150 millions, on est loin d'être parti sur les pas d'un film à 1milliard. Sans compter que la comédie Pitch Perfect 2 est première du box office. (Mad Max n'est que second). Je pense que le film fera 500 millions max. Pour comparaison Avengers 2, qui en est à sa troisième semaine US en est à un total de 372,030,708 millions (le milliard à été atteint en rajoutant le monde)

  • n.nemo
    Membre

    meilleur film depuis dix ans ! j'ai toujours pas vu (samedi j'espère) mais j'y crois

  • Blackiruah
    Membre

    Bon perso, je vous lis, c'est hyper intéressant, je le confesse. Mais pour une personne comme moi bon public mais qui a un très vague souvenir des mad max (mais vraiment très vague car je les ai vu tout jeune), j'ai passé un bon moment de cinéma mais franchement ça s'arrête là. J'ai pas trouvé ça excellent, je trouve aussi que le scénario se résume à une feuille de PQ mais au ciné, ça pète bien, on comprend aisément. Bref, un bon moment. Donc voilà, c'est un bon film d'action, à tendance nanardesque je trouve. Mais quand je pense que des gens pensent que le film va péter le Md de dollar, j'ai un gros doute tout de même... Je conseillerai pas forcément de payer 15€ pour voir ça mais pour 5€ (une place CE donc), ça vaut le coup d'oeil.

  • sans être un inconditionnel des 3 premiers, comme Lord (et pourtant j'aime bien Tom Hardy) j'ai été gêné tout le film parce que ce n'était pas Max

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="KabFC":6eb0swi1][quote="sylvain cordurié":6eb0swi1] Je continue de penser que le peu de définition de Max, plus le fait qu'il passe une demi-heure en mode "victime" (il subit), ça en exclura plus d'un. Parce que le film n'est pas porté par le héros (rôle que Furiosa n'incarne pas vraiment au début d'ailleurs... et pas complètement sur la durée) et que sans accroche forte à un personnage, le spectateur se sent souvent comme un chien dans un jeu de quilles.[/quote:6eb0swi1] C'est pas quelque chose qui m'a gêné, et je suis pas sur que ce soit quelque chose qui gène. Je reprend Gone Girl, le film à deux héros et ce n'est pas vraiment un truc qui laisse perplexe. Surtout que le second héros n'arrive que vers la moitié du film.[/quote:6eb0swi1] Ce qui manque à l'entrée en matière, c'est de présenter le personnage. Il manque tout simplement un plan ou deux à l'intérieur de l'Interceptor pour situer le personnage. Même le spectateur qui connaît (et qui aime) a des efforts à faire pour comprendre que le Robinson Crusoë de la route, c'est Max. Quelques plans sur son regard dans le rétro, sur ses mains au volant, quelques plans extérieurs pour rallonger un poil la poursuite, ça aurait permis d'appuyer un peu les enjeux, de poser un peu plus la situation. D'un autre côté, faisant ainsi, Miller met en scène un chaos total, une absence de signification, une dilution des buts, un espace sans repères (des dunes, des couloirs ouvrant sur des couloirs, un rapport haut-bas complètement faussé). Il procède à un tourbillon immersif où même celui qui connaît est perdu. C'est diablement efficace. Mais, comme le souligne Sylvain, c'est casse-gueule. Jim

  • [quote="galactus":10a9t8ld]Max qui subit les événements, ça peut placer le spectateur dans la même position. Un observateur malmené dans un univers agressif dont il recolle les tenants et aboutissants. C'est le spectateur trentenaire que nous sommes, en quête d'un Max que l'on connait mais qui en est réduit à sa plus simple expression. Ça nous est familier et inconnu[/quote:10a9t8ld] Écoute, l'avenir du film nous dira si j'ai bon ou pas. Je ne crois pas que ça fonctionne comme ça. Mon feeling, c'est que quand un spectateur - ou un lecteur - n'a pas d'empathie pour un personnage, il reste souvent extérieur à ce qu'il vit/traverse. Parce qu'il ne se sent pas concerné émotionnellement. Dans le cas présent, Miller "compense" ça par un rythme de malade qui laisse peu de temps à la réflexion. Il comble des failles qui seraient fatales à de nombreuses prods. Et ça marche parce que sa mise en scène, son sens de la chorégraphie sont très au-dessus de la moyenne. Mais je ne suis pas sûr qu'une approche aussi radicale fonctionne. En tout cas, pas sur le plus grand nombre. [quote="galactus":10a9t8ld]Nous, qui connaissons l'univers, les films précédents, assistons à sa déconstruction, afin d'accepter le nouvel acteur et son rôle de "connexion". La fin est assez claire à mes yeux, si une suite voit le jour, Max fera office de lien, pour suivre d'autres personnages, d'autres aventures.[/quote:10a9t8ld] Tu spécules. Moi, tout ce que je vois, c'est un raccourci qui fait que la dénouement ultime tient de l'éjaculation précoce. Des hochements de tête et hop, tout est dit ? C'est vraiment court, voire facile. Zéro risque, pour le coup.

  • [quote="Jack!":1bxu2zn1][quote="sylvain cordurié":1bxu2zn1]et que sans accroche forte à un personnage, le spectateur se sent souvent comme un chien dans un jeu de quilles.[/quote:1bxu2zn1] Tu veux dire qu'un produit blockbusteurisant vient de secouer les habitudes d'un public qui se complait dans la routine en changeant légèrement la donne, mais c'est pas vraiment un problème.[/quote:1bxu2zn1] Là, je serais de mauvaise foi si je te donnais tort.

  • galactus
    Membre

    Max qui subit les événements, ça peut placer le spectateur dans la même position. Un observateur malmené dans un univers agressif dont il recolle les tenants et aboutissants. C'est le spectateur trentenaire que nous sommes, en quête d'un Max que l'on connait mais qui en est réduit à sa plus simple expression. Ça nous est familier et inconnu Nous, qui connaissons l'univers, les films précédents, assistons à sa déconstruction, afin d'accepter le nouvel acteur et son rôle de "connexion". La fin est assez claire à mes yeux, si une suite voit le jour, Max fera office de lien, pour suivre d'autres personnages, d'autres aventures.

  • KabFC
    Membre

    [quote="sylvain cordurié":3lmucrvl] Je continue de penser que le peu de définition de Max, plus le fait qu'il passe une demi-heure en mode "victime" (il subit), ça en exclura plus d'un. Parce que le film n'est pas porté par le héros (rôle que Furiosa n'incarne pas vraiment au début d'ailleurs... et pas complètement sur la durée) et que sans accroche forte à un personnage, le spectateur se sent souvent comme un chien dans un jeu de quilles.[/quote:3lmucrvl] C'est pas quelque chose qui m'a gêné, et je suis pas sur que ce soit quelque chose qui gène. Je reprend Gone Girl, le film à deux héros et ce n'est pas vraiment un truc qui laisse perplexe. Surtout que le second héros n'arrive que vers la moitié du film.

  • Jack!
    Membre

    [quote="sylvain cordurié":1r4ldjzt]et que sans accroche forte à un personnage, le spectateur se sent souvent comme un chien dans un jeu de quilles.[/quote:1r4ldjzt] Tu veux dire qu'un produit blockbusteurisant vient de secouer les habitudes d'un public qui se complait dans la routine en changeant légèrement la donne, mais c'est pas vraiment un problème.

  • Jack!
    Membre

    [quote="Jim Lainé":snwdckev]Et effectivement, la fin est un brin rapide. Dans les trois autres films, il reste seul, solitaire dans l'image, soit au volant de son Interceptor, soit debout dans le désert (voire marchant vers le soleil tel un cow-boy, ou un samourai, solitaire). La dernière image qu'on nous propose ici de Max (pas la dernière image du film, d'ailleurs), c'est Max perdu dans la foule. Et là, tout connement, on passe à côté d'un truc iconique. Comme si un film de l'Inspecteur Harry se concluait autrement que par un travelling arrière. Jim[/quote:snwdckev] En même temps, ça va de paire avec le fait que, pour une fois, Max gagne. Il rétablit l'ordre (même briévement) dans une société complétement pervertie. C'est tout le contraire du premier film où il perd femme et enfant; du deuxième où il se fait carrément piéger par les gens qu'il tente de sauver et se retrouve avec un camion vide et plus de morts sur les bras qu'il ne peut en compter avec ses doigts; et du troisième où il est abandonné par la nouvelle génération tandis que Tina Turner s'en va rebâtir sa petite communauté. Donc là, il se casse. Il a pas vraiment le choix, il a rencontré presque plus têtu que lui.

  • [quote="Jack!":15cqpgwj][quote="Sylvain Cordurié":15cqpgwj]Une suite, surtout après un si long hiatus, doit être un objet en soi, avec tout ce qu'il faut d'informations pour que les spectateurs n'aient pas l'impression qu'il leur manque des morceaux du puzzle. Ne pas le faire, c'est une erreur d'écriture.[/quote:15cqpgwj] Miller ne considère pas qu'il s'agit d'une suite per-sé ([size=85:15cqpgwj]d'ailleurs, la séquence résumant la mort de sa fille est bien différente de l'originale[/size:15cqpgwj]) même si les puristes n'auront aucun mal à raccrocher les wagons*. Je ne vois pas en quoi commencer un film In-Media Res est une faute d'écriture. Je dirais même que c'est l'inverse, c'est très efficace. Le besoin de raconter continuellement des [b:15cqpgwj]origines[/b:15cqpgwj], c'est une problématique du cinéma hollywoodien actuel. [size=85:15cqpgwj]*Du reste, on retrouve les archétypes de Miller: le faire-valoir qui se rend indispensable, la femme indomptable, etc...[/size:15cqpgwj] [quote:15cqpgwj]Juste un rappel en début de film et des flashbacks éclairs ou des hallucinations, c'est un peu pauvre pour ceux qui n'ont jamais vu ses films. Une courte intro intégrant une ou deux scènes 'intimistes" aurait permis de définir/fixer le personnage de Max, de nous rendre plus proches de lui.[/quote:15cqpgwj] Le spectateur a toutes les clés en main dès les premières minutes du film, pourquoi faudrait-il un prologue de 30 minutes avant d'entrer dans le vif du sujet ? Max est un survivant, un fuyard, dans un monde post-apocalyptiques où diverses factions font régner leur loi sur des engins de terreur. Point. Cette pratique permet plus justement au spectateur de comprendre la dangerosité immédiate du monde dans lequel vivent Max et ses rares alliés.[/quote:15cqpgwj] Ça, c'est ton point de vue. Ceux qui découvrent cet univers n'ont pas les mêmes armes ou le background que toi. Et qui parle d'un prologue de 30 minutes ou de raconter les origines ? En 5/10 minutes, tu peux en dire énormément, et pas que de manière verbale. Il y a moyen d'esquisser un personnage, même peu bavard. De lui donner une présence ne serait-ce que magnétique. À l'instar de ce que fait Clint Eastwood - comme Jim en parle, je saisis la balle au bond - dans un paquet de films. Je continue de penser que le peu de définition de Max, plus le fait qu'il passe une demi-heure en mode "victime" (il subit), ça en exclura plus d'un. Parce que le film n'est pas porté par le héros (rôle que Furiosa n'incarne pas vraiment au début d'ailleurs... et pas complètement sur la durée) et que sans accroche forte à un personnage, le spectateur se sent souvent comme un chien dans un jeu de quilles.

