8

Critique de Nailbiter #6

par Equinoxe le sam. 19 janv. 2019 Staff

Rédiger une critique
Sanglante conclusion

En ce début de tome 6, Buckaroo est sur des braises ardentes. L’ambiance lugubre de la ville est à son apogée et ce malgré les fêtes de fin d’année et les premiers flocons de neige, qui ne font qu’ajouter à la ville une dimension futile et morose. Après de multiples détours et fausses pistes, nous sommes enfin sur les traces de la vérité, du mystère qui plane sur la ville et sur l’origine des tueurs en série.

Warren est au cœur de cette fin de récit et c’est en le suivant que l’on va pouvoir trouver les réponses tant attendues. Et là où je trouve que le scénario a vraiment été brillant, c’est justement sur notre perception de Warren. Au fil des tomes, l’auteur a presque réussi à nous rendre le personnage sympathique et attachant, « presque ». Et lorsque ce dernier tome est refermé, on comprend à quel point on s’est laissé berner et à quel point le rôle de Warren était central et primordial à l’horreur de la saga.

L’horreur est justement ultra présente dans ce tome 6. Visuellement, elle s’impose par un foisonnement de pages noircies rehaussées par des touches de rouge vif comme autant de sang et de feu qui ravagent Buckaroo. L’émotion des personnages est comme toujours brillamment représentée, de par les traits des personnages ou la découpe des planches alternant enchainements rapides des cases ou des actions et focus importants sur certains instants suspendus. Ces derniers sont parfois représentés au moyen de pleines pages, voire d’une double page d’un seul tenant qui offre alors une unique case, une seule illustration qui nous plonge dans la contemplation et la réflexion de l’instant donné.

Dénouement rationnel ? Fantastique ? Scientifique ? Plausible ou bancal ? Est-ce qu'une fin peut être à la hauteur de 6 tomes de suspens ? Je pense que satisfaire tout le monde après avoir donné l'occasion à ses lecteurs de s'imaginer des dizaines de conclusions possibles est un exercice difficile. Personnellement je suis vraiment satisfaite, je n'ai pas refermé ce dernier tome avec frustration ou déception. La fin ne conviendra sans doute pas à tout le monde, mais pour moi elle tient sa réussite en une case, une case extrêmement forte qui a su me convaincre et qui restera gravée. Cette case donne toute sa profondeur au personnage de Warren et honnêtement, pour moi, le tome aurait pu se finir dessus, les pages suivantes m'ont presque parue superflues !

Je vous conseille vraiment cette série, qui est sûrement plus agréable à lire d'un coup que d'en attendre les différents opus, car ça permettra d'atténuer les frustrations engendrées par la multitude de fausses pistes qu'il nous a fallu endurer avant d'aboutir à cette conclusion.

En bref

En ce début de tome 6, Buckaroo est sur des braises ardentes. L’ambiance lugubre de la ville est à son apogée et ce malgré les fêtes de fin d’année et les premiers flocons de neige, qui ne font qu’ajouter à la ville une dimension futile et morose. Après de multiples détours et fausses pistes, nous sommes enfin sur les traces de la vérité, du mystère qui plane sur la ville et sur l’origine des tueurs en série.

8
Positif

ambiance

couleurs

suspens

découpage des planches

Negatif

Equinoxe Suivre Equinoxe Toutes ses critiques (93)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Nailbiter
8
Nailbiter

Nailbiter

Lire la critique de Nailbiter

Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)