6

Critique de Captain America #225

par Le Doc le mar. 12 mai 2020 Staff

Rédiger une critique
Le secret de...l'autre vie de Captain America !

Le départ de Jack Kirby au #214 de Captain America a du être précipité car les #215 et 216 sont typiquement des numéros "intermédiaires", produits en attendant de donner une nouvelle direction au titre. Ainsi, le #215 est un énième récap' de l'histoire de Cap tandis que le #216 est une réédition de Strange Tales #114. Mais la dernière page du #215 annonce le fil rouge de cette année qui a vu se succéder plusieurs auteurs avant l'arrivée de Roger McKenzie, le nouveau scénariste régulier à partir du #226.

En effet, pendant cette réminiscence, Cap se rend compte qu'il ne se souvient plus qui il était avant ce fameux jour de l'expérience du Super-Soldat. Qui est Steve Rogers ? est la question qui est régulièrement revenue au fil des mois. Le but de l'équipe éditoriale était de construire une fois pour toutes un passé pour le héros, de revisiter sa vie avant qu'il devienne la Sentinelle de la Liberté. L'idée n'était pas mauvaise...le traitement n'a pas convaincu grand monde. 

Il y a eu de très bons épisodes pendant cette période (comme le #219 écrit par Don Glut qui rend un hommage au serial des années 40)...mais aussi des fill-in pas très intéressants (le #224 par Peter Gillis)...et de nombreux rebondissements qui ont mené au #225 dans lequel Captain America apprend toute la vérité sur sa famille grâce à la machine du Dr Harding, un savant précédemment apparu pendant le run de Jack Kirby.

Dans ce dernier chapitre de "À la recherche de Steve Rogers", Cap découvre que l'enfant malingre qu'il fut autrefois était la déception de son père qui n'avait d'yeux que pour son autre fils Michael. Plus athlétique que Steve, Mike est devenu militaire alors que son jeune frère a été accepté dans une école d'art, déclenchant une autre dispute avec son père. Lorsque Steve apprend la mort de son frère à Pearl Harbor, son monde s'effondre et il décide alors de s'engager. Mais il est réformé et sa colère attire  l'attention du Général Phillips...et la suite, on la connaît...

Ce #225 est plutôt bien écrit (c'est Steve Gerber qui s'est chargé de cette révélation), bien dessiné (Sal Buscema était le nouveau dessinateur régulier) et la lecture est agréable...et pourtant cet exercice en "continuité rétroactive" ne fonctionne pas vraiment et contredit notamment certaines scènes vues les années précédentes. L'épisode se termine par un cliffhanger mais Gerber a passé la main et l'histoire a été terminée par Roger McKenzie.

Le responsable éditorial était alors Roger Stern...qui s'est empressé de retconner tout ça dès le premier épisode de sa prestation sur Captain America avec John Byrne , le #247, en expliquant qu'il s'agissait de souvenirs implantés avant une mission cruciale. 


En bref

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (602)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)