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="sylvain cordurié":3r27lk2f] Sauf que Mad Max, ce n'est pas Star Wars. J'entends par là que le héros de cet univers, c'est bien Max. Et donner le sentiment qu'il est l'invité de son propre film dans un blockbuster coûteux, c'est un choix curieux et potentiellement casse-gueule. Surtout qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour éviter ça. Comme il aurait été facile d'éviter des raccourcis trop brutaux, comme la toute fin du film que j'ai trouvé très sommaire, pour ne pas dire vite torchée.[/quote:3r27lk2f] Mad Max, c'est un héros, mais c'est aussi un univers. Dans [b:3r27lk2f]Mad Max 3[/b:3r27lk2f], quand il entre dans le Dôme du Tonnerre, il est nommé "l'homme sans nom". Il est comme les héros mythologique de Sergio Leone, il incarne un univers, une thématique, une esthétique, quasiment un genre. En France, quand on dit "[i:3r27lk2f]un univers à la Mad Max[/i:3r27lk2f]", on pense à l'univers post-apo, pas au héros. Je lisais dans un article (peut-être parmi les liens envoyés hier) que les films ont marqué de nombreux pays, et j'imagine que dans plein de public, c'est un peu le même truc, cette extension à l'univers. De là, le fait que Max soit en retrait, dépouillé de son identité, de la parole (pas qu'il soit particulièrement bavard en règle générale), de la capacité à agir, ça fait assez sens. Le personnage dans l'histoire est en pleine reconstruction, mais la licence également, et ça fait une sorte de parabole métalinguistique sur les rapports entre Miller et le financement. Mad Max s'est fait dépasser par son univers et par son esthétique, et il passe ici tout son film à reconquérir sa place. (Et Miller, accessoirement, à reconquérir son héros). Enfin, Max, c'est un taiseux, presque un archétype. Après la fin du premier film, il devient une ombre, une présence, une silhouette qui passe dans le décor et qui observe. Une espèce de Corto Maltese qui appuie sur le champignon. Et effectivement, la fin est un brin rapide. Dans les trois autres films, il reste seul, solitaire dans l'image, soit au volant de son Interceptor, soit debout dans le désert (voire marchant vers le soleil tel un cow-boy, ou un samourai, solitaire). La dernière image qu'on nous propose ici de Max (pas la dernière image du film, d'ailleurs), c'est Max perdu dans la foule. Et là, tout connement, on passe à côté d'un truc iconique. Comme si un film de l'Inspecteur Harry se concluait autrement que par un travelling arrière. Jim

  • Jack!
    Membre

    Vous n'avez pas dû revoir la trilogie depuis un très loooong moment parce que Max a toujours été le second rôle des films Mad Max, un vagabond effacé. [size=85:19cgthfa]Il faut dire qu'avec un acteur comme Mel Gibson, il valait mieux.[/size:19cgthfa] Avec Fury Road, Miller pousse le personnage un peu plus en périphérie pour souligner sa sauvagerie accomplie, mais on est dans la droite lignée des précédents films. Et puis Fury Road devait être suivi d'un film sur Furiosa, d'où l'accent mis sur le personnage joué par Charlize Theron. [quote="Sylvain Cordurié":19cgthfa]Une suite, surtout après un si long hiatus, doit être un objet en soi, avec tout ce qu'il faut d'informations pour que les spectateurs n'aient pas l'impression qu'il leur manque des morceaux du puzzle. Ne pas le faire, c'est une erreur d'écriture.[/quote:19cgthfa] Miller ne considère pas qu'il s'agit d'une suite per-sé ([size=85:19cgthfa]d'ailleurs, la séquence résumant la mort de sa fille est bien différente de l'originale[/size:19cgthfa]) même si les puristes n'auront aucun mal à raccrocher les wagons*. Je ne vois pas en quoi commencer un film In-Media Res est une faute d'écriture. Je dirais même que c'est l'inverse, c'est très efficace. Le besoin de raconter continuellement des [b:19cgthfa]origines[/b:19cgthfa], c'est une problématique du cinéma hollywoodien actuel. [size=85:19cgthfa]*Du reste, on retrouve les archétypes de Miller: le faire-valoir qui se rend indispensable, la femme indomptable, etc...[/size:19cgthfa] [quote:19cgthfa]Juste un rappel en début de film et des flashbacks éclairs ou des hallucinations, c'est un peu pauvre pour ceux qui n'ont jamais vu ses films. Une courte intro intégrant une ou deux scènes 'intimistes" aurait permis de définir/fixer le personnage de Max, de nous rendre plus proches de lui.[/quote:19cgthfa] Le spectateur a toutes les clés en main dès les premières minutes du film, pourquoi faudrait-il un prologue de 30 minutes avant d'entrer dans le vif du sujet ? Max est un survivant, un fuyard, dans un monde post-apocalyptiques où diverses factions font régner leur loi sur des engins de terreur. Point. Cette pratique permet plus justement au spectateur de comprendre la dangerosité immédiate du monde dans lequel vivent Max et ses rares alliés.

  • [quote="Jim Lainé":1mqo5aof]Il me semble évident que Max est le second rôle, ici. Pour mille raisons, la première et la plus évidente étant qu'il s'agit d'un nouvel acteur, qu'il faut passer après Mel Gibson qui a imposé l'allure de Max comme Miller en a imposé l'univers, et que ça permet d'éviter la comparaison afin de se concentrer sur le spectacle. L'autre grande raison étant aussi que c'est davantage une suite qu'un remake, et que Max a suivi, au fil trois films, un dépouillement qui le prive de son véhicule, de son blouson et de son nom. Tout le film, c'est la reconquête de ça (une reconquête qui, paradoxalement, est due aux War Boys, qui le rasent, lui donnent figure humaine et l'identifient en identifiant son rhésus sanguin. Donc ouais, Max est secondaire. Jim[/quote:1mqo5aof] Sauf que Mad Max, ce n'est pas Star Wars. J'entends par là que le héros de cet univers, c'est bien Max. Et donner le sentiment qu'il est l'invité de son propre film dans un blockbuster coûteux, c'est un choix curieux et potentiellement casse-gueule. Surtout qu'il n'aurait pas fallu grand-chose pour éviter ça. Comme il aurait été facile d'éviter des raccourcis trop brutaux, comme la toute fin du film que j'ai trouvé très sommaire, pour ne pas dire vite torchée.

  • [quote="galactus":265t3s86]Peut être qu'il y a une vraie volonté de Miller de ne pas s'attarder sur Max. Le personnage principal du film étant Furiosa. Et à l'heure où Marvel et DC cherche des réalisatrices ou des séries "girl power" pour mettre en avant des femmes fortes, Miller les a devancé en proposant un personnage féminin digne d'une Ripley. Max apparaissant finalement comme un prétexte un peu "démago" ,traversant le film, pour amener le public à suivre l'histoire de Furiosa, le personnage principal du film. Et peut être qu'il y a un moyen simple d'acquérir les clés de la saga, c'est de découvrir des films "vieillots", qui, miracle, pourraient être apprecié par la "nouvelle génération". C'est tout de même appreciable, contrairement à des reboots merdiques comme Amazing Spider-Man, de ne pas jeter aux orties ce qui s'est fait auparavant, en considérant que des films peuvent être decouverts quelque soit leur âge. Mon fils de 13 ans, qui ne connaît pas la saga, qui n'avait pas été aussi excité que moi à la vue de la BA est ressortie de la séance complètement conquis, parce que le film possède plusieurs niveau d'appréciation, et le 1er, et peut être le plus important: un pur spectacle qui flatte les sens, une véritable experience.[/quote:265t3s86] Avant que tu ne manges ma planète à cause de mon insolence, cher Galactus, j'aimerais objecter qu'un scénariste travaillant sur une saga dont les précédents opus ont plus de trente ans devrait par principe considérer que les spectateurs ne les auront pas tous vus. Peu importe que ce soit par manque de curiosité ou pour une autre raison. C'est une question de bon sens. Une suite, surtout après un si long hiatus, doit être un objet en soi, avec tout ce qu'il faut d'informations pour que les spectateurs n'aient pas l'impression qu'il leur manque des morceaux du puzzle. Ne pas le faire, c'est une erreur d'écriture. Perso, je conserve le sentiment que l'économie faite sur la construction/définition du personnage peut coûter cher à Miller. Ici, nous sommes tous des consommateurs de produits culturels, avec un sens critique plutôt développé. Mais dans son immense majorité, le grand public - celui sur lequel repose le succès d'un film - ne décortique autant les choses. S'il se sent perdu dans l'objet cinématographique qu'on lui propose - le risque d'un bouche à oreille négatif est grand.

  • KabFC
    Membre

    Enfin vu ce matin, pris ma claque visuel et sonore. Maintenant, moi j'ai bien aimé Tom Hardy, il lui manque un peu le regard fou que pouvait avoir Mel, mais sinon c'est du tout bon. Je trouve pas que le personnage soit si secondaire que ça, il est quand même très souvent présent, mais il n'est plus ne position de héros, de sauveur, comme le dit Jim il est dépouillé de tout, même de son humanité. Quand il rencontre furiosa, il n'émet que quelques mots et surtout des grognements, il n'a plus de nom... C'est au fur et à mesure du film qu'il va se reconstruire pour finir par trouver sa propre voie. Sa rédemption passe par la reconquête de qui il est.

