9

Critique de The Sheriff of Babylon

par Blackiruah le lun. 10 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
Une occupation qui fait tâche

Il m’arrive souvent d’imaginer la vie de mes chats lorsque je ne suis pas là. Je les vois bien faire des chevauchées dingues, chasser tous les rats qui s’approchent trop de la résidence, fomenter des plans dignes de “Game of throne” pour éloigner la concurrence mais bon je pense être loin de la vérité. C’est un peu comme avec Tom King, le nouveau scénariste en vogue depuis sa prise de pouvoir avec le titre Batman depuis le reboot rebirth, qui livre une nouvelle fois un très bon travail. Mais l’auteur a une particularité : il était autrefois agent de la CIA ayant officié en Irak. Sa vie a du être sacrément dingue aussi, non ?


Et justement, “Sheriff of Babylone” est en quelque sorte un témoignage de cette situation où les américains occupaient l’Irak après la défaite de Saddam Hussein et tentaient d’installer un régime militaire provisoire tout en formant les nouvelles forces de l’ordre dans l'après guerre. A ce titre, Christopher Henry, un ancien policier américain, est devenu instructeur militaire pour former cette police. Mais il va se retrouver à enquêter sur le meurtre d’une de ses recrues qui va confronter le “shériff” à la triste réalité de cette situation loin d’être idyllique...


Sheriff of Babylone fait partie de ces récits qui montrent que les comics sont bien plus que du super héros. Ici, Tom King va démontrer toute la complexité de cette occupation qui ne peut que tomber dans l’échec. L’enquête n’est qu’un prétexte pour nous amener à aborder différents archétypes de personnages représentant chacun une facette de cette situation. Et franchement, c’est à glacer le sang. On y découvre avant tout des humains qui partagent chacun leur passé, permettant de comprendre leur situation actuelle et plus ou moins anticiper les évènements et tragédies qui vont arriver.

Et contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, il n’y a pas vraiment de mauvais personnages (sauf peut être les terroristes qui ne sont pas nuancés par rapport aux autres) mais juste des événements dérangeants, même rageants qui vont bousculer les différents protagonistes. J’ai été pris par les tripes en lisant toute cette oeuvre qui fait froid dans le dos et qui semble refléter l’ambiance de cette Irak occupée.


Et cette dernière est retranscrite visuellement par Mitch Gerrard qui excelle dans ce genre de récit qui vogue sur le thriller politique militaire. Les visuels sont poisseux, nous mettant souvent mal à l’aise (je pense notamment à un fameux passage sur un chat qui m’a vraiment bousculé), tout en essayant d’être assez réaliste pour donner une réelle crédibilité au récit : une vraie réussite.

En bref

Sheriff of Babylone est un petit diamant qu’il faut découvrir absolument. C’est puissant, dérangeant et l’oeuvre nous amène à découvrir plusieurs aspects de cette occupation de l’Irak par les américains trop peu connue en France. C’est tout en nuance de gris et c’est ce qui fait le sel de ce bijou tout droit sorti du jus de cerveau de Tom King. Son expérience en Irak ne fait pas rêver… Je préfère celle de mes chats qui se résume en réalité à manger, dodo et câlin… C’est (très) loin de Sheriff of Babylone ! Attention tout de même à ne pas mettre ce comic dans n’importe quelle main, c’est quand même assez cru.

9
Positif

Une oeuvre coup de poing

Loin du manichéisme américain

Un message puissant

Le graphisme qui nous met dans l'inconfort à chaque page

Les chats omniprésents dans le paysage

Negatif

Un fil conducteur qui n'est qu'un prétexte

Un chat qui ne mérite pas un tel sort

Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
28,00€
Boutique en ligne
28,00€
Boutique en ligne
28,00€
Laissez un commentaire