8

Critique de Décennies - Marvel dans les années 40

par Le Doc le mer. 1 mai 2019 Staff

Rédiger une critique
Le Feu et l'Eau !

Cette année, Marvel Comics fête ses 80 ans d'existence. Une grande aventure qui a débuté en 1939 lorsque l'éditeur de pulps Martin Goodman a décidé de se lancer dans le marché lucratif de la bande dessinée (on était alors quelques mois après les succès de Superman et Batman chez National; le futur DC Comics). Le tout premier comic-book de la compagnie qui s'appelait alors Timely Comics fut Marvel Comics #1, publié (d'après la date sur la couverture) en octobre 1939 (mais sorti en fait deux ou trois mois plus tôt comme c'est d'usage en Amérique). À l'intérieur, on y trouvait du matériel fourni par Funnies, Inc., une société qui livrait du contenu aux maisons d'édition aux débuts de l'Âge d'Or des comics (on appelait alors cela du "packaging"). Et parmi les premiers personnages publiés par Timely dans les pages de Marvel Comics #1, il y avait le Namor de Bill Everett et la Torche Humaine de Carl Burgos.

Proposée par Panini en V.F. à peine quelques mois après les Etats-Unis, la collection "Décennies" célèbre l'histoire de Marvel en mettant l'accent sur des personnages, des thèmes emblématiques de leur époque afin de suivre l'évolution de cet univers au fil des années. Et avec le Captain America de Joe Simon et Jack Kirby, les deux personnages les plus importants de Timely dans les années 40 étaient bien Namor, le Prince des Mers, et l'androïde Jim Hammond, la première Torche Humaine.

Le Feu et l'Eau. Cet antagonisme naturel a donné l'idée aux responsables éditoriaux et aux auteurs d'organiser ce qui est devenu le premier crossover de l'histoire des comics. Les aventures de Namor et de la Torche étaient en effet publiées dans la même revue, Marvel Mystery Comics (le nouveau titre de Marvel Comics à partir du #2). Pendant trois numéros, du #7 au #9, les lecteurs de l'époque ont pu suivre un affrontement spectaculaire. Trahi par les humains, Namor décide de se lancer à la conquête de l'Amérique...à lui tout seul ! Prenant pour base la Statue de la Liberté, Namor déclenche une vague de destructions pour créer le chaos. Mais si le nombre de victimes qu'il cause l'indiffère, il prend quand même le temps de sauver un bébé qui allait se faire écraser. Cette humeur changeante sera l'une des principales caractéristiques du personnage dans les années à venir.

Cette saga est bien orchestrée. Carl Burgos, Bill Everett et le scénariste John H. Compton alternent dans un premier temps les points de vue, racontant  la même histoire par les yeux de chaque protagoniste avant de faire rejoindre les deux séries pour la grande bataille de Marvel Mystery Comics #9. Un choc des titans, précurseur des nombreuses bastons entre héros qui allaient suivre, qui s'est terminé un peu en "queue de poisson" (passez-moi l'expression), comme si les auteurs ne savaient pas vraiment quelle fin donner à ce conflit. Kurt Busiek et Alex Ross s'en sont même amusés dans leur Marvels en 1994. 

La Guerre a ensuite donné à Namor et à la Torche un ennemi commun...mais leur amitié est restée fragile, comme le montrent les trois numéros de Human Torch Comics au sommaire de cet album. Dans le #5, Namor, manipulé par une Atlante qui lui monte la tête, décide d'arrêter le conflit mondial en conquérant lui-même le monde ! Dans le #8, un criminel au service des nazis oblige le Professeur Horton à reprogrammer la Torche Humaine. Dans le #10, un simple malentendu oppose à nouveau Namor et la Torche alors qu'ils enquêtent sur des espions nazis. Trois aventures généreuses en action et en rebondissements (chaque numéro fait entre 40 et 60 pages), avec aussi quelques pointes d'humour (dont certaines qui confinent quand même au comique involontaire) savoureuses. 

Le dessin est loin d'être maîtrisé (en ce temps-là, les meilleurs dessinateurs travaillaient surtout pour les strips de presse), il y a des problèmes de perspectives dans les décors, des anatomies hasardeuses, mais le spectacle est là, avec des scènes dignes d'un blockbuster et des cases très dynamiques malgré un aspect souvent rudimentaire. 

À noter que l'on retrouve également dans ces épisodes d'autres héros des années 40, comme Angel, le Patriote et le premier Ka-Zar (mais pas de Terre Sauvage ici, cette copie de Tarzan vit en Afrique) !


En bref

Cette excellente initiative qu'est la collection "Décennies" permet de découvrir dans ce premier tome des épisodes restés inédits en France. Une plongée mouvementée dans les débuts de l'univers Marvel !

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (480)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire