6

Critique de Les Mohamed

par vedge le mar. 14 mai 2019 Staff

Rédiger une critique
Tranches de vies déracinées

Tiré du lire « Mémoires d’immigrés » de Yamina Benguigui, cette réédition BD noir et blanc, aux personnages stylisés confondus par le trait, tous Mohamed en quelque sorte dans le regard de certains, pour raconter des tranches de vie.

D’abord les pères, avec des vies comme des plantes, déracinées d’un lieu, d’une terre, d’un soleil, et qui peinent à prendre racine, malgré leur volonté, leur envie, dans un lieu froid où on les tolère à peine.

Comme les italiens, les espagnols ou les polonais avant eux, ils ont quitté leur terre pour occuper en France des emplois que d’autres ne voulaient pas.

Au quasi terme de leur vie, ils font le constat doux amer d’avoir donné beaucoup et d’avoir finalement reçu assez peu.

Puis les mères racontent leur combat, de vie, d’émancipation.

Et enfin c’est le tour des enfants, hésitants entre deux rives, deux cultures, deux exils.

Chacun a vécu l’immigration, l’intégration choisie ou forcée, différemment.

L’auteur lui-même intercale ses interrogations, ses doutes et sa propre histoire.

Ce patchwork réaliste montre, à travers l’histoire de l’immigration maghrébine, la diversité de la France dans ce qu’elle est quoi qu’en disent les mauvais coucheurs.

Seul bémol, le format BD aurait gagné à être plus condensé selon moi.

En bref

Histoire de l’immigration maghrébine en France vu par les pères et les enfants sur un dessin noir et blanc stylisé.

6
vedge Suivre vedge Toutes ses critiques (1963)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Laissez un commentaire