8

Critique de Batman The Dailies #1

par Le Doc le ven. 20 déc. 2019 Staff

Rédiger une critique
Ne manquez pas les passionnantes aventures de Batman & Robin !

Urban Comics termine cette année 2019 marquée par la célébration du 80ème anniversaire du héros créé par Bob Kane et Bill Finger par une excellente initiative : la publication du premier tome de l'intégrale du comic-strip Batman & Robin, que les lecteurs américains ont pu découvrir dans les pages de leurs journaux entre 1943 et 1946. L'album reprend donc les bandes quotidiennes en N&B, dans un format "à l'italienne" qui propose deux strips par page. La planche dominicale (ou demi-planche selon les titres) racontait une autre histoire, en couleurs.

Fruit de la collaboration entre DC Comics et Kitchen Sink Press, inc., ce premier volume s'ouvre sur une introduction de qualité par Joe Desris. L'auteur de ces lignes signe un historique passionnant qui (re)plonge le lecteur dans le contexte de cette époque, évoque les liens entre les comics, les strips et le serial Batman, retrace les différentes étapes de la création du strip et rend à César ce qui est à César en redonnant à chacun ce qui lui est du. Il faut rappeler qu'en ce temps-là, les auteurs n'étaient pas crédités, Bob Kane faisant partie des exceptions car une clause dans son contrat lui permettait d'avoir sa signature placée sur les premières pages de chaque comics et sur chaque strip même quand il n'était pas aux crayons. Une situation qui a perduré une bonne vingtaine d'années...

Le travail entrepris pour cette édition permet de bien savoir qui a fait quoi : sont ainsi crédités les scénariste Bill Finger (chapitres 1 à 4), Don Cameron (chapitre 5) et Alvin Schwartz (chapitre 6), Charles Paris pour l'encrage et le dessinateur Jack Burnley qui a épaulé Kane pour le dernier chapitre lorsque celui-ci a pris un congé après le décès de son père. Mais pour l'essentiel, ces bandes ont été dessinées par Bob Kane, qui s'était retiré des mensuels Detective Comics et Batman pour se consacrer à ce qui est devenu historiquement le dernier important corpus batmanien  crayonné par ses soins. J'avoue que je n'ai jamais été un grand fan du style de Bob Kane mais il ne lui a pas fallu longtemps pour gommer certains des défauts de ses débuts (et les toutes premières aventures de Batman n'en manquent pas) et il a livré avec ce comic strip quelques unes de ses meilleures cases, détaillées, avec des compositions énergiques dans les scènes d'action (même si je ne peux pas m'empêcher de me dire que Jack Burnley est meilleur sur les cases dont il s'occupe, alors qu'on lui demandait surtout d'imiter Kane).

Le format bien délimité du strip (trois à quatre cases par jour) est dans un premier temps utilisé pour une introduction aussi concise qu'efficace des éléments principaux des comics, à destination des lecteurs néophytes qui découvraient l'univers de Batman avec cette série destinée aux journaux : la dynamique Batman/Robin, le rôle d'Alfred, le commissaire Gordon, la Batcave, la Batmobile et le Batplane. Un bon prologue avant d'entamer la lecture de chaque aventure dont la publication s'étalait généralement sur trois mois.

À part le Joker dans le délirant et mouvementé chapitre 4, la galerie de vilains de Batman n'a pas été utilisée dans les bandes quotidiennes qui évoluent dans une ambiance de films de gangsters (genre alors très populaire au cinéma). Escrocs, arnaqueurs et autres trafiquants (dont certains ont l'air de sortir d'une BD de Dick Tracy) sont ici les adversaires du duo dynamique tout au long d'une série d'enquêtes bien menées qui exploitent idéalement les particularités des strips comme la gestion du rythme et les cliffhangers. Il y a bien quelques répétitions inévitables pour ne pas perdre le fil de l'action jour après jour mais elles ne sont pas systématiques et ne gênent pas une lecture qui reste fluide (et on peut aussi y voir des points communs avec les serials du grand écran).

L'atmosphère est prenante, les histoires sont parfois un chouïa alambiquées mais souvent bien ficelées (et ne se finissent pas toutes par des happy end) et le cocktail d'action et de suspense (avec de temps en temps une touche d'humour principalement amenée par ce bon vieux Alfred) est très divertissant.




En bref

Une belle édition à la traduction soignée pour un pan très intéressant de la longue histoire éditoriale du Chevalier Noir. Et ne manquez pas les passionnantes aventures de Batman & Robin dans le prochain tome qui compilera la seconde année du strip !

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
22,50€
Boutique en ligne
22,50€
Boutique en ligne
22,50€
Boutique en ligne
22,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)