7

Critique de MAO #1

par ivan isaak le ven. 10 juil. 2020 Staff

Rédiger une critique
Inuyasha bis ? Pourquoi pas...

On ne présente plus Rumiko Takahashi. Connue pour ses grands classiques de comédie romantique (Maison Ikkoku – connue en France sous le nom de Juliette je t’aime) ou de shonen d’aventures (Ranma ½, Inuyasha), elle a même été récompensée pour l’ensemble de sa carrière par le Festival de la BD d’Angoulême. Elle revient donc avec une nouvelle série, Mao, en cours depuis 2019 au Japon et dont le 4ème tome est sorti en mai dernier.

La lecture de ce premier volume nous fait fortement penser à Inuyasha : une humaine qui passe dans un monde « fantastique », une malédiction, un héros armé d’un sabre… Les ressemblances sont nombreuses, mais comme pour son ainé, la sauce prend. Rumiko Takahashi possède ce don pour transformer une histoire classique en récit rythmé et passionnant. Elle nous présente ici 3 personnages : Nanoka, une jeune fille ayant été victime d’un grave accident à 7 ans où ses parents ont trouvé la mort, Mao, un médecin/onmyo, qui combat les créatures maléfiques tout en recherchant celle l’ayant maudit par le passé, et Otoya, un petit garçon qui fait office de « familier » de Mao. C’est en suivant une rumeur sur la présence de fantômes dans une galerie marchande, celle à côté de laquelle Nanoka a eu son accident, que la jeune fille se retrouve propulsée dans un monde où les monstres sont monnaie courante et où Mao élimine les méchants et soignent les gentils. Nos 2 héros vont rapidement trouver un ennemi commun : Byoki, le monstre qui a maudit Mao.

Avec Rumiko Takahashi, on tourne rarement autour du pot et on apprend assez rapidement quel sera l’objectif de nos héros. Ici, il est clair : retrouver Byoki. La génitrice d’Inuyasha est habituée au design de monstres en tous genres et nous offre un titre graphiquement propre, manquant peut-être de force dans les scènes d’action mais dans ses standards habituels. Si on a aimé son trait sur ses précédentes œuvres, on l’aimera également ici. Quelques mystères, déjà quelques réponses, une héroïne un peu décalée, des éléments spatio-temporels intéressants pour la suite… Bref, une fois de plus, si on aime le travail de la mangaka, on restera séduit par Mao.

En bref

Dans la lignée des œuvres de Rumiko Takahashi, Mao débute bien et nous permet déjà d’avoir une vision globale à la fois de la ligne directrice à venir et des mondes dans lesquels nos héros vont évoluer. Certes, ce n’est pas révolutionnaire. Certes, le style de la mangaka ne change pas particulièrement. Mais ce n’est pas grave : on sait que le voyage sera agréable en compagnie de Mao, Nanoka, Otoya et les autres, et c’est bien le principal.

7
Positif

L'univers

La vision des enjeux sans détours

Negatif

Un peu classique

ivan isaak Suivre ivan isaak Toutes ses critiques (1060)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de MAO
8
MAO T.2

MAO T.2 Staff

Lire la critique de MAO T.2

8
MAO T.1

MAO T.1 Staff

Lire la critique de MAO T.1

Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Boutique en ligne
6,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)