Danger ! Aventure ! Comédie ! Les Aventures de Captain America !

En 1989, Marvel commence à élaborer ses plans pour célébrer le 50ème anniversaire de Captain America prévu pour 1991 (car l'éditeur suit la date inscrite sur le #1 de Captain America Comics #1, mars 1941, même si le bouquin est en fait sorti en décembre 1940) et confie à Fabian Nicieza (qui se préparait à travailler sur sa première série régulière, New Warriors) la tâche de revisiter les origines du Vengeur Etoilé pour la nouvelle génération. Pour la partie graphique, c'est l'excellent Kevin Maguire qui a été choisi, remarqué à l'époque pour les dessins de la série Justice League International publiée par la Distinguée Concurrence.

The Adventures of Captain America prend la forme d'une mini-série en 4 épisodes de 48 pages chacun. Ce qui fait énormément de pages comparée à la façon dont les origines de Captain America ont déjà été racontées auparavant (et pas qu'une seule fois). Il faut même attendre le deuxième épisode pour que Steve Rogers apparaisse pour la première fois dans sa panoplie de Captain America. Mais cette entreprise de rétro-continuité échappe au syndrome de la décompression. Fabian Nicieza et Kevin Maguire (ce dernier est crédité en tant que "storyteller" au même titre que Nicieza) peuplent leur récit de personnages très intéressants qui étoffent le Projet Renaissance avant d'explorer les débuts de Steve Rogers en tant que simple troufion.

Steve Rogers rencontre le jeune James "Buchanan" Barnes au camp Lehigh. C'est à Fabian Nicieza que l'on doit pour la première fois un portrait différent de Bucky (et qui servira plus tard de base  pour les autres relectures de Mark Waid et Ed Brubaker concernant cette période précise). Bucky apparaît ici plus sarcastique, un peu trop prétentieux...sans être insupportable, ce qui donne lieu à quelques savoureuses situations. On se rend vite compte qu'il s'agit d'un mécanisme de protection pour l'adolescent, qui s'affirme de plus en plus aux côtés de ce Cap débutant au fil des épreuves traversées. Leurs deux personnalités se complètent, formant un duo qui entrera dans la légende.

L'intrigue principale tourne autour d'espions nazis à la recherche de la formule du super-soldat. Un trio d'assassins est envoyé pour percer ce secret, torturant dans un premier temps les assistants du professeur Erskine avant de kidnapper le colonel Fletcher, le responsable de l'opération qui est devenu le mentor de Steve Rogers. Une aventure qui mènera Captain America à  son premier affrontement avec le symbole de haine d'Adolf Hitler, le Crâne Rouge. 

Avec son très bon casting à la caractérisation soignée, Fabian Nicieza mêle drame, romance, humour, suspense et action avec efficacité car chaque chapitre monte bien comme il faut en puissance pour se terminer sur un cliffhanger intense. Qu'elle fasse partie de la continuité ou non n'est pas un problème...cette mini-série très bien ficelée offre une lecture divertissante et il est bien dommage qu'elle reste toujours inédite en V.F.

J'aurais d'ailleurs pu lui mettre un "9" tant elle m'a plue...mais je regrette que Kevin Maguire, pas vraiment connu pour sa rapidité, n'ait pas su tenir les délais. Son style est toujours aussi enthousiasmant, ses expressions faciales irrésistibles, ses scènes d'action aux protagonistes aux muscles saillants acrobatiques et explosives. Mais malgré le temps accordé à la préparation du bouquin, le méticuleux Maguire a accumulé du retard et il n'a au final dessiné que les deux premiers numéros et une partie du troisième en deux ans. Marvel n'a pas pu attendre et le reste du bouquin a été terminé par Kevin West et Steve Carr. Leurs pages ne sont pas déshonorantes, loin de là,  et l'encreur Terry Austin a essayé d'harmoniser l'ensemble...mais le résultat n'a pas la même saveur que les pages signées par Kevin Maguire.


En bref

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (645)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)