7

Critique de Shazam - Anthologie

par Blackiruah le dim. 21 avril 2019 Staff

Rédiger une critique
Superman version enfant

Shazam ! J’adore ce mot et j’adore aussi ce personnage. Mais j’admets avoir une vision tronquée du personnage. D’ailleurs, la première fois, où je l’ai réellement découvert, était dans les pages de “Kingdom Come” avec un Shazam à la fois menaçant et doté d’un charisme dingue (surtout vu son rôle dans le récit). Bref, ce personnage m’a marqué et faut dire que j’aime particulièrement le design.

Grâce à l’arrivée du film au cinéma, Urban comics publie une anthologie sur le personnage qui permet enfin de parcourir sa vie éditoriale à travers le temps. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la famille Shazam était vraiment destinée au très jeune lectorat. Dès les premiers récits, on y découvre un héros qui vit des aventures très enfantines et à ma grande surprise ce style de récit a perduré très longtemps même après le rachat par DC Comics dans les années 70. Des épisodes qui s’avèrent avant tout anecdotiques et marquent surtout par ce ton qui marque la différence avec Superman.

Le réel changement vint en 1994 à travers le roman graphique “Power of Shazam” dessiné et scénarisé par Jerry Ordway qui modernise les origines de Billy Batson / Captain Marvel amenant du drame et de la tragédie dans la vie du jeune enfant (rendant plus impactant l’arrivée de Captain Marvel d’ailleurs). D’autant plus que le virage est aussi intéressant vis à vis du colosse qui a dorénavant la psyché du jeune garçon, chose qui était plus floue dans le passé. Visuellement, c’est bluffant grâce au style réaliste et une colorisation aux tons chauds laisse une marque et rend définitivement le personnage iconique.

D’ailleurs, les épisodes suivants seront dans la lignée, et j’avoue avoir une préférence pour ces récits publiés après le “graphic novel” qui sont moins naïfs et candides. D’ailleurs, l’apogée est atteinte avec la mini série de convergence sur Shazam qui synthétise à la fois l’esprit de la série avec un ton moderne tout en faisant hommage à l'âge d’or de la série. C'est d’autant plus magnifique visuellement, porté admirablement par Doc Shaner qui montre que le Shazam d’autant permet aussi d’avoir de très bonnes histoires.

Mais faut croire que Geoff Johns n’y croyait pas vraiment avec sa dernière mouture de Captain Marvel (cf . l’ed. Renaissance) en amenant un Billy plus moderne et plus rebel surtout : choix pas forcément judicieux mais force est de constater que son premier arc fut très réussi. Le dernier récit (de Geoff Johns justement) donne des pistes pour la prochaine série qui va explorer les autres royaumes magiques. Encore une fois, l’artiste (Dale Eaglesham) fait un excellent boulot et attise la curiosité pour ce récit qui semble envoyer toute la Marvel family dans un voyage “féérique” tout en creusant sur les origines de Billy. Prometteur !

En bref

Encore une fois, Urban comics fait un sacré travail pour nous emmener dans ce voyage culturel pour découvrir, à travers les âges, ce Captain Marvel. Vous y découvrirez pourquoi ce personnage est si différent de Superman et surtout pourquoi et comment il a perduré dans le temps. En tout cas, vous verrez que les artistes ont été en tout temps au rendez vous et rien que pour ça, l’album mérite le coup d’oeil !

7
Positif

Un voyage initiatique toujours aussi réussi

L’éditorial aux petits oignons

Une grande qualité graphique sur tous les épisodes

Negatif

La moitié de l’album avec des récits pour jeune lecteur

Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (477)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Boutique en ligne
25,00€
Laissez un commentaire