  • Jim Lainé
    Membre

    Il me semble évident que Max est le second rôle, ici. Pour mille raisons, la première et la plus évidente étant qu'il s'agit d'un nouvel acteur, qu'il faut passer après Mel Gibson qui a imposé l'allure de Max comme Miller en a imposé l'univers, et que ça permet d'éviter la comparaison afin de se concentrer sur le spectacle. L'autre grande raison étant aussi que c'est davantage une suite qu'un remake, et que Max a suivi, au fil trois films, un dépouillement qui le prive de son véhicule, de son blouson et de son nom. Tout le film, c'est la reconquête de ça (une reconquête qui, paradoxalement, est due aux War Boys, qui le rasent, lui donnent figure humaine et l'identifient en identifiant son rhésus sanguin. Donc ouais, Max est secondaire. Après, la remarque sur l'accroche au tout début, ça m'a frappé aussi. Ça fait partie des trucs qui m'ont fait tiquer. Un petit rappel comme dans [b:3t16297v]Mad Max 2[/b:3t16297v], sur les derricks qui hoquètent et puis se taisent, ça aurait fait redite, mais ça n'aurait pas été de trop. C'est du chipotage de ma part, mais il y a quand même un petit manque, qui ne gène aucunement celui qui connaît bien, mais qui peut coincer pour celui qui ne connaît pas. Jim

  • galactus
    Membre

    Peut être qu'il y a une vraie volonté de Miller de ne pas s'attarder sur Max. Le personnage principal du film étant Furiosa. Et à l'heure où Marvel et DC cherche des réalisatrices ou des séries "girl power" pour mettre en avant des femmes fortes, Miller les a devancé en proposant un personnage féminin digne d'une Ripley. Max apparaissant finalement comme un prétexte un peu "démago" ,traversant le film, pour amener le public à suivre l'histoire de Furiosa, le personnage principal du film. Et peut être qu'il y a un moyen simple d'acquérir les clés de la saga, c'est de découvrir des films "vieillots", qui, miracle, pourraient être apprecié par la "nouvelle génération". C'est tout de même appreciable, contrairement à des reboots merdiques comme Amazing Spider-Man, de ne pas jeter aux orties ce qui s'est fait auparavant, en considérant que des films peuvent être decouverts quelque soit leur âge. Mon fils de 13 ans, qui ne connaît pas la saga, qui n'avait pas été aussi excité que moi à la vue de la BA est ressortie de la séance complètement conquis, parce que le film possède plusieurs niveau d'appréciation, et le 1er, et peut être le plus important: un pur spectacle qui flatte les sens, une véritable experience.

  • Il n'y a qu'un moi, même si on est probablement plusieurs dans ma tête. :) Alors, deux choses... Je me suis fait la même réflexion que Jim en sortant du film. C'est effectivement un opéra "baroque" qui transporte par sa folie mécanique. Un truc de barge qui me donne l'impression d'être un croisement entre l'univers de Miller et celui d'Álex de la Iglesia. Et c'est un film impressionnant en terme de réalisation. Jamais Miller ne perd le spectateur dans cette débauche d'action virevoltante, ce qui est un tour de force en soi. Sinon, le scénario... Honnêtement, bof. À vouloir nous entraîner dans un rythme échevelé, Miller en oublie que tout le monde n'a pas nécessairement les clés de la saga. Juste un rappel en début de film et des flashbacks éclairs ou des hallucinations, c'est un peu pauvre pour ceux qui n'ont jamais vu ses films. Une courte intro intégrant une ou deux scènes 'intimistes" aurait permis de définir/fixer le personnage de Max, de nous rendre plus proches de lui. Au final, il traverse un peu ce Fury Road comme un second rôle. Ma femme et mon gosse qui ne connaissent rien de Mad Max sont restés sur le bord de la route. Ou perdus dans le désert, comme vous voudrez. Si on considère que les réponses émotionnelles des personnages sont caricaturales - même si l'interprétation est solide et que ça va avec la volonté du réalisateur - ça en surprendra plus d'un.

  • Je n'ai pas vu le film, je ne peux donc pas en parler, mais ce que j'ai retenu de certaines critiques et qui me donne envie d'aller le voir, c'est que c'est un pur film de mise en scène. Un scénario qui tient sur un ticket, des dialogues qui ne prennent pas plus de place, ce qui laisse un pur exercice de réalisation. Forcément, c'est casse-gueule, mais si c'est réussi, il y a des chances que je sois client. Je vous dirai si ça a fonctionné pour moi en fin de semaine, normalement.

  • Jack!
    Membre

    [quote="Lord-of-babylon":2b52ajch]En ce qui concerne ce que tu écris sur la musique voici un très bon texte sur le film et son rapport à cet art : http://louvreuse.net/critique/mad-max-fury-road.html[/quote:2b52ajch] Ouf! J'ai cru que tu nous sortais un article genre [color=#0000FF:2b52ajch][u:2b52ajch]ChristNews: les héros de Mad Max sont des sodomites anthropophages diaboliques, gloire à Dieu ![/u:2b52ajch][/color:2b52ajch]

  • Jack!
    Membre

    [quote="Jim Lainé":mg9vcnqn]Et ce ne sont pas les seules références. Le vilain est une sorte de Dark Vador de bric et de broc incapable de respirer sans son masque.[/quote:mg9vcnqn] D'ailleurs, il est bon de savoir que l'acteur qui joue Immortan Joe dans [b:mg9vcnqn]Mad Max: Fury Road[/b:mg9vcnqn] n'est autre que celui qui incarnait le vilain [i:mg9vcnqn]Droogie[/i:mg9vcnqn] dans le tout premier film.

  • Jack!
    Membre

    [quote:1zbpvna2]Je le répète, des images léchées a un rythme de folie avec une musique de brutes, sans scenar, ça ne fera jamais un bon film. [/quote:1zbpvna2] Et pourquoi pas ? L'économie, l'art de raconter une histoire simple en la sublimant avec sa caméra, c'est impossible ? Il y a une règle absolue ? Il faut en rajouter trois tonnes, que le scénario fasse 206 pages et demi et qu'il soit raconter à un rythme mesuré ? On fait quoi après ? On fait pointer tout le monde chez Disney ? Je pense que Mad Max 4 est la concrétisation de ce que voulait faire Miller avec la saga originelle. Ce qu'il n'a pas pu faire avec le premier faute de moyen (d'où un film pré-apocalyptique), ni dans les deux suivants (surtout le troisième qui a des allures de commande Spilbergienne), on le retrouve ici; autant dans l'ambiance à 100 à l'heure qu'il voulait au départ, que dans le message écolo et l'imposition d'un univers qui lui a été piqué par des faiseurs en tout genre après coup. Globalement, Miller condense ce qu'il a enfanté il y a de nombreuses années avec la sortie du premier Mad Max et s'amuse avec des engins plus diaboliques les uns que les autres. [quote:1zbpvna2]Mais Fury Road a un scénario. Je dirais même un scénario extrêmement fort, puissant et très bien construit.[/quote:1zbpvna2] Ce qu'il voit dans l'absence d'un scénario c'est qu'il ne renouvelle pas les enjeux une fois ceux-ci clairement établis ([size=85:1zbpvna2]ce qui était déjà le cas dans les trois précédents[/size:1zbpvna2]). C'est limpide, sans fioriture, ça me plait. Et les péripéties s'enchainent très bien. Du reste, c'est toujours l'histoire de Max, ancien flic fuyard qui se retrouve impliqué dans le malheur des autres sur une terre qui ne cesse de se [i:1zbpvna2]post-apocalyptiser[/i:1zbpvna2].

  • J'en étais sorti plus mitigé jeudi mais il mouline de plus en plus dans ma caboche. Je pense en effet que c'est en film qui prendra de plus en plus d'ampleur au fur et à mesure du temps. En ce qui concerne ce que tu écris sur la musique voici un très bon texte sur le film et son rapport à cet art : http://louvreuse.net/critique/mad-max-fury-road.html

