9

Critique de Les Grandes Batailles de Marvel

par Le Doc le mar. 11 déc. 2018 Staff

Rédiger une critique
Ready ? Fight !

La première grande bataille entre deux héros de l'univers Marvel remonte à 1940 et à l'affrontement épique entre Namor et la première Torche Humaine. Dans Marvel Mystery Comics #8, un Namor furieux déclare la guerre à l'humanité (ce qui lui arrivera encore assez souvent à partir des années 60) avant de trouver la Torche sur son chemin. L'eau contre le feu...une opposition qui a causé une vague de carnage et de destruction qui s'est prolongée sur le numéro suivant avant que les deux titans fassent la paix dans le #10. Namor a provisoirement mis sa haine des humains de côté pendant la Guerre pour lutter contre les Nazis en tant que membre des Envahisseurs.

Changements de camp, manipulations, quiproquos...on ne compte plus les fois où les super-héros ont échangé des coups avant une possible réconciliation. C'est même devenu une tradition. Disponible dans un coffret métal (l'habituel gadget de fin d'année des éditions Panini), l'album Marvel : Les Grandes Batailles de la collection Vintage compile dix de ces rencontres (dont une qui s'étend sur deux épisodes), avec une large place donnée aux années 60.

Jeune crétin, tu n'as pas de quoi être fier ! En me redonnant la mémoire, tu as signé l'arrêt de mort des humains !

À peine réintégré dans le monde Marvel grâce aux bons soins de Stan Lee et Jack Kirby dans Fantastic Four #4, Namor reprend ses vieilles habitudes. Son premier combat contre les F.F., au cours duquel il déchaîne la puissance du monstre marin Giganto (dans les années 50, l'éditeur était notamment connu pour ses histoires courtes remplies de monstres en tout genre et celles-ci n'étaient pas oubliées aux premières heures de la relance de son univers super-héroïque), fut le premier d'une longue liste. Les auteurs ont fait progressivement ressortir le côté noble de Namor pour en faire un véritable antihéros qui met sa haine de côté pour faire occasionnellement le bien. Ce qui n'était pas encore le cas dans ce #4 spectaculaire où sa rage prédomine.

La tension est aussi présente au sein même des Fantastiques. Le Ben Grimm des débuts était plus revêche, plus amer, ce qui déclenchait des frictions avec les autres personnages et principalement la Torche, la relation fraternelle entre les deux hommes n'étant pas encore établie aux tous débuts de la série...

J'ai combattu les 4 Fantastiques, les Avengers et d'autres super-humains...mais c'est lui, le plus vulnérable de tous, qui a montré le plus courage !

Namor est encore au centre de la deuxième histoire de ce recueil, Daredevil #7. Les grandes batailles n'étaient pas toujours équilibrées au niveau des forces en présence et c'est le cas avec cette rencontre entre l'Homme sans Peur et le Prince des Mers. Superbement servi par le trait élégant de Wally Wood, cet épisode fait plus ressortir les contradictions de Namor et est une belle démonstration  de courage (ou d'inconscience, c'est selon) de la part de Daredevil.

- Je suis Cyclope, des X-Men ! Ne vous en mêlez pas, c'est notre mission !

- Sottise, mon garçon, nous devons unir nos forces ! 

Dans Uncanny X-Men #9, les X-Men et les Avengers s'opposent sur un malentendu. Une occasion pour Stan Lee et Jack Kirby de mettre en avant les différences de style et de génération par le biais des dialogues. Cette partie de l'épisode est amusante mais tout de même un brin anecdotique, par rapport à l'intrigue principale avec le professeur Xavier et son vieil ennemi Lucifer...

Je ne lui fais pas confiance ! Tout ce qui tient de l'Araignée...révulse mes sens de Guêpe !

Avengers #11 a marqué la première apparition de Spider-Man dans le comic-book des Avengers et elle s'est aussi soldée par un combat. Mais c'est parce que ce n'était pas ce bon vieux Spidey, remplacé par une réplique artificielle créée par Kang le Conquérant. Divertissant, malgré les dessins un peu fades de Don Heck et le fait que le vrai Spidey débarque à la fin comme un cheveu sur la soupe...

