10

Critique de Cosmic Ghost Rider

par magictoad le mer. 17 avril 2019 Staff

Rédiger une critique
PUNISHER MAX DE LA MORT QUI TUE ou THE RIDER ON THE THANOS STORM

Je ne vais pas rééditer ma déclaration d'amour pour cet auteur, qui, pour moi, est devenu de toute première envergure et qui se nomme Donny Cates (allez lire ma critique de son Babyteeth pour se faire). A l'instar d'un Alan Moore créant le personnage de Constantine durant sa révolution sur SwampThing qui deviendra la série « fil rouge » de l'épopée Vertigo, la bien nommée Hellblazer, D.C va créer, durant sa reprise de la série Thanos, le personnage du Cosmic Ghost Rider avant de l'intégrer dans sa reprise de la team des Gardiens de la Galaxie. Mais avant toute chose :

Qui est-il ?

Car son nom ne le laisse pas entrevoir mais ce personnage du Cosmic Ghost Rider (CGR) n'est d'autre que Frank Castle, le Punisher, venu de la Terre 666 (un monde parallèle à celui que fût l’univers 616 que l'on nomme dorénavant Prime Marvel Universe).

Quel est l'intérêt de ce choix ?

Dans le melting pot des univers parallèles chez Marvel, les fameux « What if ? », il en est un qui est assez fabuleux et qui s'appelle « Punisher kills the Marvel Universe », one-shot écrit en 1995 par Garth Ennis (magistral dans l'écriture de ce personnage durant tant d'années) avec le concours du dessinateur Doug Braithwaite (fabuleux dessinateur du Justice d'Alex Ross et pilier du revival de Valiant) qui transforma la mort de sa famille due à des balles perdues lors d'un règlement de compte entre mafieux pour en faire des victimes collatérales d'un combat mêlant Avengers et X-Men contre de sombres extra-terrestres. Résultat : Franck Castle deviendra bien le Punisher mais pas pour tuer les criminels mais bien les héros et vilains aux super pouvoirs. C'est un petit bijou (il faut voir comment le bougre se débarrassera du Hulk, brillant). Fin 2012, Frank Tieri (Punisher Noir) aidé du génial Mark Texeira élargira la folie meurtrière de Punisher à l'univers Cosmique de Marvel avec la mini-série en quatre épisodes du Space Punisher où Castle fera la peau à tout ce qui peuple l'espace autour de la Terre. A peu près en même temps l'auteur Cullen Bunn avec l'aide de Dalibor Talajic remplacera Franck Castle par un certain Wade Wilson et Deadpool ira bien plus loin que le Punisher dans une trilogie mais c'est une autre histoire (nous ne parlerons même pas de la réédite en 2017 avec Deadpool Kill the Marvel Universe Again de ce même duo).

Alors voilà le doux Donny C., qui au lieu de remplacer le Punisher par un autre personnage, va booster le personnage de base, et pas qu'un peu. En effet, notre bon Castle va se mesurer à un gros bill jusque-là absent de ses différentes aventures en mode « je butte tout ce qui bouge », le bien nommé Thanos. Après une première entrevue, Franck C. vient à mourir, victime collatérale, « smashé » par Hulk (vengeance ?!!!?), le voilà en enfer, il va donc passer un deal avec Mephisto afin de devenir le nouveau Ghost Rider. Hélas, de retour sur Terre, tout le monde est mort et il va errer seul, durant des années, tel un numéro cinq de la Umbrella Academy et donc devenir un peu timbré. Va débarquer Galactus mourant (tabassé le même imbattable Thanos) qui fera de Castle son nouveau Hérault détenteur du pouvoir cosmique. Je passe les détails de la suite qui est absolument à lire dans la série Thanos (voir les Marvels Epic chez Panini).

Ici commence le récit qui nous intéresse. Le Cosmic Ghost Rider est mort, à nouveau, et c'est Odin qui l'a accueilli au Valhalla. Or Castle casse l'ambiance de la teuf éternelle car il n'arrive pas à encaisser sa re-défaite, du coup Odin s'en débarrasse en lui proposant de l'envoyer à l'époque de son choix. Choix est fait du passé où Thanos n'est encore qu'un bébé et donc pas encore imbattable mais peut-on battre un nourrisson ?

Aux dessins, une jeune recrue nommé Dylan Burnett (the Weavers chez Ankama) nous gratifie d'un travail solide tout à fait à propos, les couleurs chatoyantes d'Antonio Fabela y participent beaucoup.

Qu'est-ce que c'est bon, c'est bien pensé, c'est drôle, c'est fou, en un mot c'est génial.

Cette mini-série finit la genèse d'une nouvelle entité du Punisher qui va perdurer car le personnage s'inscrit dans l’écriture de la nouvelle mouture des gardiens de la galaxie écrit par ce même époustouflant Donny Cates (à venir et donc à lire et à suivre aussi). De plus, le personnage se paie le luxe d'une nouvelle mini-série intitulée « Cosmic Ghost Rider Destroys Marvel History » mini en six numéros. Aux vus du premier épisode cela semble pas mal parti, le CGR aura t'il une hype à détrôner Deadpool de son statut de primo doux-dingue de chez Marvel ?

En bref

Dans la droite lignée de la géniale fin de série de Thanos initiée par Jeff Lemire et terminée par Donny Cates, qui, en y créant le personnage hilarant du CGR, risque de botter le derrière de Deadpool.

10
Positif

Donny Cates

Dylan Burnett

Antonio Fabela

Nouveaux personnages débiles (je n'en ai pas parlé mais il y a de bonnes trouvailles)

Negatif

Rien

magictoad Suivre magictoad Toutes ses critiques (26)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Boutique en ligne
16,00€
Laissez un commentaire