  • Jim Lainé
    Membre

    Bon, bah il est très bien, le nouveau [b:32f81dqa]Mad Max[/b:32f81dqa] de Frank Miller. Des mutants scarifiés, des méchants laids, invalides et jaloux, des gentils beaux et presque propres, une société en déliquescence, une obsessions génétique, un culte du corps… [i:32f81dqa]The Dark Knight Drives Again[/i:32f81dqa]… Mais… on me souffle dans l'oreillette que ce n'est pas Frank Miller, mais George Miller. C'est marrant, pourtant, ça y ressemble. Moi qui rêvais, quand j'avais dix-sept ans, que George adapte en film les BD de Frank, me voilà servi… Trève de plaisanterie, il y a dans ce film la convergence de deux imaginaires forts, qui auront marqué la culture pop des années 1980. Mais ce faisant, avec son tyran souffreteux qui tient à peine debout sans ses porteurs, George Miller inverse la tendance par rapport à [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa], film qui respirait la classe internationale, de Pappagallo à Humungus… Véritable duel à plusieurs tireurs (très léonien, au final), [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] présentait deux camps opposés dont aucun n'attirait le dégoût. La peur, oui, le dégoût, non. Là, dans [b:32f81dqa]Fury Road[/b:32f81dqa], c'est pas pareil. Dégénérescence, maladie, cicatrice, faiblesse, atrophie, amputation, le corps est souffrant, condamné, mourant, du côté des méchant. Il est même nié, puisqu'il est uniforme chez les War Boys. Individu gommé, ce qui correspond pas mal à la thématique qui traverse l'œuvre de George Miller, celle de l'homme seul (pas de l'homme providentiel, hein). Du coup, la dialectique passe du "bon guerrier contre mauvais guerrier" au "dégénéré tortionnaire contre beauté victime" (et là, il en faut beaucoup pour ne pas voir la dimension réactionnaire du truc, mais heureusement, le "beaucoup" en question, George Miller le fournit à pleines pelletées). Bon, personnellement, je reste assez peu emballé par le film. Je m'explique. Le plaisir que j'ai ressenti en le regardant est d'ordre intellectuel, car c'est un film d'une grande richesse, mais pas tellement d'ordre esthétique. En cela que je n'ai vu qu'une déclinaison virtuose, avec les moyens d'aujourd'hui, de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa]. Je n'ai pas eu l'impression de choc visuel que j'ai ressentie il y a quelques décennies. Sans doute en attendais-je trop. Sans doute aussi le film souffre-t-il d'un trop gros budget hollywoodien. Il est pensé en gros, si j'ose dire. Là où les deux premiers films jouaient la carte de l'aridité, du dépouillement, de la simplicité à l'extrême. [b:32f81dqa]Fury Road[/b:32f81dqa] est un film baroque, rococo, qui en fait des tombereaux. C'est une forme de générosité en soi, mais je n'y ai pas été sensible du tout (et ça, je l'ai senti à la première bande annonce). Je crois que ce qui fait la force de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa], c'est son dénuement, justement, son économie, son esthétique du moins. Là, George Miller livre un film qui tourne autour d'une esthétique du plus. C'est complètement raccord avec ce que le film raconte, c'est-à-dire d'un côté un tyran qui fait miroiter un espoir, de l'autre côté une terre promise à laquelle des fuyards se raccrochent. Il faut donc, pour rendre ces espoirs (vains) crédibles, mettre en scène l'exagération. Mais pour moi, fan devant l'éternel du deuxième opus, c'est un virage brutal. Mais là, justement, on en vient à la dimension "cultivée" du film, intelligente, roublarde. George Miller, c'est quelqu'un d'intelligent, de cultivé, qui a déjà su renouveler sa licence au moins une fois, et qui sait très bien à quel tournant il est attendu par son vieux (et plus jeune) public. Avec cela en ligne de mire, il se lance dans un jeu de promesses, des promesses pas tenues justement parce qu'il offre autre chose. Le film négocie un virage brutal, au propre comme au figuré. [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] (et [b:32f81dqa]3[/b:32f81dqa], d'une certaine manière), c'est la route au milieu du désert. Hé bien Furiosa quitte la route. Et George Miller aussi. Première promesse non tenue : vous vouliez la route, je vous offre le désert. Attention, qu'il soit bien clair que quand je dis qu'il ne tient pas ses promesses, ce n'est pas réellement un reproche. Au contraire. George Miller appâte son vieux fan (genre, moi) avec des évocations d'image (Max au volant de l'Interceptor), mais jamais il ne tiendra ces promesses. Il offre autre chose. C'est comme le virage négocié par Furiosa : il sait que pour faire vivre son personnage, il ne peut pas redire la même chose. Donc il taquine, il aguiche, mais il ne cède pas. Selon moi, il faut y voir un commentaire sur les rapports du réalisateur à la production et au marché. Alors oui, j'attendais certaines images précises, je ne les ai pas eues, j'en ai eu d'autres. Ma foi, tant mieux, d'une certaine manière. Je crois, en définitive, que ce n'est pas un film. C'est un opéra. Les personnages sont des êtres mythologiques, des fonctions dramatiques, des forces de la nature qui se battent les unes contre les autres. Et qui se battent contre les éléments, ce qui ne me semble pas anodin non plus. C'est lyrique, c'est symphonique. L'opéra, c'est quelque chose qui traîne dans l'esprit du réalisateur depuis longtemps. Pappagallo, ça veut dire "perroquet" en italien, mais ça évoque également le nom de Papageno, l'oiseleur condamné au mutisme de [b:32f81dqa]La Flûte enchantée[/b:32f81dqa], de Mozart. Est-ce un hasard aussi si la bande-annonce (et une scène du film) recourt au [i:32f81dqa]Dies Irae[/i:32f81dqa] extrait de la [b:32f81dqa]Messe pour Requiem[/b:32f81dqa] de Verdi (certes, ce n'est pas un opéra, mais vous mordez le topo) ? Derrière tout cela, il y a l'idée de la scène et de la représentation. Et ça, c'est également transversal à sa filmographie, surtout d'ailleurs à partir de [b:32f81dqa]Mad Max 3[/b:32f81dqa] (l'arène). Mais on a ça aussi dans [b:32f81dqa]Happy Feet[/b:32f81dqa] (la représentation de claquettes). Et là, l'univers mis en scène, ce n'est plus la route, c'est une scène ambulante, qu'on emporte avec soi, qui suit le héros partout où il va. La présence du guitariste enflammé est là pour le rappeler. Et pour rappeler aussi la veine parodique que George Miller avait entamé à partir du troisième opus. Ça et les cheveux longs de Max au début, ça place [b:32f81dqa]Fury Road[/b:32f81dqa] non pas en remake de deux précédents, mais en suite plus ou moins indirecte. Le glissement des enjeux renforce l'idée, au demeurant : ce n'est plus le pétrole ni même l'eau au centre de tout, mais la descendance. Ce qui frappe le film du sceau du désespoir, car la descendance semble condamnée (Rictus a un corps parfait mais c'est un abruti congénital, tous les autres à part des exceptions sans doute pas assez nombreuses pour relancer la machine sont des êtres contrefaits…), refermant tous les avenirs possibles sur une humanité accrochée à une unique oasis. Je ne rajouterai rien à ce qui a été dit sur le parcours des personnages (Max, notamment, en reconquête de lui-même, jusqu'à son nom), et sur le discours concernant l'écologie (condamnée) et la religion (condamnable). Les personnages sont tous accrochés à des illusions, celles d'un lendemain qui chante, d'un au-delà et d'une renaissance, d'une herbe plus verte de l'autre côté de la barrière. Toute cette partie est brillante, astucieuse, mise en lumière par toutes les raisons, bonnes et mauvaises, pour lesquelles un personnage est prêt à se sacrifier pour un autre. Là où George Miller rejoint Sergio Leone (à nouveau) dans sa dimension mythologique, c'est qu'il fait clairement allusion aux mythologies fondatrices de notre imaginaire. Les éléments déchaînées, c'est un peu l'Olympe qui tombe sur les hommes. Mais la fratrie des trois vieux barbons unies pour la possession des femmes, c'est clairement la Guerre de Troie à laquelle le cinéaste fait référence, déployant ses Ménélas et Agamemnon à la poursuite d'une Hélène en folle du volant. Il a même un double chœur antique, commentateur de l'action, en les personnes du guitariste et de l'une des jeunes femmes, proprement hallucinée et servant de didascalie vivante à l'action. Il est dans l'homérique, et s'il en faut un indice, c'est le poursuivant, aveuglé par son destin et fonçant à son tour, yeux bandés, vers son destin. [i:32f81dqa]Homerum dicitur caecum fuisse[/i:32f81dqa], c'est bien connu. Et ce ne sont pas les seules références. Le vilain est une sorte de Dark Vador de bric et de broc incapable de respirer sans son masque. Max est muselé comme Bane dans le film de Christopher Nolan. Le sanglot hurlé par Furiosa n'est pas sans rappeler le cri muet de Pacino à la fin du troisième [b:32f81dqa]Parrain[/b:32f81dqa]. Et le film offre des dizaines d'autres allusions, sans compter celle renvoyant à Max le Dingue lui-même (le coupe-circuit, les armes cachées, la cartouche mouillée, le saut sur le capot, le sac d'armes…). Tout cela au service d'une véritable satire sociale sur la confiscation du savoir (les livres entassés) et la prise en otage des générations futures. Aux inquiétudes politiques et écologiques qui ont vu la naissance de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] se rajoutent les craintes de la génétique et de la marchandisation de l'humain qui flottent au-dessus de notre tête. George Miller disait de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] que ça parle du présent, c'est sans doute encore très vrai dans ce film. On pourrait sans doute continuer des heures comme ça. Le cinéaste n'a jamais été dupe du fait que l'on ne fait plus d'histoires originales, et il ne se prive pas de connecter son récit à de glorieux ancêtres. Il y a un peu des Morlocks et des Elois (de [b:32f81dqa]La Machine à explorer le temps[/b:32f81dqa] de Wells) dans la description de sa société dictatoriale, les méchants méprisant la sagesse des livres mais maîtrisant la technique et la mécanique comme autant d'outils d'oppression. Ce qui donne une illustration assez savoureuse et rafraîchissante de la lutte entre l'homme et la machine, cette dernière étant à la fois l'objet lui-même et la société qui l'utilise. C'est sans doute d'ailleurs ce thème qui rend le greffon sur l'imaginaire américain plus aisé, ici. Un homme seul, une course-poursuite, une lutte concrétisée par des pelleteuses, des scies et autre herses, et surtout un but à atteindre, là où, dans [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa], il n'y a que la route. Et c'est là, je me répète, le gros défaut du film. C'est un film qui a du pognon, qui est financé à l'américaine, et si cela sert le baroque et la satire sociale, ça éloigne du modèle épuré de 1981. Et ça ne fait que mettre en évidence des choix esthétiques qui parfois piquent les yeux. Les accélérés du début du film, par exemple (la poursuite dans les couloirs), voilà une astuce narrative que pour ma part je déteste, tout simplement. C'est laid, agressif, pas réellement utile, ça donne l'impression qu'il manque des images à la pellicule, et ce que je pardonnais encore sur les deux premiers films (c'était plus court, très isolé, et ça pouvait passer à mes yeux pour de la bidouille de jeune cinéaste fauché) m'est du plus haut pénible dans un film léché. D'une certaine manière, le camion de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa], pensé comme une forteresse sur roues (et vraiment beaucoup plus classe que celui-ci), est un plus, que ce film n'a pas su reproduire. Malgré l'assaut, malgré les forces écrasantes en présence, malgré les perchistes, les assaillants n'arrivent pas à prendre pied sur le camion, qui pourtant est moins bien défendu que son prédécesseur. Le camion de [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] partait en morceaux, les soudures craquaient, les équipiers tombaient (ah, la guerrière rousse…), il y avait un sens du drame sur la scène (ambulante) qui n'est pas reproduit ici. C'est d'ailleurs un défaut structurel, pas bien grave (parce que le propos n'est pas là), mais présent : il n'y a pas réellement de sentiment de danger. Il faut rouler, c'est tout. Mais là menace est là, là-bas, là où il y a un nuage de poussière à l'horizon. On a beau dire que l'ennemi est là dans cinq minutes, les armes ont beau porter à des centaines de mètres, on ne s'inquiète pas réellement, on sait qu'ils sortiront de l'ornière à temps, que Max et Furiosa feront mouche, et malgré une ou deux images choc, on n'est pas inquiets. Ce qui est un peu dommage. Tout cela (oui oui, j'ai des choses à dire sur ce film) pour dire que [b:32f81dqa]Mad Max: Fury Road[/b:32f81dqa] m'a inspiré d'un point de vue intellectuel, mais ne m'a pas permis de retrouver l'étourdissement que [b:32f81dqa]Mad Max 2[/b:32f81dqa] me fait encore ressentir aujourd'hui, après des dizaines de visionnages. Je crois que j'apprécierai ce nouvel opus plus tard, dans six mois, dans un an, dans cinq ans. Mais là, quatre heures après, je trouve que ce n'est pas un film nécessaire. J'en sors mitigé. Satisfait, mais pas enthousiaste. Jim

  • [quote:3jl5mv70]Je le répète, des images léchées a un rythme de folie avec une musique de brutes, sans scenar, ca ne fera jamais un bon film.[/quote:3jl5mv70] Mais [i:3jl5mv70][b:3jl5mv70]Fury Road[/b:3jl5mv70][/i:3jl5mv70] a un scénario. Je dirais même un scénario extrémement fort, puissant et très bien construit. Fury Road raconte l'histoire d'une rédemption d'une figure (symbolisé par deux personnages : Max et Furiosa) et par extension celle de l'humanité et d'un changement fort de société où la marchandise la plus précieuse prend conscience de sa force et de sa capacité à redonner la vie à la Terre. Que tout cela (et bien plus encore) ne s'appuie pas sur des longues lignes de dialogues et de multiples scènes explicatives surlignées au stabylo jaune mais par l'action des différents protagonistes et par un symbolisme et un parcours mythologique habituel chez le réalisateur ne veut pas dire qu'il n'y pas de scénario. On est chez [b:3jl5mv70]George Miller[/b:3jl5mv70], pas chez [b:3jl5mv70]Christopher Nolan[/b:3jl5mv70]

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Jack!":1xrydi8t][quote="soyouz":1xrydi8t][quote="silverfab":1xrydi8t]Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...[/quote:1xrydi8t] Monsieur Cordurié, sortez de ce corps ! :mrgreen:[/quote:1xrydi8t] Non, non. "Nivelage pas le bas", ça sent le Jim Lainé ça. Les fourbes ![/quote:1xrydi8t] Tu veux dire qu'on est plusieurs dans le corps de Silverfab ? [size=85:1xrydi8t]> sifflote en regardant le plafond d'un air innocent <[/size:1xrydi8t] Hum

  • silverfab
    Membre

    Déjà la l'argumentation est un peu plus développée et ne sent pas le fan Boy basique qui a "surkiffé un film de guedin ", tendance de la critique envers le film ces jours derniers. Ensuite quand je parle de nivellement par le bas je parle de l'ensemble de la production ciné (& autres) qui, à quelques exceptions près , a tout de même un furieuse tendance à etre uniforme, peu inspirée, peu recherchée...et donc forcément des qu'un truc un brin original pointe son nez (çe Mad Max par exemple) ca y est c'est le Graal. Je le répète, des images léchées a un rythme de folie avec une musique de brutes, sans scenar, ca ne fera jamais un bon film. Et donc, encore merci à Lord OF Babylone d'avoir remis un peu les choses en place concernant les trois premiers.

