7

Critique de Nous Sommes les Nouveaux Mutants

par Le Doc le ven. 26 juin 2020 Staff

Rédiger une critique
Renouveau !

Cela peut sembler amusant quand on se rappelle la façon dont la franchise mutante n'a cessé de se développer à partir des années 80, mais au début Chris Claremont voulait que la série Uncanny X-Men se suffise à elle-même et il avait ainsi prévu l'arrivée d'une nouvelle classe de jeunes mutants au sein du titre (faut dire que l'école devait être bien grande pour quelques X-Men presque tous déjà adultes). Comme le rappelle Xavier Fournier dans l'un des articles introductifs de cet album, cela devait se passer pendant la période où Claremont travaillait avec John Byrne, mais Jim Shooter, le big boss de Marvel, a refusé l'idée...qui n'a pourtant pas été abandonnée. 

En 1982, Jim Shooter donne son feu vert pour le tout premier spin-off des X-Men, le premier d'une très longue série : Les Nouveaux Mutants. Mais là encore, Shooter a bouleversé les plans de ses auteurs, Chris Claremont et le dessinateur/encreur Bob McLeod, en ordonnant que les premiers épisodes de la série soient retravaillés pour constituer un album de la collection Marvel Graphic Novel (ce qui a causé un retard dans la publication). Mais finalement, la réunion des Nouveaux Mutants a eu lieu en décembre 1982, dans le Marvel Graphic Novel #4, réédité en première partie du sommaire de l'anthologie. 

J'aime toujours autant cette bande dessinée que j'avais découverte dans un TOP BD dans la première partie des années 80. Je suivais un peu tout dans le désordre à l'époque (et la façon dont les X-Men était publiée n'aidait pas) et j'étais intrigué par le fait que le professeur Xavier croyait que ses X-Men était morts (ils avaient en fait été enlevés par les Broods), d'où sa réticence à recueillir des jeunes mutants. La caractérisation est soignée et le récit est bien construit, avec chaque nouveau protagoniste présenté dans des scènes de 3 ou 4 pages avant que la chaîne des événements leur permettent d'interagir en équipe. Avec leurs qualités et leurs défauts, Dani, Rahne, Sam, Bobby et Shan sont vite attachants et si leur premier affrontement contre un super-vilain (ici le cyborg Donald Pierce) ne se fait pas sans heurts, leur dynamique est déjà pleine de promesses et la dernière page donne le sourire. Graphiquement, le style de Bob McLeod est très élégant et il sait vraiment dessiner des adolescents, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

Les Nouveaux Mutants ont vite été confrontés au monde qui se situe au-delà de l'Institut pour Jeunes Surdoués du professeur Xavier puisqu'ils ont fait la rencontre de Spider-Man et de la Cape et l'Epée dans un annual de la série Marvel Team-up resté inédit jusque là. Une histoire qui explore des ruelles glauques et sombres qui n'offrent que peu d'espoir à des jeunes désoeuvrés, et dans laquelle Bill Mantlo continue d'explorer des thèmes développés dans Peter Parker, The Spectacular Spider-Man. Dommage tout de même que la partie graphique ne soit pas à la hauteur, les dessins de Ron Frenz sont méconnaissables à cause de l'encrage médiocre de Kevin Dzuban.

Le format anthologique est par nature inégal et la sélection faite ici par Panini a donc ses hauts et ses bas. Le #15 de The New Mutants permet d'avoir un épisode centré sur le personnage d'Ilyana Raspoutine et de se rappeler que l'intégration de la jeune sorcière ne s'est pas fait sans doutes de la part de ses co-équipiers et amis. S'il est excellent, le #27 dessiné par Bill Sienkiewicz fait partie d'un grand arc narratif et perd un peu de son intensité séparé de l'ensemble. Je pense que l'épisode de la "pyjama-party" aurait été plus judicieux. Ensuite on arrive à la fin du titre et les bouleversements amenés par Rob Liefeld et Fabian Nicieza. Une période aussi énergique que chaotique, avec des nouveaux personnages qui apparaissent comme par enchantement, comme Cable, Deadpool, Domino, Feral et Shatterstar. Et Zeus, que c'est moche !

Après une histoire courte inédite, directe et efficace dans son propos, on arrive à la dernière partie avec trois épisodes de la période Zeb Wells (entre 2009 et 2011). Et là encore, on touche aux limites de l'exercice anthologique car si ces chapitres ont leurs qualités (les dessins de Leonard Kirk, par exemple), ils fonctionnent moins lorsqu'on les "isolent" du reste du run (comme pour celui de Sienkiewicz), rendant la lecture un poil confuse par moments (et vu que je ne me rappelle plus tellement ce qui s'est passé avant).

En bref

De nombreux articles complètent le sommaire de cette anthologie qui devait accompagner la sortie d'un film repoussé régulièrement depuis 2018. Mais promis, Les Nouveaux Mutants de Josh Boone devrait finalement sortir sur grand écran fin août !

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (601)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Boutique en ligne
26,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)