7

Critique de Avengers #4

par Le Doc le jeu. 16 janv. 2020 Staff

Rédiger une critique
Captain America rejoint les Vengeurs !

En 1963, Marvel a poursuivi son expansion en publiant deux nouveaux comic-books centrés sur des équipes de super-héros, avec deux approches différentes puisque la première présentait de nouveaux personnages (les X-Men) tandis que la seconde réunissait la plupart des héros déjà apparus depuis deux ans (moins les 4 Fantastiques et Spider-Man). Mais ce n'était pas le plan prévu au départ : à l'origine, le premier numéro de Daredevil devait être publié en 1963, mais la production a connu des délais suite au retard pris par le dessinateur Bill Everett. Il fallait donc un titre en remplacement et Stan Lee et le toujours très rapide Jack Kirby ont donc réuni Iron Man, Thor, Hulk, Giant-Man et la Guêpe pour la première formation des Vengeurs (comme on les appelait en ce temps-là).

Avec Avengers #1, il n'y avait pour une fois pas besoin de présenter les personnages et même le vilain, Loki, était déjà connu. Mais le titre a mis un petit peu de temps pour trouver sa vitesse de croisière et j'ai toujours pensé qu'il n'a commencé à devenir véritablement intéressant qu'à partir du #4 avec le retour d'un héros emblématique de Marvel (quand la maison d'édition était encore appelée Timely Comics), Captain America, qui est devenu progressivement le coeur et l'âme de l'équipe. Stan Lee avait déjà testé peu de temps auparavant l'intérêt pour une réapparition de Cap dans ce nouvel univers Marvel dans les pages de Strange Tales à l'occasion d'une aventure où la Torche affrontait le héros étoilé...qui se révélait être un imposteur. Mais là, c'était le véritable Captain America qui revenait carrément des limbes de l'oubli...et d'ailleurs ses aventures de la décennie précédente (le Cap casseur de cocos des fifties) furent même dans un premier temps "oubliées" pour repartir sur de nouvelles bases.

Après sa défaite contre les Vengeurs, un Namor colérique (pléonasme !) bouleverse un étrange rituel, une tribu d'esquimaux qui s'inclinent devant ce qui semble être un homme pétrifié dans un bloc de glace et qu'ils appellent le "Seigneur des Glaces". Ulcéré, Namor jette l'idole à la mer où elle dérive vers des eaux plus chaudes avant d'être récupéré par les héros qui découvrent que l'homme congelé n'est autre que le grand héros de la Seconde Guerre Mondiale, Captain America, qui ne perd pas de temps pour leur faire une démonstration de ses capacités une fois réveillé (et tout ça se passe pendant les six premières pages...les auteurs ne perdaient pas non plus leur temps à l'époque).

L'une des bonnes idées du scénario est que les Vengeurs sont vite écartés (pétrifiés par un mystérieux rayon), ce qui laisse Cap se débrouiller pour sa première approche d'homme hors du temps. D'abord déphasé, Steve Rogers rencontre le jeune Rick Jones, qui lui rappelle son acolyte Bucky (ce qui sera l'objet d'une série d'épisodes de sa future série), et replonge dans l'action pour découvrir ce qui est arrivé aux Vengeurs. 

Avengers #4 demeure l'un des meilleurs  épisodes des débuts de la série, divertissant, mieux construit que les trois précédents avec une structure en trois actes qui se conclut sur l'habituel déferlement d'action final. Rétrospectivement, il y a ce qu'on pourrait appeler des problèmes de continuité, ce qui ne devait cependant pas trop gêner les jeunes lecteurs des années 60 (Cap et Namor n'ont aucun souvenir l'un de  l'autre alors qu'ils ont combattu ensemble pendant la Guerre), mais des explications en rétro-continuité ont arrangé cela par la suite.


En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (536)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Avengers
8
Avengers T.1

Avengers T.1 Staff

Lire la critique de Avengers T.1

Boutique en ligne
8,90€
Boutique en ligne
8,90€
Boutique en ligne
8,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)