  • [quote="silverfab":1pqegtbz]Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...[/quote:1pqegtbz] Tu es pourtant la preuve que tout le monde ne crie pas au génie. Et d'autres personnes ne l'ont pas forcément apprécié. Alors le coup du nivellement par le bas :mrgreen: [quote:1pqegtbz]Parce que si ma mémoire est bonne ce ne sont que de longues courses-poursuites durant tout le film.[/quote:1pqegtbz] Non le rythme est bien différent entre les quatre films. Le premier [b:1pqegtbz][i:1pqegtbz]Mad Max[/i:1pqegtbz][/b:1pqegtbz] est un film fantastique qui lorgne vers le [i:1pqegtbz]revenge movie[/i:1pqegtbz] racontant la chute morale et physique d'un homme et par extension celle de l'humanité. De manière concrète le film s'ouvre sur une course poursuite (entre les flics et le Nightrider) pour ensuite alterner des moments de pause (les scènes dans le foyer de Max) et de violence (l'attaque des motards sur le couple ou celle sur Goose) mais ce ne sont pas des courses poursuites. On n'en retrouve qu'a la fin et celles-ci ressemblent plus à des traques avec dans un premier temps le gang qui blesse et tue la femme et l'enfant de Max puis ce dernier qui va éliminer le Toadcuster et les derniers membres de sa bande. Le deuxième film qu'on compare plus à western a plus de courses poursuite (l'une qui ouvre le film, deux vers le milieu et la dernière qui clôt le film) mais elle balise le métrage et n'ont pas la même durée (seule la dernière est une longue course poursuite). Le troisième film ne contient qu'une course poursuite à la fin de celui-ci. Le quatrième film se démarque des trois autres (et on y sent énormément à quel point les deux [i:1pqegtbz][b:1pqegtbz]Happy Feet[/b:1pqegtbz][/i:1pqegtbz] ont servi de labo d'expérimentation pour [i:1pqegtbz][b:1pqegtbz]Fury Road [/b:1pqegtbz][/i:1pqegtbz]je trouve) par le nombre et la longueur de ses courses poursuites. Il y a très peu de pause et tout le récit se base sur une fuite en avant sur la route. Je sais plus où j'ai lu cela mais quelqu'un comparait le film avec une sorte de Magicien d'Oz qui sent le gasoil et l'idée me plait assez. C'est assez remarquable de voir une œuvre qui ne s'arrête jamais (ou très peu) au sein de laquelle la plupart des conflits et évolutions narratives s'effectue dans l'action. C'est un film d'une richesse incroyable qui dévoile son univers par des détails rapides servant à poser le contexte et par l'action même des protagonistes. Le fanatisme religieux en tant que ciment de la société d'Immortal Joe par exemple est développé que de cette manière avec tout ce qu'entretiennent les Warboys dans le culte et l'imagerie (le volant, la peinture chromé qu'il se foutent sur la tronche, le sacrifice qui ne prend sens que s'il est vu, le mythe d'un nouveau Vahalla etc etc). Sur cet aspect, au contraire de sylverfab, je n'y vois pas un nivellement pas le bas mais au contraire l'un des films les plus intelligents et fort vis à vis du contexte géo-politique et religieux actuel.

  • KabFC
    Membre

    [quote="soyouz":hupp5zjs]ça parle de boomerang aussi ! :mrgreen:[/quote:hupp5zjs] et de kangourous ?

  • soyouz
    Membre

    ça parle de boomerang aussi ! :mrgreen:

  • KabFC
    Membre

    [quote="silverfab":151lx2iq]Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...[/quote:151lx2iq] Surement parce qu'il faut du génie pour faire de belles images ? Tout le monde ne peut pas en faire ni faire un beau clip. Tout le monde ne peut être Terrence Malick et filmer comme lui, ou en l'occurence George Miller. Enfin j'ai pas encore vu le film (ce soir j'espère) mais je voudrais que tu me rappelles les scénarios des 3 premiers ? Parce que si ma mémoire est bonne ce ne sont que de longues courses-poursuites durant tout le film. Miller donne donc aux gens ce qu'ils veulent voir, mais je peux me tromper.

  • n.nemo
    Membre

    il a parlé de l'impatience du "tout tout de suite" ? Non parce que sinon y a un doute ! ^^

  • soyouz
    Membre

    La première partie de la phrase rappelle Sylvain quand même ....

  • Jack!
    Membre

    [quote="soyouz":2ahaz2oe][quote="silverfab":2ahaz2oe]Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...[/quote:2ahaz2oe] Monsieur Cordurié, sortez de ce corps ! :mrgreen:[/quote:2ahaz2oe] Non, non. "Nivelage pas le bas", ça sent le Jim Lainé ça. Les fourbes !

  • soyouz
    Membre

    [quote="silverfab":3sg89syy]Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...[/quote:3sg89syy] Monsieur Cordurié, sortez de ce corps ! :mrgreen:

  • silverfab
    Membre

    Alors qu'aujourd'hui tout le monde crie au génie devant cette débauche d'images clipesques...triste nivellation par le bas...

  • Pas vraiment non. En tout cas cela dépendait des magazines, des personnes et de leurs gouts (c'est un truc de dingue. Les gens n'avaient pas la même opinions parfois)

  • galactus
    Membre

    [quote="silverfab":2jttnq1h]Eh ben une fois de plus vous êtes bon public! Une purge ce mad max version 2015! 2H et des poussières de clip métal plein d'explosion, de non sens, de drag queens, d'"acteurs" en mode automatique (Charlize exceptée, heureusement qu'elle est là)...absence de scénario au profit d'une suite pyrotechnique d'effets spéciaux qui font mal à la tête...bref, ils auraient limite du appeler ça autrement, mais bon...[/quote:2jttnq1h] Je suis sûr que c'est qu'il se disait en 82. :D

  • Tori
    Staff

    [quote="Jack!":d3nbvq0f]Après avoir inspiré toute une génération de cinéastes (de Kevin Costner à James Cameron) ou même les domaines vidéo-ludique (Fallout, Carmageddon) et de plateau (Warhammer 4K)[/quote:d3nbvq0f] sans oublier le manga : sans [i:d3nbvq0f]Mad Max[/i:d3nbvq0f], pas de [i:d3nbvq0f]Hokuto no Ken[/i:d3nbvq0f]/[i:d3nbvq0f]Ken le survivant[/i:d3nbvq0f] ! Tori.

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Lord-of-babylon":333box9v] Perso j'ai vraiment du mal avec Tom Hardy. [/quote:333box9v] Ah moi, c'est pas d'aujourd'hui. Jim

  • Jack!
    Membre

    Vache ! Il est totalement furieux ce nouvel opus de Mad Max. Un film a couper le souffle fait par un réalisateur chevronné qui n'a eu de cesse de peaufiner sa caméra film après film (une utilisation assez judicieuse des accélérés qu'il limitait jusqu'ici aux scènes de course-poursuites), chaque plan est une œuvre en soi. Après avoir inspiré toute une génération de cinéastes (de Kevin Costner à James Cameron) ou même les domaines vidéo-ludique (Fallout, Carmageddon) et de plateau (Warhammer 4K), Max le Cinglé retrouve la place qui lui revient de droit, au sommet d'un cinéma post-apocalyptique complétement dérangé où l'amour des monstres d'un Fritz Lang côtoie la mécanique rouillée d'engins d'la mort sur quatre roues. Bref, une chouette histoire minimaliste qui entraine à la débauche de spectaculaire. Ça fait plaisir aux mirettes. Moi, tout ces moteurs qui vrombissent, ça me donne envie d'écraser des petites mémés au coin d'un carrefour. [quote:3f8v05dc]absence de scénario[/quote:3f8v05dc] Parce que les trois précédents c'étaient du Tolstoï ?

  • Photonik
    Membre

    [quote="silverfab":2p5kat59] mad max version 2015! 2H et des poussières de clip métal plein d'explosion, de non sens, de drag queens[/quote:2p5kat59] Hmmmm, ça me fait de plus en plus envie ce que tu dis là... :wink:

  • silverfab
    Membre

    Eh ben une fois de plus vous êtes bon public! Une purge ce mad max version 2015! 2H et des poussières de clip métal plein d'explosion, de non sens, de drag queens, d'"acteurs" en mode automatique (Charlize exceptée, heureusement qu'elle est là)...absence de scénario au profit d'une suite pyrotechnique d'effets spéciaux qui font mal à la tête...bref, ils auraient limite du appeler ça autrement, mais bon...

  • Marko
    Membre

    J'ai adoré, un mix très réussi du 2 (les poursuites) et du 3 (la quête de Furiosa).

  • Je veux bien faire une exception Pour lui : [img:16ew7rja]http://www.culturez-vous.com/wp-content/uploads/2010/08/max-pecas-300x208.jpg[/img:16ew7rja]

  • Nikolavitch
    Membre

    [quote="Lord-of-babylon":3ktkwdv6]Voila. Cela devrait être gravé dans la pierre d'ailleurs. Il n'y a qu'un seul Max et c'est Mel [/quote:3ktkwdv6] [img:3ktkwdv6]http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.live2times.com/imgupload/event/10666/300710120914/normal/max-la-menace-max1-.jpg&sa=X&ei=7MhUVdDnOsGBUbjugfAG&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNGl9zFQZyxv1crBHrYqwSSu2cSMUQ[/img:3ktkwdv6] Hein ?

  • Voila. Cela devrait être gravé dans la pierre d'ailleurs. Il n'y a qu'un seul Max et c'est Mel Perso j'ai vraiment du mal avec Tom Hardy. Je pense que j'aime tellement Mel/Max que je ne peux pas concevoir un autre acteur à la place. Forcément je minimise surement son rôle même si je l'ai apprécié au fil du métrage (mais il y a tout un truc autour de lui qui justifie le terme "mad" que j'ai pas trop compris ou aimé) Mais Furiosa est vraiment sublime et il est clair qu'on est dans une espèce de film féministe (enfin pour ce que cela veut concrètement dire hein je vais pas rentrer dans le débat ou la définition) assez incroyable.

  • Le Doc
    Membre

    Si, c'est bien Max...mais si j'ai bien compris, pour Lord il n'y a qu'un Max et c'est Mel Gibson... :wink:

  • je n'ai pas suivi l'affaire,je n'ai vu la BA pour la 1ère fois que samedi dernier, ce n'est donc pas le perso de Max?

  • Pas la peine de faire le film [i:2gp5h3o5][b:2gp5h3o5]Wonder Woman[/b:2gp5h3o5][/i:2gp5h3o5] les mecs ça vient d'être fait. C'est difficile à rentrer dans le film tant il faut s'enlever de la tête Mel/Max des trois premiers films mais une fois fait (en gros quand on s'en branle de Max) je me suis régalé Excellent film qui va bien murir dans ma tête je pense. Je le reverrais avec plaisir. C'est toute la poursuite de fin de [i:2gp5h3o5][b:2gp5h3o5]Mad Max 2[/b:2gp5h3o5][/i:2gp5h3o5] sur 2h00. [b:2gp5h3o5]Miller[/b:2gp5h3o5] a su résoudre le problème de l'absence de [b:2gp5h3o5]Mel Gibson[/b:2gp5h3o5] (et donc de Max) grâce à un basculement ingénieux du protagoniste principal. [b:2gp5h3o5]Tom Hardy[/b:2gp5h3o5] tente tant bien que mal d'être à niveaux mais n'y arrive que rarement. Ce n'est pas un problème compte tenu de Furiosa, de l'histoire frénétique, de l'imagerie folle et de l'action incroyable. J'aime beaucoup l'idée que le film boucle la boucle via des effets de miroirs vis à vis du premier film. (bon c'est vrac mais en conclusion : this is bon)

  • Le Doc
    Membre

    [img:zcfaezt8]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/sf/10636937_661847177254140_3001186770164503894_o.jpg[/img:zcfaezt8]

  • Jim Lainé
    Membre

    Purée. Jim

  • Jack!
    Membre

    La dernière bande-annonce: [youtube:2djwjqhc]http://www…:2djwjqhc]

  • Le Doc
    Membre

    Et à propos du tournage : [quote="Tom Hardy":2zipr8k1]“Luckily nobody died. We were in the middle of nowhere, so far away from the studio system that [Warner Bros] can’t really see what’s going on, and just getting things to and from the set was a nightmare. We’d lose half a vehicle in sand and have to dig it out. It was just this unit in the middle of x-million square-kilometres of desert, and then this group of lunatics in leathers, like a really weird S&M party, or a Hell’s Angels convention. It was like Cirque du Soleil meets fucking Slipknot.” [/quote:2zipr8k1]

  • Jack!
    Membre

    L'acteur Tom Hardy vient de signer pour incarner Max le Dingue dans trois films supplémentaires de la franchise.

  • Desiderian
    Membre

    ARGGGGGHHH Bien longtemps qu'une B.A m'avait pas mis en haleine..!!

  • Jack!
    Membre

    Il a quand même l'air d'avoir sacrément eu le temps de peaufiner sa pelloche. Rien que la bande-annonce, c'est tout joli.

  • KabFC
    Membre

    baaaaaaaaaaaaaave

  • Photonik
    Membre

    Il y a plus d'idées dans cette bande-annonce de dingue que dans l'ensemble de la production hollywoodienne des 15 dernières années. A l'aise.

  • Le Doc
    Membre

    La nouvelle bande-annonce : [youtube:3a0abytq]http://www…:3a0abytq]

  • Photonik
    Membre

    Exactement l'effet que m'a fait "Interstellar", alors. Avec de la poussière au lieu du sable. :wink:

  • Du sable, du sable, encore du sable. Miller est un marchand de sable, je me suis endormi après la bande-annonce comme après m'être envoyé une boîte de Xanax saupoudrée de Lexomil.

  • Jim Lainé
    Membre

    Je vais émettre une note discordante, mais je ne suis pas sensible à la surenchère que suggère la bande-annonce : les montagnes, la tempête, tout ça, ça m'éloigne de l'épure et de la sécheresse du deuxième [b:2rjr0256]Mad Max[/b:2rjr0256], dont j'appréciais l'aspect brutal, simple et presque naturaliste. J'irai le voir, oui oui, mais tout de même, j'ai l'impression de voir une personnalité forte céder à un style en vogue. Grmbl. Jim

  • Rael
    Membre

    OMG cette bande annonce est encore plus vénère que la précédente!

  • KabFC
    Membre

    Oulalalalalala. ca envoie du gros cette bande annonce, c'est un truc de foliche.

  • Le Doc
    Membre

    [img:2q2m7fky]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches_3/mad-max-fury-road-poster1.jpg[/img:2q2m7fky]

  • Le Doc
    Membre

    La nouvelle bande-annonce : [youtube:3rconqoa]http://www…:3rconqoa]

  • Photonik
    Membre

    Dossier très complet sur Max le dingue et son papa Georges Miller dans le Mad Movies de ce mois, qui inaugure une nouvelle formule pour la peine...

  • DreamdusT
    Membre

    La bande annonce déboite bien, en espérant qu'elle soit le reflet du film :D

  • Jack!
    Membre

    Voici la couverture de l'artiste (et co-scénariste) [b:1i13mzqj]Brendan McCarthy[/b:1i13mzqj] pour l'adaptation comics de [b:1i13mzqj]Mad Max: Fury Road[/b:1i13mzqj] qui ne verra jamais le jour. [img:1i13mzqj]http://imageshack.com/a/img674/8541/K5wz9b.jpg[/img:1i13mzqj] [quote="Brendan McCarthy":1i13mzqj]Non, Fury Road a toujours été pensé comme un film d'action live. La couverture du comic était juste un modèle pour garder l'option sur un Roman Graphique ou une série. L'idée était que je puisse adapter le scénario et les storyboards que j'ai fait avec George [Miller] en un comic. Ça n'a jamais été utilisé ou vu... Jusqu'à maintenant ! Je pense qu'à un moment DC ou un autre éditeur sortira un comic Mad Max. C'est une bonne manière d'étendre l'univers de Mad Max.[/quote:1i13mzqj] A noter qu'un "motion-comic" Mad Max, scénarisé par [b:1i13mzqj]Tom Taylor[/b:1i13mzqj] ([url=http://www.comics-sanctuary.com/forum/injustice-gods-among-us-tom-taylor-collectif-t65900.html:1i13mzqj]Injustice: Gods Among Us[/url:1i13mzqj], [url=http://www.comics-sanctuary.com/forum/earth-2-17-tom-taylor-nicola-scott-t62334.html:1i13mzqj]Earth 2[/url:1i13mzqj], [url=http://www.comics-sanctuary.com/forum/superior-t70860.html:1i13mzqj]Superior Iron Man[/url:1i13mzqj]), a déjà vu le jour l'année dernière pour promouvoir le jeu vidéo des Studios Avalanche: [youtube]http://www…[/youtube] [youtube:1i13mzqj]http://www…:1i13mzqj]

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="n.nemo":2ykmf4cr]ce que j'apprécie beaucoup dans les trois films c'est leur grandes différences. Chacun propose une belle métaphore de la société des années 80. Le premier sur la course à la violence entre flics et voyous. le second où une société d'arien cherche à fuir dans une course folle, celle du pétrole, course qu'elle a elle même déclenché, poursuivi par tout ce qui peut contrarier une belle société homogène de blond et qui ne devra son salut qu'à un brin et un handicapé. Le troisième, adoptant le point de vue des enfants et portant sur l'impossible héritage dans une société moderne vouée aux divertissements les plus violents[/quote:2ykmf4cr] Et ce que j'aime bien dans le troisième, c'est l'émergence du George Miller parodique et métaphorique. Celui de [b:2ykmf4cr]Babe[/b:2ykmf4cr] et de [b:2ykmf4cr]Happy Feet[/b:2ykmf4cr]. Le gars qui fait dans l'humour histoire de faire passer une vision sans concession et sans illusion de la société. Dans [b:2ykmf4cr]Mad Max 3[/b:2ykmf4cr], il y a une exploitation du fétichisme de la société de consommation (au bout du bout de laquelle arrive le film, obligé de faire tourner les voitures à la crotte de cochon…), passant par la télévision, l'avion et quelques autres trucs, qui est assez savoureuse. Ça donne au film une tonalité intéressante, le discours "du pain et des jeux" prenant une tournure sérieusement caustique. Jim

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Photonik":44adqd98] (même si je trouve comme beaucoup le deuxième très supérieur). [/quote:44adqd98] D'un strict point de vue kiffage, le deuxième est inégalable et inégalé. Et emporte chez moi aussi la préférence. Mais le premier a une charge politique incroyable (la privatisation et de là la déliquescence des pouvoirs publiques, rien que ça, mais aussi la vision d'un tissu urbain bouffé à l'acide, avec des infrastructures qui s'émiettent, laissant la société dans l'état d'une sorte de XIXe siècle avec des voitures, quoi… Là, l'utilisation du décor australien est prodigieux). Et en plus du discours politique, c'est l'un de ces films qui présente toute l'inanité de la vengeance, tout le vide. Un peu comme le [b:44adqd98]True Grit[/b:44adqd98] des frangins Coen ou le récent [b:44adqd98]Sabotage[/b:44adqd98] où figure Schwarzenegger, [b:44adqd98]Mad Max[/b:44adqd98] laisse le héros dans son vide intérieur, dans le fameux "[i:44adqd98]et maintenant, que vais-je faire ?[/i:44adqd98]", d'autant plus percutant que Miller a filmé Gibson dans une scène de douleur muette assez poignante. L'air de rien, c'est quand même un film prodigieux, d'une richesse insondable. Jim

  • Photonik
    Membre

    J'aime bien ta grille de lecture. Mais j'élargirais, sans se restreindre à l'Amérique. Après tout, Miller est australien : peut-être vise-t-il l'occident en général, lui qui s'est intéressé à la confrontation entre ancien et nouveau monde dans son pays d'origine. Ce qui plaide en la faveur de ton point de vue, c'est que les hordes punks, par touches subtiles, ne sont pas dépeintes comme des représentations du mal univoques et caricaturales. Il y a l'amant de Zed, en effet, mais surtout Humungus, et son discours plutôt mesuré (où il dit un truc genre "nous avons tous tant perdu" ; cf. la fameuse photo noir et blanc qui orne le coffret où il range son arme fétiche...). Par "hippies", on devrait peut-être entendre "new age", en fait (les costumes un brin raëliens).

