8

Critique de The bridge

par Le Doc le lun. 13 mai 2019 Staff

Rédiger une critique
C'est l'histoire d'un pont...

L'histoire de la construction du pont de Brooklyn, qui relie Manhattan et Brooklyn depuis sa mise en service en 1883, c'est aussi l'histoire de la famille Roebling, ingénieurs américains d'origine allemande. John Augustus Roebling, le patriarche, était un spécialiste des pont suspendus et inventeur de câbles en acier qui ont fait le succès de son entreprise. Washington Roebling, le fils, a suivi les traces de son père et repris le chantier du Pont de Brooklyn après le décès de celui-ci. Et il ne faut pas oublier l'importance qu'a eu la femme de Washington, Emily Warren Roebling, qui a su s'imposer dans un monde d'hommes après que la maladie contractée par son mari l'a empêché de superviser lui-même les travaux.

La première partie de The Bridge (publié en V.F. par les éditions Kamiti), roman graphique écrit par Pete Tomasi (principalement connu pour ses nombreux comics de super-héros chez DC Comics), est centrée sur la dynamique familiale des Roebling et cette discipline de fer que n'a cessé d'imposer John Augustus Roebling à son fils. Il y a chez cet homme une certaine froideur dans ses relations avec les autres, une rigueur qui est importante dans son travail et sa façon de mener ses affaires et un entêtement qui finira par causer sa perte. Washington a étudié à l'Institut Polytechnique Rensselaer, une école dont les maître-mots sont "Persévérance, Détermination, Excellence". Trois mots que son géniteur tient particulièrement à ce qu'il ne les oublie jamais, Washington cherchant alors à obtenir les meilleurs résultats quitte à s'user la santé. Suivront les horreurs de la Guerre de Sécession, pendant laquelle Washington Roebling se distinguera et rencontrera lors d'un bal des officiers celle qui deviendra sa future femme. 

Ces 50 premières pages permettent aux lecteurs qui ne connaissent pas ces événements de bien se familiariser avec ces figures du passé. La caractérisation est très soignée et le couple formé par Washington et Emily est attachant, ce qui sera important pour la suite (et notamment pour ces touchantes dernières pages).

Comme je l'ai mentionné plus haut, John Augustus Roebling est mort seulement quelques jours après les débuts de l'ambitieux chantier que représentait la construction du Pont de Brooklyn. Après la Guerre, Washington a en quelque sorte mené une autre bataille...une bataille contre le temps, contre les politiques, contre les conflits d'intérêts, contre les accidents, contre la maladie et les problèmes de décompression.

Alors que l'issue est bien évidemment connue, Pete Tomasi a su créer un suspense accrocheur en parlant des drames qui ont touché le quotidien de ces hommes qui ont participé au projet, mais aussi de leurs victoires. La reconstitution est de plus en plus intéressante au fil des pages et le style de la dessinatrice Sara Duvall participe à la réussite de l'ensemble. C'est souvent dépouillé, mais pas minimaliste, avec un côté lumineux qui sied bien à la tonalité apporté par Tomasi (et que l'auteur explique dans sa préface). La réalisation d'une vision, d'un rêve qui dépasse les obstacles rencontrés...

En bref

Je l'avoue, je ne connaissais pas du tout l'histoire du pont de Brooklyn avant d'entamer la lecture de cette bande dessinée. J'ai ensuite lu quelques articles et je trouve que Pete Tomasi a fait un très bon travail de narration, entre réalité historique et nécessaires prises de liberté. Un très beau livre.

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (443)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Laissez un commentaire