7

Critique de Je suis Luke Skywalker

par Le Doc le lun. 23 déc. 2019 Staff

Rédiger une critique
Je suis Luke Skywalker. Je viens à votre secours.

Après Dark Vador, c'est au tour de Luke Skywalker de rejoindre la collection d'anthologies de Panini Comics. Et comme pour son illustre père, le sommaire se concentre sur les comics récents, ceux publiés par Marvel à partir de 2015. Je le répète, je trouve cela dommage de ne pas inclure des épisodes plus vieux vu que la Maison des Idées a récupéré les droits de la Saga des Etoiles. L'album est donc plus intéressant pour les lecteurs qui ne se sont pas encore laissés tenter par ces publications et qui peuvent avoir ici une petite "vue d'ensemble" de la production de Marvel que pour les lecteurs plus fidèles qui les possèdent déjà en kiosque et en album. 

Marvel ne commencera à traiter la période post-Empire contre-attaque qu'en 2020, la quasi-totalité des histoires de ce volume se concentre donc sur le Luke des débuts, le jeune fermier devenu le pilote héros de la rébellion après la destruction de l'Etoile de  la Mort. Mais sans maître pour le guider sur la voie de la Force, Luke doute encore. On commence par le début, les trois premiers numéros de la série Star Wars de Jason Aaron et John Cassaday. Un arc  somme toute assez classique qui démarre sur les chapeaux de roue et qui permet au scénariste de jouer directement avec la dynamique de groupe entre Luke, Han, Leia, Chewie et les droïdes. Une entame réussie, aussi bien au niveau de la caractérisation (avec des répliques et des interactions savoureuses) que de l'action.

Dans l'arc narratif Epreuve de Force sur Nar Shadaa (#9 à 12), Luke est dans les ennuis jusqu'au cou sur la Lune des Contrebandiers où il comptait trouver des informations qui lui permettraient de pénétrer dans le Temple Jedi sur Coruscant. Mais il reste un jeune homme inexpérimenté, peu habitué à ces repaires où traînent les malandrins les plus infâmes. Il y a beaucoup de bonnes idées (comme une version Hutt du Collectionneur de l'univers Marvel et la première véritable exposition de Luke à la mythologie Jedi) dans cette histoire pleine de péripéties, superbement dessinée par un Stuart Immonen dont le talent virevolte à chaque page !

On passe ensuite aux deux dernières parties du Dernier vol du Harbinger (#24 et 25). Prendre en cours de route n'est pas l'idéal, mais cela permet d'enchaîner sur le second round entre Luke et le redoutable sergent Kreel après leur premier affrontement sur Nar Shadaa. La première partie du crossover La Citadelle Hurlante met en vedette un duo mal assorti, le (toujours un peu) naïf Luke Skywalker et la (très) cynique Chelli Aphra. La dynamique entre ces deux personnages si différents qui finiront tout de même par se découvrir des points communs est l'une des choses qu j'ai préférées dans ce chapitre introductif, avec les dessins de Marco Checchetto. 

Dans Star Wars #33, Luke et Leia se retrouvent sur une planète inconnue après un accrochage avec des chasseurs TIE et passent plusieurs semaines à assurer leur survie en attendant de trouver moyen de réparer leur vaisseau. De parties de pêche mouvementées en discussions au coin du feu, cet exil forcé permet aux deux héros de mieux se connaître avant d'être rattrapés par par la guerre. Pour un de ses derniers épisodes sur la série, Jason Aaron réussit encore une fois la caractérisation, avec un bon changement de braquet dans le dernier tiers pour laisser la place à l'action. 

Le numéro spécial The Storms of Crait, par Ben Acker, Ben Blacker et Mike Mayhew, se déroule sur la planète Crait, lieu de l'impressionnant affrontement final du film Les Derniers Jedi. Cette planète minérale avait déjà connu un champ de bataille des années auparavant, celui des héros de la Rébellion contre l'Escadron Scar. Ce one-shot est inégal : les scènes d'action sont plutôt efficaces (avec une bonne utilisation des caractéristiques particulières de Crait) mais la première partie est un poil longuette et le portrait de certains protagonistes (surtout Luke en fait) est un peu lourd. Au niveau des dessins, c'est trop figé, le travail de Mike Mayhew se rapprochant un peu trop de celui de Salvador Larroca.

Et pour terminer, il y a le one-shot de la série Age of Rebellion consacré à Luke Skywalker, qui prend place cette fois-ci entre L'Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi. Un brin décevant hélas. L'idée de Greg Pak est bonne (un combat mental à distance entre Luke et l'Empereur), mais la narration est un poil confuse, effet accentué par les faiblesses de la partie graphique  (trois dessinateurs pour 20 pages, dont  un Chris Sprouse en très petite forme).

En bref

Et comme tous les "Je suis..." de Panini, des articles et interviews complètent le sommaire.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (641)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)