  • n.nemo
    Membre

    hippies je sais pas. Pour moi c'est la lutte de l’Amérique blanche contre tout ce qu'elle perçoit comme marginale et agressif : amour, libre, homosexualité, marginaux en tout genre. Elle s'enfuit avec son pétrole dans une course folle vers le soleil, les plages et sa belle vie fantasmée. Les wasp contre le reste du monde qui ne sauraient se salir les mains, ni dans la mécanique (le mécano handicapé brin) ni dans la violence (max, brin lui aussi)

  • Photonik
    Membre

    D'une certaine manière, le 2 aussi privilégie le point de vue des enfants, puisqu'on découvre à la fin que le narrateur est en fait l'enfant sauvage, bien des années après. Pour ce qui est du sous-texte du 2, j'avais lu un papier (de je sais plus qui : peut-être Jean-Pierre Dionnet ?) qui le présentait comme le combat des hippies contre les punks après la chute de la société, arbitré par un flic cramé... J'aime bien cette interprétation, pas tendre avec les hippies, du reste.

  • n.nemo
    Membre

    ce que j'apprécie beaucoup dans les trois films c'est leur grandes différences. Chacun propose une belle métaphore de la société des années 80. Le premier sur la course à la violence entre flics et voyous. le second où une société d'arien cherche à fuir dans une course folle, celle du pétrole, course qu'elle a elle même déclenché, poursuivi par tout ce qui peut contrarier une belle société homogène de blond et qui ne devra son salut qu'à un brin et un handicapé. Le troisième, adoptant le point de vue des enfants et portant sur l'impossible héritage dans une société moderne vouée aux divertissements les plus violents Si comme beaucoup, le 2 a longtemps eu ma préférence, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Je les prends vraiment comme trois opus distincts se complétant très bien les uns les autres.

  • soyouz
    Membre

    [quote="Photonik":3vsz1oef] Pour se rendre compte pleinement du côté "révolutionnaire" du premier, fallait quand même le voir à l'époque, je crois. Parce que Miller s'est quand même bien fait piller par la suite...[/quote:3vsz1oef] Sauf que je trouve que ça va rarement aussi loin que lui (la prestation de Gibson peut être). Je l'ai revu il y a deux ans (après un bail) et ça m'a un peu impressionné !

  • Photonik
    Membre

    Non, pas à tort, les deux films sont vraiment différents, à tel point qu'on n'a pas vraiment besoin du 1 pour voir le 2, et même pas du tout besoin. Ce qui n'enlève rien de l'intérêt du premier volet, hein (même si je trouve comme beaucoup le deuxième très supérieur). Pour se rendre compte pleinement du côté "révolutionnaire" du premier, fallait quand même le voir à l'époque, je crois. Parce que Miller s'est quand même bien fait piller par la suite...

  • soyouz
    Membre

    ça me fera le même effet de prime abord, car je trouve (à tort peut être) que l'ambiance, l'univers et le décor sont quand même bien différents entre le 1er et le 2ème.

  • Photonik
    Membre

    Je crois que c'est une suite directe du premier opus, pas tout à fait un reboot mais un peu quand même. Un reboot à partir du deux en quelque sorte, ce qui me semble pas mal du tout comme idée, d'ailleurs, dans le cadre de cette franchise...

  • soyouz
    Membre

    ça donne sacrément envie et c'est joli. ça n'a pas de lien avec les 3 opus précédents ?

  • KabFC
    Membre

    Pas sur que Miller salisse lui-même son bébé.

  • Croco
    Membre

    Bande annonce qui tien la route, reste à espérer qu'ils ne bousillent pas ENCORE un grand classique

  • silverfab
    Membre

    Ouais, y a longtemps qu'une BA ne m'avait pas donne autant envie !

  • Photonik
    Membre

    [quote="Le Doc":3blixyha]La première bande-annonce : [youtube:3blixyha]http://www…:3blixyha] Nom-De-Zeus ! :shock:[/quote:3blixyha] Putain, j'en crois à peine mes yeux. Miller, t'es un grand malade !!

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Le Doc":15u1g04q]La première bande-annonce : [youtube:15u1g04q]http://www…:15u1g04q] Nom-De-Zeus ! :shock:[/quote:15u1g04q] Ah ouais, quand même. Bon, j'ai l'impression de voir un remake déguisé du deuxième volet et rien d'autre, j'attends la bonne surprise (et les collines rocailleuses ou la tempête de sable n'en sont pas réellement). Mais déjà, visuellement, ça tabasse. Jim

  • KabFC
    Membre

    entièrement convaincu visuellement.

  • Le Doc
    Membre

    La première bande-annonce : [youtube:2thf15xe]http://www…:2thf15xe] Nom-De-Zeus ! :shock:

  • Le Doc
    Membre

    [img:2h6debkn]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches/fury-road-poster-1.jpg[/img:2h6debkn] [img:2h6debkn]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches/fury-road-poster-2.jpg[/img:2h6debkn] [img:2h6debkn]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches/fury-road-poster-3.jpg[/img:2h6debkn] [img:2h6debkn]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/affiches/fury-road-poster-4.jpg[/img:2h6debkn]

  • Photonik
    Membre

    Si j'ai bien compris, si on oublie les retards pour causes d'intempéries et le reste, Miller était satisfait de ce qu'il a tourné il y a deux ans. Mais à tout hasard, il a demandé quelques "retakes" à la production (ce n'est donc pas la production qui a demandé les reshoots en question, ce qui pue pour le film et son réalisateur en général), ce qui lui a immédiatement été accordé à la vue d'un montage de travail déjà très convaincant (source : le Mad du mois). J'ai l'impression que ça sent très bon cette affaire.

  • Le Doc
    Membre

    [quote="soyouz":1xpctenc]Ah ouais. Le premier post annonçait 2014 ...[/quote:1xpctenc] Ouaip, c'est ce qui était prévu à l'origine. Mais le tournage a connu quelques problèmes (c'est toute l'histoire de la série), Miller a retourné des scènes en 2013 et le studio lui a laissé plus de temps pour peaufiner le film. Ces premiers visuels donnent envie en tout cas...

  • soyouz
    Membre

    Ah ouais. Le premier post annonçait 2014 ... bon bah on va attendre !

  • Le Doc
    Membre

    Mai 2015 (il nous fait poireauter le père Miller :wink:...le film a été tourné en 2012, c'est une longue post-production ) !

  • soyouz
    Membre

    J'adore ce genre de design ! C'est prévu pour quand la sortie ?

  • Le Doc
    Membre

    Nouvelle image : [img:3fbxtky2]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/images/gZXjJPC.jpg[/img:3fbxtky2]

  • Le Doc
    Membre

    D'après la fiche Imdb, ce serait une suite directe du premier film, donc pas de nouvelles origines...

  • Flofrax
    Membre

    Ces images me font plus penser au 2 qu'au 1er ... Les origines de Max vont être revisitées ?

  • Photonik
    Membre

    Je suffoque d'impatience. Pourvu que ce soit à la hauteur...

  • Le Doc
    Membre

    Les premiers visuels : [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-600x371.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-charlize-theron-600x374.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-charlize-theron-nicholas-hoult-600x371.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-image-600x371.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-nicholas-hoult-600x370.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-tom-hardy1-600x370.jpg[/img:3ix1rfaj] [img:3ix1rfaj]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/tom-hardy-mad-max-fury-road-600x372.jpg[/img:3ix1rfaj]

  • Le Doc
    Membre

    Tom Hardy ([b:lsld9sfa]Max[/b:lsld9sfa]) et Charlize Theron ([b:lsld9sfa]Furiosa[/b:lsld9sfa]) en couverture du prochain[i:lsld9sfa] Entertainment Weekly[/i:lsld9sfa] : [img:lsld9sfa]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad-max-fury-road-ew-101420.jpg[/img:lsld9sfa]

  • Quand tu penses que [b:anwatgex]Miller [/b:anwatgex]avait le projet de faire un film [i:anwatgex]Justice League[/i:anwatgex] Dans le genre rendez-vous manquait ca se pose là

  • Nikolavitch
    Membre

    Je suis l'aigle de la route !

  • Photonik
    Membre

    Eh ouais, "Happy Feet" aussi c'est génial. :wink: Pour le premier volet de "Mad Max", tu as probablement raison, il faudrait que je revois le film, ça fait longtemps. Je ne l'ai vu que deux ou trois fois, alors que j'ai bien vu le second quinze fois au bas mot...

  • D'ailleurs cette ouverture fut l'occasion pour moi de me prendre une baffe monumentale en terme de technique puisque ce film fut la premiere galette blu-ray que j'ai mis dans un lecteur. Le passage de changement de format après l'intro en noir et blanc qui bascule sur un scope de couleur de folie avec cette caméra venant du ciel pour se focaliser sur la course poursuite m'a complètement assommé et fait redécouvrir le film. Si vous n'avez jamais vu le film sur ce support faut pas hésiter à investir dans le coffret collector sorti l'année dernière Par contre je ne suis pas d'accord concernant le premier [i:3qnhdm7g]Mad Max[/i:3qnhdm7g] qui accuserait le poids des ans. Il reste tout aussi monumental que le deuxième à mes yeux. La chute totale de la civilisation d'un point de vue global et individuel est très bien rendu et traité dans ce film par exemple. Sans compter les courses poursuite et ces moments incroyable de tension où tout va exploser. La mort de la femme et du fils de Max reste une scène toujours aussi insoutenable pour moi et la vengeance n'en est que plus terrible. [quote:3qnhdm7g]pas de doute que Miller est un bien meilleur cinéaste que Nolan[/quote:3qnhdm7g] http://www.youtube.com/watch?v=uIzgfH55rKc 8)

  • Nikolavitch
    Membre

    [quote="Photonik":jw3ffbay]Heureux homme : il te reste donc à découvrir le deuxième, un monument de post-nuke épique dont il n'existe finalemet aucun équivalent, et qui se paye le luxe de posséder un sous-texte passionnant (les punks contre les hippies, arbitré par un flic carbonisé...). Le premier est intéressant, mais accuse le poids des ans, je trouve. Alors que le deuxième n'a pas pris une ride.[/quote:jw3ffbay] Je plussoie. Et l'intro qui raconte comment on en est arrivé là est une leçon de finesse dans son écriture. c'est ultra classique, mais il y a le petit twist qui la rend ultra percutante.

