10

Critique de Giant Days #5

par Auray le mer. 2 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
L'Eté de Giant Days

    Notre « Friends » version comics en est à son cinquième volume, et nous, on ne fait pas du boudin comme Susan sur la couverture, après le printemps de Giant Days vient évidemment l'été, de quoi se réchauffer en plein hiver !

    La première chose qui me frappe dans ce tome, c'est que la dessinatrice Max Sarrin, a progressé une fois encore pour les visages de nos héroïnes, jusqu'à rajouter ses propres expressions. Il faut vraiment lire cette scène ornithologique, issue des premières pages, pour comprendre tout de suite l'esprit qui émane de ce livre !
    Sinon, on commence par deux chapitres qui se suivent, et qui permettent de découvrir, par exemple, la passion de la future archéologue qu'est Daisy. Elle va par ailleurs s'effriter par la faute d'un professeur trop sévère, mais une explication sera faite, qui montre bien, parfois, la désillusion que l'on peut avoir des adultes à cet âge. Comme notre Esther, au final, qui, elle, ne trouvera pas vraiment son compte dans la participation d'un projet qui paraît vraiment louche... l'argent facile, ou mal acquis, ne peut donner bonne conscience ! Susan, quant à elle, gère bien mal sa jalousie envers la nouvelle petite amie de McGraw, la classe de celui-ci va encore une fois frapper ! Le destin fait son difficile, et a l'air de mettre la jeune fille, de plus en plus hors du sentier de la vie de notre bricoleur favori.
    Puis, nous sonnons la fin des cours et de la première année de faculté des filles, c'est alors enfin l'heure du festival d'Eté, donc à la danse, et parfois les boissons alcoolisées ou des drogues dures, trop souvent trop assimilés à ces évènements par des personnes ayant des objectifs obscurs ! John Alisson va, encore une fois, grâce à sa poésie du quotidien, mettre en garde contre les dangers, tout en s'amusant avec le caractère un peu coincé de Daisy. Va t'elle pouvoir rester jusqu'à la dernière chanson ? On joue ici, agréablement de nos préjugés tout en restant réaliste. Encore un chapitre vraiment bien construit, homogène dans les idées, enfin tout est vraiment agréable à lire !
    Le chapitre vingt m'a donné l'eau à la bouche rien qu'à son résumé : la découverte des filles d'Ikea ! Les anciens locataires ont un peu abusé de la colle à bois pour sauver les apparences auprès du locataire, mais sans grande réussite, car dès la première utilisation de nos nouvelles locataires des meubles, tout s'écroule ! En conséquence, énormément d'éléments de la décoration doivent être changés, et surtout sans l'aide de McGraw ou d'un voisin trop curieux et ronchon. L'idée du parallèle avec les anciens locataires donne de l'originalité au récit, qui, à la fin, reste vraiment à la hauteur de mes espérances du début.

    Giant Days est généreux, il nous donne beaucoup de bonheur lors de sa lecture. Il arrive à faire ressortir du quotidien morne, beaucoup de rayons de soleil, et, avec toujours une réelle réflexion sur notre société. Va-t-il réussir autant de prouesses lors de la saison suivante ?

En bref

Je ne doute plus de cette série qui a su en cinq volumes prouver que l'on peut être à la fois dans la longévité et la qualité à tous les niveaux.

10
Positif

Un scénario issu de notre quotidien qui se transforme, au fil des pages, en merveilles.

Graphismes de plus en plus réussis.

Une couverture toujours aussi soigneuse.

Le juste prix.

Negatif

Aucun point négatif sincèrement

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (258)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Giant Days
Boutique en ligne
12,00€
Boutique en ligne
12,00€
Boutique en ligne
12,00€
Laissez un commentaire