- Tu oublies de faire de l'esprit, Chose ? De m'insulter ? Ta force colossale, soi-disant, où elle est passée ? 

- Dans mon costard du dimanche ! Lâche ! Ma main me sert à bouffer les pizzas !

A Marvel Super-Spectacular ! This is the Big One ! Hulk versus The Thing ! Une bataille tellement épique qu'un seul épisode ne suffit pas !

Fantastic Four #25 et 26 tiennent toujours une place importante dans mon parcours de lecteur parce qu'ils font partie des premiers comics lus dans ma prime jeunesse. L'action, le drame, les répliques qui fusent, les héros qui se tirent un peu dans les pattes avant d'apprendre à travailler ensemble...tout est réuni dans deux épisodes menés sur un rythme soutenu. 

Il a disparu ! Et je sens que la partie est terminée ! Mais sa bravoure a illuminé ce royaume d'une lueur qui resplendira durant des siècles !

Pas rancunier, le Fils d'Odin. Suite aux manipulations de Loki, le Silver Surfer attaque Asgard dans le Silver Surfer #6 écrit par Stan Lee et dessiné par John Buscema. Un "Big John" au sommet pour un épisode qui est longtemps resté parmi ses préférés, ce qui n'est pas étonnant quand on sait qu'il privilégiait ce genre d'ambiance aux histoires de super-héros. Il y a même une case où un guerrier asgardien ressemble à s'y méprendre à Conan...

Hé...le petit soldat de plomb riposte ! Ce n'est pas pour me déplaire ! 

On retrouve l'Homme sans Peur, cette fois-ci face à Captain America dans Daredevil #43. Suite à une exposition à un produit radioactif, DD pète un câble et s'oppose à la Sentinelle de la Liberté qui participe à ce moment à une rencontre sportive à but caritatif. Ce n'est pas le meilleur épisode de cette sélection, le combat faisant un peu remplissage pour terminer un chapitre sans réelle direction.

- Flûte ! Encore toi ! Quand me lâcheras-tu ? 

- Jamais tant que je vivrai ! Pas tant que je suis...le Punisher !

Justicier inspiré par Mack Bolan l'Exécuteur (personnage d'une série de romans), le Punisher est apparu pour la première fois dans Amazing Spider-Man #129. On est ici dans le cas d'un protagoniste manipulé par un autre, en l'occurence le Chacal, qui était le grand vilain du moment dans la série de l'Araignée. Il a fallu un peu de temps pour que la personnalité de Frank Castle soit développée, mais dans cet épisode, s'il n'est pas aussi impitoyable que dans ses futures apparitions, sa ténacité et ses méthodes particulières en font un adversaire délicat pour Spidey.

On dégage, les poilus ! Place à Wolverine !

Ah, Incredible Hulk #181...voilà un épisode que j'ai lu très souvent et que j'ai dans différentes éditions (dont celle par Arédit où Wolverine est traduit par...le Glouton !). Dans sa première apparition, Logan était encore assez "bas du front" et certaines de ces répliques prêtent à sourire, mais Len Wein a orchestré un combat furieux entre Hulk, le Wendigo et le futur X-Man. Le drame qui se déroule en parallèle du combat est très intéressant et donne une fin émouvante à ce numéro marqué par les coups de poing massifs.

Je n'oublierai jamais son regard. On aurait dit qu'il venait de perdre son seul ami.

Cet album se referme sur l'un de mes épisodes préférés toutes époques confondues. Avec Daredevil #163, j'ai su rapidement plus jeune pourquoi Daredevil était surnommé l'Homme sans Peur. Ce face-à-face disproportionné entre DD et Hulk est d'une grande intensité. La progression dramatique est implacable, le combat impressionnant et dynamique (grâce au découpage très efficace de l'action par Frank Miller) et le cliffhanger est excellent !

 



En bref

9
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (351)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Boutique en ligne
32,00€
Commentaires (0)
Laissez un commentaire