  • BenWawe
    Membre

    Je vais essayer de trouver ça alors. ;) Je suis également curieux de ce Fury Road. C'est intéressant de voir comment les franchises "légendaires" (Die Hard, Rocky, Rambo, Terminator...) ont disparu des années 90 et reviennent maintenant, auréolées de leur succès passé et remises au goût du jour avec un grand succès. Je ne sais pas ce que ça veut vraiment dire sur la réalité de la culture populaire actuelle, de ses goûts et de ce qui est proposé, mais ça permet de ramener au devant de la scène des récits forts et marquants, qui passaient pour dépassés il n'y a pas si longtemps encore.

  • Photonik
    Membre

    Heureux homme : il te reste donc à découvrir le deuxième, un monument de post-nuke épique dont il n'existe finalemet aucun équivalent, et qui se paye le luxe de posséder un sous-texte passionnant (les punks contre les hippies, arbitré par un flic carbonisé...). Le premier est intéressant, mais accuse le poids des ans, je trouve. Alors que le deuxième n'a pas pris une ride.

  • BenWawe
    Membre

    J'ai honte, mais je n'ai vu que celui avec Tina Turner et ça ne m'a pas laissé un souvenir impérissable...

  • Photonik
    Membre

    Ah ça, pas de doute que Miller est un bien meilleur cinéaste que Nolan (je n'aime qu'un film sur trois de Nolan, à peu près...), j'attends ce "Fury Road" avec une impatience fébrile. "Mad Max 2" est dans mon coeur à tout jamais. Rien que d'en parler j'ai envie de le revoir.

  • BenWawe
    Membre

    C'est plus la direction d'acteurs générale sur TDKR qui rend perplexe. D'ailleurs, en lui-même, ce film m'interroge grandement sur Nolan, qui réalisait jusque-là une filmographie parfaite mais se vautre dans la facilité, le manque de rythme et les trous scénaristiques dans TDKR. Bref, je pense que Hardy aurait sûrement été meilleur s'il avait été mené par quelqu'un d'autre.

  • Photonik
    Membre

    Pareil pour moi, même si j'avoue que malgré ma bonne opinion globale sur Hardy (dans "Bronson" surtout), je suis resté plus que perplexe devant sa performance en Bane dans "The Dark Knight Rises"...

  • silverfab
    Membre

    Tout pareil qu'Arty!

  • artemus dada
    Membre

    [quote="Le Doc":2v8q1too] [img:2v8q1too]http://img706.imageshack.us/img706/5476/04mv.jpg[/img:2v8q1too] Un nouvel aperçu de Tom Hardy dans le rôle de Max : [img:2v8q1too]http://imageshack.com/a/img46/2271/w4wy.jpg[/img:2v8q1too][/quote:2v8q1too] J'aime bien [b:2v8q1too]Tom Hardy[/b:2v8q1too], il m'avait bluffé dans [b:2v8q1too][url=http://artemusdada.blogspot.fr/2010/04/bronson.html:2v8q1too]Bronson[/url:2v8q1too][/b:2v8q1too], j'en serai donc jusqu'à preuve du contraire.

  • Le Doc
    Membre

    Un nouvel aperçu de Tom Hardy dans le rôle de Max : [img:8l9istu9]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/mad_max.jpg[/img:8l9istu9]

  • Photonik
    Membre

    Etonnant !

  • Jack!
    Membre

    Le dessinateur [b:2w5o0grw]Brendan McCarthy[/b:2w5o0grw] est crédité comme co-scénariste du prochain film "[i:2w5o0grw]Mad Max[/i:2w5o0grw]". Dans une interview consacrée au site [i:2w5o0grw]comicbookresources[/i:2w5o0grw], l'artiste parle de sa collaboration avec le réalisateur [b:2w5o0grw]George Miller[/b:2w5o0grw]: [quote="Bendan McCarthy":2w5o0grw]I met George Miller in Hollywood about 15 years ago, and we chatted for hours and got on very well — I think I knew more about the Mad Max films than he did! For most people Star Wars was the great movie trilogy, but for me it was Mad Max. I pitched him a pretty crazy idea for Mad Max 4, which intrigued him enough to ask me over to his studio in Sydney and throw around ideas for a bigger story. And that evolved into me writing it with him. It was a natural progression. He taught me heaps about writing for films, which is a bit similar to writing comics. And because I’m a comic book guy, I could also design things as we went along. And we found that the design influenced the action. … The whole thing was a great big creative feedback loop. I discovered that you don’t have to write sitting alone in a room with a computer. That doesn’t suit me, it puts me off. We wrote together at a big electroboard every day, words and pictures intermingling, and then would type up the day’s output and put the pictures in order next to the text … and eventually 100 blank pages became a very loose first draft. Overall, we spent about 2 years rewriting the script and honing it down through the storyboarding and storyreel processes. It was a very organic and visual way of working. A pretty idiosyncratic way of screenwriting I’d say – and crucially, a lot of fun.[/quote:2w5o0grw] Source: http://www…ources.com">http://www…ources.com

  • Le Doc
    Membre

    [quote:2fjszkx7]Presque 30 ans après Mad Max : Au-delà du Dôme du Tonnerre, le Road Warrior fera son retour sur grand écran en 2014, toujours sous la direction de George Miller.[/quote:2fjszkx7] Il faudra finalement attendre un peu plus longtemps, puisque la Warner a fixé la date de sortie U.S. de [b:2fjszkx7]Mad Max : Fury Road[/b:2fjszkx7] au 15 mai 2015.

  • Le Doc
    Membre

    La première photo officielle de Tom Hardy dans le rôle de Max Rockatansky : [img:3n7l36if]http://www.cine-sanctuary.com/public/sanctuary/img/mad_max/Mad-Max-4-130906.jpg[/img:3n7l36if]

  • [quote="Horus":z0ce45rn]Je pourrais penser comme toi, mais George Miller n'est pas George Lucas... Donc je suis plutôt dans l'expectative.[/quote:z0ce45rn] Pensez que la nullité d'Indy ne provient que de Lucas c'est voir qu'une partie du problème. Le film est réalisé par Spielberg et il a sa part de responsabilité dans le naufrage artistique de cette entreprise. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'il traite par dessus la jambe des suites de ses films parce qu'il en a rien à foutre et préfère se consacrer à d'autre chose. Et en l'occurence Miller se rapprochant d'avantage de Spielberg on peut légitiment s'inquiéter d'une suite aussi tardive (surtout qu'a ma connaissance je ne connais pas de suite tardive qui soit de bonne qualité).

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Horus":3bbnj3br]Je pourrais penser comme toi, mais George Miller n'est pas George Lucas... Donc je suis plutôt dans l'expectative.[/quote:3bbnj3br] Ouais, mais en même temps, j'aurais préféré qu'il développe sa thématique de l'homme seul qui finit par changer les règles du monde hostile où il vit, comme il l'a fait dans [b:3bbnj3br]Babe[/b:3bbnj3br] ou dans [b:3bbnj3br]Happy Feet[/b:3bbnj3br]. C'était assez brillant, ces déclinaisons sur le même thème. Et puis là, refaire un film avec un autre acteur, non, vraiment. [quote="n.nemo":3bbnj3br]j'aime beaucoup le trois. Les enfants, la ville, le train. Autant d'élément qui n'avait pas été vu et qui développaient le monde sans être redondant.[/quote:3bbnj3br] Pareil. Je trouve que ce troisième posait de manière fine, et drôle, l'idée qu'une fois que la civilisation s'est écroulée, les morceaux qui se reconstruisent le fond sur les bases les plus contestables (exploitation, carburant, société du spectacle). Ça boucle super bien le truc qui avait commencé avec la description du pourrissement des institutions. Et l'ensemble de la trilogie avançait vers la solitude et le désœuvrement, mais aussi vers le rire. L'association des deux axes donnait un truc fort sur l'ensemble. Jim

  • n.nemo
    Membre

    j'aime beaucoup le trois. Les enfants, la ville, le train. Autant d'élément qui n'avait pas été vu et qui développaient le monde sans être redondant.

  • Photonik
    Membre

    [quote="Jim Lainé":2vbjn7km][quote="Vialette":2vbjn7km]j'ai hate j'ai hate !!!![/quote:2vbjn7km] Pas moi, justement. C'est sans doute le film de trop, comme le quatrième [b:2vbjn7km]Indiana Jones[/b:2vbjn7km]. La trilogie, jusque-là, formait une progression logique, un vrai discours sur le pourrissement de la société, une chronologie d'une apocalypse annoncée. Faire durer la chose en changeant d'acteur n'a guère de sens. Jim[/quote:2vbjn7km] C'est un peu indépendant de la volonté de Miller, que ce quatrième volet arrive si tard : il confiait en interview que ce film, il en rêve depuis 25 ans. Mais il a accumulé les coups de déveine (report du tournage pour cause d'intempéries, budget pas bouclé, etc...). Moi j'ai confiance en Papy Georges, même s'il y a peu de chance qu'on revoie un autre "Mad Max 2", et Hardy est à mon sens un bon choix de casting... Et puis le troisième volet était pas terrible, là aussi c'était pas vraiment la faute de Miller (un décès sur le tournage, je crois, a fait que Miller a baclé le tournage, dégoûté).

  • Horus
    Membre

    Je pourrais penser comme toi, mais George Miller n'est pas George Lucas... Donc je suis plutôt dans l'expectative.

  • Jim Lainé
    Membre

    [quote="Vialette":14ayfahk]j'ai hate j'ai hate !!!![/quote:14ayfahk] Pas moi, justement. C'est sans doute le film de trop, comme le quatrième [b:14ayfahk]Indiana Jones[/b:14ayfahk]. La trilogie, jusque-là, formait une progression logique, un vrai discours sur le pourrissement de la société, une chronologie d'une apocalypse annoncée. Faire durer la chose en changeant d'acteur n'a guère de sens. Jim

  • n.nemo
    Membre

    [quote="Nikolavitch":3lwpf8un]C'est con, il y avait matière à faire un "Dark Knight Returns", justement, avec un Max vieillissant joué par un Gibson au bout du rouleau.[/quote:3lwpf8un] bis

  • Vialette
    Membre

    j'ai hate j'ai hate !!!!

  • [quote="Nikolavitch":gh7nmffd]C'est con, il y avait matière à faire un "Dark Knight Returns", justement, avec un Max vieillissant joué par un Gibson au bout du rouleau.[/quote:gh7nmffd] et qui dirait "j'ai passé l'age de ces conneries" ?

  • Vik
    Membre

    [quote:27ev2bj2]avec un Max vieillissant joué par un Gibson au bout du rouleau.[/quote:27ev2bj2] Ou un "Batman Beyond"?

  • Nikolavitch
    Membre

    C'est con, il y avait matière à faire un "Dark Knight Returns", justement, avec un Max vieillissant joué par un Gibson au bout du rouleau.

  • hikaru_no_go
    Membre

    les décors et véhicules ont l'air très fidèles à la trilogie originale en tout cas, ça fait plaisir.