7

Critique de Savage (Valiant)

par Le Doc le lun. 10 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
Sauvage !

Je l'ai déjà mentionné dans mes chroniques sur la série Harbinger Renegades : je ne suis pas un grand connaisseur de l'univers Valiant, et ce dans toutes ses incarnations. Et c'est pour cela que la mini-série Savage est une lecture idéale, car elle semble (pour le moment en tout cas) déconnectée des aventures des autres héros Valiant.

Savage est écrit par B. Clay Moore, un scénariste dont je ne connais pas beaucoup le travail mais dont j'avais apprécié la très bonne mini-série Le Privé de Hawaii, sortie en 2006 chez Bamboo. Avec Savage, Moore nous livre une variation sur un thème connu, celle de l'île fantastique bloquée dans la préhistoire. Kevin Sauvage est une grande star du football mondial. Avec sa femme et son fils, il se rend aux Etats-Unis pour la prochaine étape de sa carrière. Un étrange orage éclate et le jet privé se crashe sur une île qui a l'air déserte. Mais ce n'est qu'une première impression...

L'histoire concoctée par B. Clay Moore n'est pas un modèle d'originalité, loin de là, mais au-delà de son classicisme, elle est très efficacement racontée. L'action est partagée entre le présent, avec un Kevin Sauvage Jr âge de 15 ans qui affronte les multiples dangers de l'île, et des flashbacks  qui nous racontent ce qui est arrivé à la famille. Les scènes qui se déroulent dans le présent sont illustrées par le style rugueux de Lewis Larosa, parfaitement adapté à la sauvagerie et à la rage qui habite le jeune homme. L'ouverture se passe aisément de parole, avec son découpage dynamique, son expressivité et les détails des décors. Et visuellement, c'est très accrocheur...

Pour les flashbacks, on passe aux planches plus claires de Clayton Henry. Le contraste fonctionne et est bien expliqué par le responsable éditorial dans les pages de bonus (et j'ai d'ailleurs bien aimé la façon dont les commentaires sont présentés). Et je n'oublie pas les couleurs de Brian Reber, qui alterne efficacement entre les deux dessinateurs dans l'élaboration des différentes ambiances.

Savage est composé de 4 épisodes au rythme soutenu qui se lisent assez rapidement. La présentation des protagonistes, les menaces...éléments introduits de manière concise, en s'enchaînant avec fluidité. Ca, c'est pour la première moitié. Mais il y a tout de même des choses dans la deuxième moitié qui auraient mérité d'être un peu plus développées...peut-être dans la suite car la fin, qui fait se rejoindre les deux styles de dessins, est ouverte. Comme l'annonce la dernière page, Kevin Sauvage Jr reviendra !

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)