7

Critique de Captain America - Bicentenaire

par Le Doc le mar. 17 mars 2020 Staff

Rédiger une critique
Happy Birthday, America !

Dans les années 70, Marvel a expérimenté différents formats pour ses comics, comme pour ses magazines en N&B ou les numéros spéciaux de très grande taille qui contenaient dans un premier temps des rééditions avant de proposer du matériel original. Vu son pitch et son côté "bigger than life", le Captain America : Bicentennial Battles de Jack Kirby était donc tout indiqué pour rejoindre cette collection.

En 1976, Jack Kirby était de retour chez Marvel pour travailler sur plusieurs titres, dont la série de sa co-création Captain America qui allait cette année-là atteindre son 200ème numéro. Et comme les choses étaient décidément bien faites, 1976 marquait également l'année du bicentenaire de l'Amérique, un événement auquel le Vengeur Etoilé se devait de participer. Sur la série régulière, la réception des lecteurs fut mitigée, surtout après la longue prestation de Steve Englehart (voir mon avis ici : sanctuary.fr/avis/133623/) très ancrée dans la réalité du moment avec sa conscience politique forte. Je ne dis pas que cet aspect est totalement absent des épisodes de Kirby (et il y en a beaucoup de très intéressants), mais le ton général de son run, très différent de celui d'Englehart, a divisé à l'époque (mais j'y reviendrai prochainement). 

Le numéro spécial Bicentennial Battles était un projet qui tenait à coeur au King Kirby (rappelons qu'il était le responsable éditorial de ses propres titres). Dès la première page de cette aventure, Cap rencontre le mystérieux Mr Buda, un "mystique" aux pouvoirs extraordinaires qui transcendent l'espace et le temps (des années plus tard, il sera expliqué que Mr Buda était en fait le Contemplateur, l'un des Doyens de l'Univers). Mr Buda envoie alors Captain America à différents points importants de l'histoire de l'Amérique, une quête pour découvrir "l'âme" de ce pays, une façon pour Kirby de détailler sa vision du Rêve Américain.

Vu le sujet, il n'est pas étonnant que cet album soit traversé par une grande charge symbolique renforcée par la puissance évocatrice des planches de Jack Kirby. Dans son voyage entre passé, présent et futur, Steve Rogers est confronté au meilleur et au pire de l'humanité et si les situations sont parfois difficiles, le héros ne perd jamais son optimisme. Les segments sont un brin inégaux mais cette célébration du "mythe américain", avec ses forces, ses défauts, ses contradictions, ne manque pas d'intérêt. Certains passages, qui touchent au racisme, sont durs, mais il y a aussi des scènes plus amusantes et légères, comme le fameux paradoxe avec Benjamin Franklin. Et le King n'a pas hésité à se mettre en scène, en tant que petit livreur de journaux après la crise de 1929.

Jack Kirby est ici encré par Barry Smith, Herb Trimpe et John Romita Jr, eux-mêmes dessinateurs, pour un résultat très convaincant. J'aime beaucoup par exemple le mariage entre les styles de Kirby et de Barry Smith dans le premier chapitre qui fait intervenir Bucky. Une galerie de pin-ups, dans laquelle Jack Kirby réinvente Captain America en soldat colonial, en cow-boy ou encore en "astro-héro", complète le sommaire de ce Bicentennial Battles

En bref

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (573)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
33,99€
Boutique en ligne
33,99€
Boutique en ligne
33,99€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)