7

Critique de Boule à zéro #8

par ginevra le jeu. 21 mai 2020 Staff

Rédiger une critique
Le père prodigue... et repentant

La série continue sur sa lancée en étant toujours aussi bien écrite et gentiment illustrée.

2 gros chocs pour Zita dans cet album : son compagnon de chambre, le petit Moïse, s'en va pour rejoindre sa famille adoptive et son père qu'elle n'a plus vu depuis 10 ans vient la voir à l'hôpital… C'est lui le fantôme de la chambre 612, bien sûr.

C'est un album au goût doux-amer qui risque de donner des remords à tous les lecteurs qui se reconnaîtront forcément dans les fantômes qui hantent les hôpitaux, ceux qui ne sont pas venus voir un ami ou un parent. Nous avions tous de bonnes excuses : "c'est trop loin", "je ne veux pas le ou la fatiguer", "j'ai peur de lui transmettre une maladie"… Mais en vérité, c'était plutôt : "l'ambiance de l'hôpital est trop lourde", "j'ai peur de le ou la voir mal en point"…

Pourtant, pour tous ceux qui ont vécu un séjour à l'hôpital, nous savons comme les journées sont longues et comme nous attendions les heures de visite.

Du coup, c'est un album qui devrait être diffusé largement dans toutes les salles d'attente des consultations hospitalières.

En bref

Ce nouvel album d'une série toujours percutante donnera bien des remords à tous les lecteurs qui ont rechigné à aller rendre visite à un proche hospitalisé.

7
Positif

histoire crédible

dessins toujours aussi sympathiques

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1800)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Boule à zéro
Boutique en ligne
10,95€
Boutique en ligne
10,95€
Boutique en ligne
10,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)