5

Critique de Captain America #28

par Le Doc le jeu. 28 mai 2020 Staff

Rédiger une critique
Requiem

En 2004, Robert Morales, qui avait précédemment écrit la mini-série Truth : Red, White & Black (qui s'inspirait des études de Tuskegee pour parler des essais de recréation du sérum du super-soldat sur des militaires noirs, ne laissant qu'un seul survivant, Isaiah Bradley), devient le nouveau scénariste de la série Captain America à partir du #21. Il s'agissait du volume 4 publié sous la bannière Marvel Knights. Un titre qui avait bien du mal à trouver une direction car il avait déjà usé deux scénaristes en 16 épisodes (John Ney Rieber et Chuck Austen) avant d'intégrer une histoire de Dave Gibbons et Lee Weeks à l'origine prévue en tant que mini-série.

Robert Morales (qui nous a quittés trop tôt en 2013 à l'âge de 54 ans) devait à l'origine rester sur 18 numéros...et il n'en a fait que huit. Pour résumer, les responsables éditoriaux n'aimaient pas vraiment ce qu'il préparait (pour plus de détails, voir le fil anniversaire du forum et les infos données par Fred le Mallrat au post #446) et il fut poussé vers la sortie. La série quitta alors le label Marvel Knights pour ses quatre derniers épisodes écrit par un certain Robert Kirkman et liés à la saga Avengers Disassembled (bref, ça a été le bin's pendant les deux ans et demi de vie du bouquin). Les comics de Cap retrouvèrent alors un véritable...cap dès le volume suivant qui a vu l'arrivée de Ed Brubaker au scénario. 

Les six premiers épisodes de Morales dessinés par Chris Bachalo ont été traduits en France dans un 100% Marvel (j'y reviendrai dans le courant de l'année). Les deux derniers restent inédits et ils montrent bien que ce n'est pas ce que le scénariste avait prévu au début tant le ton diffère de l'arc Mère Patrie. Robert Morales a quitté le comic-book sur un récit en deux parties qu'il espérait amusant à lire, une virée entre les dimensions dans laquelle Steve Rogers rencontre le Isaiah Bradley d'une autre réalité, à la recherche de sa fille devenue folle. Le résultat n'est pas mauvais, juste très moyen (visiblement le coeur n'y était plus), avec quelques petites idées sympathiques (notamment sur la nature de cet univers parallèle) mais l'ensemble manque quand même de folie...et le dessinateur choisi, Eddie Campbell est à côté de la plaque. Je l'aime beaucoup sur From Hell mais ici c'est un drôle de choix pour cette fin de run abrégée et anecdotique...

En bref

5
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (595)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Captain America
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Boutique en ligne
35,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)