5

Critique de Nima

par ginevra le sam. 1 juin 2019 Staff

Rédiger une critique
Un album aux couleuts très (trop) vives.

L'histoire est à la fois classique et différente. Au lieu d'une classique tribu d'amazones cherchant des mâles géniteurs avant de les tuer, c'est un groupe de nymphes qui est mis en scène. Suite à une malédiction, elles ne peuvent engendrer que des femelles et ne peuvent quitter les eaux qui les abritent. Leur seul choix pour perpétuer leur espèce est de s'unir à des humains.

Enrique Fernández ajoute une nouvelle vision sur l'éternel problème de l'incompréhension entre les peuples et le ressentiment, sinon la haine, qui en résulte. Bien évidemment, Nima est différente et veut rompre avec la règle établie.

Ce n'est pas l'histoire qui m'a fait bloquer sur cet album mais le traitement graphique. Je n'ai pas vraiment accroché à ces nymphes aux bras énormes et aux visages pisciformes. Les humains sont très anguleux mais je dois préciser que l'auteur a réussi à rendre ses personnages expressifs. Mais c'est la colorisation très flashy (trop pour moi) qui m'a fait décrocher : la couleur dominante est le jaune souvent violent.

J'attends d'autres productions d'Enrique Fernández en espérant qu'elles me séduiront plus.

En bref

5
ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1513)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Boutique en ligne
17,00€
Laissez un commentaire