8

Critique de Batman - Archives DC #1

par Le Doc le jeu. 3 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
Les criminels sont une bande de lâches superstitieux...

Après l'Ange de Metropolis en 2018, l'année 2019 sera placée sous le signe de la chauve-souris !

Si c'est bien le succès des premières aventures de Superman en 1938 qui a créé une véritable demande pour des histoires de super-héros, le deuxième personnage emblématique de l'univers DC s'est distingué de son prédécesseur sur de nombreux plans. Par opposition à l'extraterrestre invincible, Bruce Wayne, alias Batman, est un humain sans pouvoirs qui utilise ses capacités physiques et ses connaissances dans de nombreux domaines pour combattre le mal. Batman et Superman ont tout de même un important point commun : ils sont tous les deux orphelins. Le déclencheur de la croisade de Bruce Wayne fut le meurtre de ses parents, assassinés sous ses yeux par un voleur dans une ruelle de Gotham City.

En coulisses, la création de Batman a été marquée par une véritable injustice. L'idée principale vient de Bob Kane (de son vrai nom Robert Kahn), qui travaillait jusque là pour l'éditeur sur des séries humoristiques et d'aventures comme Peter Pupp  ou Rusty and his pals. Kane a négocié avec DC un contrat béton qui a fait de lui le seul créateur officiel de Batman aux yeux du public, une situation qui a duré pendant presque plus de deux décennies, avec la mention "par Bob Kane" sur la première page du comic-book...même quand Bob Kane n'avait rien écrit ou dessiné. Et vu les crédits des épisodes au sommaire des Archives 1939-1941, Bob Kane n'écrivait rien du tout (d'après l'encreur George Roussos, Bob Kane avait des idées, mais seul Bill Finger savait les organiser)...

L'une des principales forces créatrices de Batman était Bill Finger, qui n'a jamais été reconnu de son vivant pour ses importantes contributions à la légende de Batman (d'après les aveux tardifs de Bob Kane, c'est Finger qui a fait de Batman un détective scientifique, par exemple). Il n'était d'ailleurs pas le seul : Gardner Fox, Jerry Robinson ou encore Sheldon Moldoff ont attendu longtemps avant d'être crédités pour leur travail scénaristique ou artistique. Les Archives 1939-1941, album publié par Semic en 2004, a rendu à tous ces noms leur juste place dans l'édification de l'histoire du Chevalier Noir, un concentré d'influences (les pulps, Zorro, le Mouron Rouge, Sherlock Holmes, le film The Bat Whispers...) qui a su rapidement trouver son identité propre.

Comme beaucoup de personnages, il a fallu plusieurs épisodes pour que l'univers de Batman et ses caractéristiques se développe pleinement (et les origines du héros n'ont été révélées qu'au bout de 7 numéros, deux pages en prologue d'un récit signé Gardner Fox). Le style de Bob Kane a aussi évolué : la partie graphique de la première enquête du héros, "The Case of the Chemical Syndicate" dans Detective Comics #27 (mai 1939), est rudimentaire, les décors sont grossiers, les proportions des corps changent d'une case à l'autre et le costume de Batman avait encore besoin d'être travaillé, notamment au niveau du rendu du masque et de la cape. Il y a de l'amélioration par la suite (même si pour moi, Bob Kane n'a jamais été un très bon dessinateur), avec un Batman à la mâchoire carrée plus caractéristique de cette époque. Les auteurs ne savaient également pas encore quoi vraiment faire de Bruce Wayne puisque l'un des chapitres le voit écrire des articles pour un journal. Et initialement, Batman évoluait à New York, puisque  Gotham City a été mentionné pour la première fois dans Batman #4 en 1940.

Dans cet univers super-héroïque alors en pleine construction, les héros employaient des méthodes plutôt expéditives...et Superman le premier ! Armé d'un flingue, Batman n'hésitait pas à tuer ses adversaires ("un craquement écoeurant retentit lorsque la nuque de l'acolyte se brise sous l'impact du pied de Batman" dans le numéro 30). Comme pour l'Homme d'Acier, cette violence s'est atténuée progressivement suite au succès des comics et après l'arrivée de Robin (dans le #38) qui a apporté un peu plus de légèreté avec son dynamisme juvénile et son sourire perpétuel....même si au début, certaines aventures restent assez intenses (avec notamment un personnage qui se prend une hache en pleine tête dans une case du #39).

Les Archives Batman 1939-1941 compile les 24 premiers numéros de Detective Comics, du #27 au #50. Tout au long de ces deux ans, le lecteur va d'enquêtes policières en aventures rocambolesques héritées des pulps en passant par des atmosphères horrifiques dont certaines doivent beaucoup visuellement à l'expressionnisme allemand.  On découvre également les premières apparitions d'ennemis comme le professeur Hugo Strange, le Dr Death  ou encore Gueule d'Argile. Il y a même un avant-goût d'histoires délirantes à venir avec le #44 et l'amusante virée du du duo dynamique dans une autre dimension (mais il y a un twist)...bref, et malgré un début inégal, une plongée intéressante dans les débuts d'un héros qui fête cette année le 80ème anniversaire de sa création ! 


En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (391)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire