7

Critique de Rencontres Maléfiques

par Le Doc le mar. 14 avril 2020 Staff

Rédiger une critique
Les mésaventures du fameux Professeur J.T. Meinhardt et de son fidèle assistant Mr Knox

Sorti chez Delcourt début mars, Rencontres Maléfiques compile deux albums publiés par Dark Horse en 2017 et 2019 : Mr Higgins comes home et Our encounters with evil : Adventures of professor J.T. Meinhardt and his assistant Mr Knox. Deux personnages qui ont éloigné provisoirement Mike Mignola de l'univers qu'il orchestre depuis 25 ans pour un récit  nourri de ces références que le papa d'Hellboy chérit tant.

Car l'ombre de Bram Stoker n'est jamais très loin dans les (més)aventures de ces deux chasseurs de monstres, tout comme l'influence des oeuvres de la Hammer et du Bal des Vampires de Roman Polanski, l'un des films préférés de Mignola. Ce qui n'aurait pu être qu'un simple exercice de style trouve rapidement une identité propre, notamment grâce à la caractérisation (le Mr Higgins du titre est un personnage assez touchant, un loup-garou triste qui rejoint notre duo pas si dynamique pour se venger des vampires qui lui ont arraché la femme qu'il aime et détruit sa vie) et à un côté décalé qui va de pair avec le style visuel.

J'avoue avoir eu un peu de mal au début avec les dessins du britannique Warwick Johnson-Caldwell (Tank Girl, Helena Crash...). Ces décors biscornus, ces perspectives déformées, ces silhouettes étranges (Mr Knox a des faux airs de "Mr Patate")...ce n'est généralement pas ce que je préfère pour ce genre d'histoire. Mais au fil de la lecture, je me suis laissé prendre tant l'exagération de ses compositions participe à l'atmosphère si particulière de ce volume.

Le dessinateur s'est lui-même chargé du scénario du deuxième volet, Our encounters with evil (Mike Mignola était peut-être trop occupé par ses autres séries pour revenir sur ses nouvelles créations) qui se présente comme une sorte de "journal" des chasseurs de monstres rejoints par l'intrépide Madame Mary Van Sloan qui apporte une autre dynamique à l'ensemble. Warwick Johnson-Caldwell découpe son numéro en chapitres, multipliant ainsi les menaces et les variations autour des classiques figures horrifiques. Cette deuxième partie reste divertissante, tout en étant un chouïa plus décousue.


En bref

L'habituel carnet de croquis annoté complète le sommaire.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)