7

Critique de Vie et Mort de Toyo Harada

par Auray le mar. 10 déc. 2019 Staff

Rédiger une critique
Dans un livre, toute une vie

Quand on lit la généreuse introduction de Joshua Dysart, on se dit que ce comic aurait pu avoir une étiquette avec le label « imaginé en France ». En effet, c'est grâce à Florent Degletagne, l'éditeur de Bliss Éditions, que la rencontre a pu se faire avec le dessinateur principal, Cafu, lors d'une tournée de dédicaces. Une conversation efficace qui a eu pour conséquence de ramener l'idée du duo devant la maison mère. Une signature a été alors déposé... et nous voici à présent avec ce livre entre nos mains !

Alors, Cafu, en plus de sa gentillesse désormais légendaire lors des rencontres avec ses fans, est en fait un des meilleurs de sa génération. Encore une fois ici, il ne fait pas exception, il se dépasse même, peut-être pour ne pas décevoir l'amitié récente avec son nouvel ami. On l'a admiré chez Valiant récemment sur des sagas comme Unity, Rai ou encore Imperium... qui est justement le second tome de la trilogie des Psiotiques ! Un choix pertinent ! De plus, il sera accompagné des plus grands lors des scènes issues du passé d'Harada, je relèverais seulement Dough Braithwaite, ou encore mon petit préféré, Mico Suayan. J'avoue que ces histoires m'ont le plus passionné, car elles construisent petit à petit la légende à l'aide de la grande Histoire : on y verra une rencontre avec Einstein, qui est une des causes indirectes de ses pouvoirs, ou encore, on admira un groupe Hippie qui est attiré par le pseudo-Dieu Harada, un peu comme à l'époque avec Charles Manson.

Le scénario portera la dangerosité d'une technologie vicelarde et du discours d'un mégalomane qui va avec... cela reste alléchant tout le long. Il faut dire que Joshua Dysart rajoute du vocabulaire et de l'ambiance dans les dialogues, grâce à son expérience sur Soldat Inconnu ou encore, sur Urgence niveau 3 (disponible dans le catalogue de ce même éditeur).

Sinon, pour une fois, je préfère vous le précisez ,quitte à vous en dévoiler un peu pour ne pas être déçu par la suite, car on se doute, que la mort ici est plutôt une métaphore et un renouveau, ou encore un tome de transition, car il est évident que l'on ne peut se passer d'un personnage qui arrive à tenir la route dans sa propre série dans une maison d'édition. Passez le fait que la promesse n'aura pas lieu, et vous resterez ravi de suivre cette aventure, car le personnage aura changé par cette expérience, mais sans en oublier l'essence même... du coup, on a surtout hâte de lire sa suite directe.

Toyo Harada est, certes, l'antihéros de cette histoire, mais ses amis les plus proches auront aussi leur lot de problèmes à résoudre, comme son charmant et touchant robot. Les fans d'Harbinger peuvent se mettre un comic sous le sapin, et sans hésiter, on dirait !

En bref

Vie et transition pour notre charismatique Toyo Harada, qui reste le plus malin d'entre nous, ou alors c'est Joshua Dysart. À relever que le tout ne serait pas possible sans Cafu et ses compagnons de fortune qui participent énormément à la qualité de cette oeuvre. Merci à eux !

7
Positif

L'introduction de trois pages qui donne une autre saveur au livre dans son ensemble

L'expérience de Joshua Dysart qui est très utile ici, et donne de l'épaisseur à certaines scènes

La patte de Cafu qui se surpasse dans ces pages

La construction du passé d'Harada qui s'effectue à l'aide des meilleurs artistes actuels chez Valiant

Un tome de transition, mais qui conclut directement le cycle des psiotiques

Negatif

300 critiques déjà à mon compteur !

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (316)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Laissez un commentaire