7

Critique de Conan le Cimmérien #6

par ginevra le mer. 31 juil. 2019 Staff

Rédiger une critique
Quand la faible femme sauve le barbare!

Le hasard met entre les mains de Conan le shah Amurath qui a massacré les Kozaki avec lesquels Conan combattait. Ce n'était pas lui que cherchait le shah mais Olivia une de ses esclaves-concubines en fuite. Une fois le shah tué, Olivia suit Conan jusque dans une île où un temple étrange et inquiétant subsiste.

Il est intéressant que ce soit une autrice qui ait choisi de dessiner une aventure de Conan où une femme joue un rôle un peu plus intéressant que l'on pouvait s'y attendre. En effet, c'est Olivia qui coupe les liens de Conan prisonnier de pirates et c'est elle qui perçoit en premier le côté maléfique du temple. A nouvel auteur, nouveau look pour Conan qui apparait ici plein de muscles, en culotte de fourrures et avec des cheveux longs. Virginie Augustin est resté dans une image classique du barbare tel que divers média l'ont montré.

Les statues de fer ont un aspect des plus inquiétants et le massacre des pirates en une pleine page est plutôt horrible et très dynamique côté mouvements. Les paysages de marais ou de jungle sont oppressants et baignés d'une lumière verte très réaliste. Le temple est superbe et m'a évoqué un mélange de temples aztèques et crétois.

Un bon album qui ne dépare pas dans une excellente série.

En bref

7
ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1581)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Conan le Cimmérien
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Boutique en ligne
14,95€
Laissez un commentaire