10

Critique de Beasts of Burden - Animal rites

par Le Doc le sam. 11 juil. 2020 Staff

Rédiger une critique
Mal de chiens

Lorsque le responsable éditorial Scott Allie lui a demandé en 2003 s'il voulait participer à l'anthologie The Dark Horse Book of Hauntings, le scénariste et dessinateur Evan Dorkin (Milk & Cheese) était naturellement intéressé par l'opportunité d'écrire une histoire d'horreur. Mais pas un récit d'horreur comme les autres. Pour rester dans le thème du numéro spécial, il a alors eu l'idée d'une niche hantée, qui est devenue la base pour Stray, la première histoire courte de cet album magnifiquement dessiné et peint par Jill Thompson. D'après Evan Dorkin, il n'avait pas vraiment prévu de suite à ces huit pages...mais la réponse des lecteurs a été si positive que les auteurs sont retournés plusieurs fois à Burden Hill, petit ville apparemment paisible où vit la plus étonnante équipe d'enquêteurs du paranormal.

Le groupe principal réunit Ace, un Husky; Jack, un Beagle; Pugsley, un carlin; Rex, un Doberman; Whitey, un Jack Russell Terrier et the Orphan, un chat sans propriétaire. D'autres personnages gravitent autour de cette fine équipe, comme la chatte noire Dymphna ou Miranda, une chienne qui est l'apprentie du sage Emrys, "shaman" de la communauté. Le concept est excellent et il fonctionne notamment grâce à la dynamique entre les protagonistes, les savoureux dialogues écrits par Evan Durkin et les irrésistibles expressions croquées par Jill Thompson. Il y a certes de l'humour dans Beasts of Burden...mais pas que car l'aspect horrifique est parfaitement développé.

Les huit histoires (quatre publiées dans les anthologies Dark Horse et une mini-série) qui composent ce volume sont aussi poétiques que morbides et lorsque les intrigues se font plus dures, plus sombres (avec des visuels saisissants), je me suis vraiment inquiété pour nos héros tant ils se révèlent attachants dès les premières pages. Beasts of Burden (traduit en V.F. chez Delcourt sous le titre Bêtes de somme) fait passer par toutes les émotions...et la fin de Lost (le deuxième numéro de la mini-série) m'a particulièrement ému.

Et quelle partie graphique ! Les aquarelles de Jill Thompson sont à tomber par terre, que ce soit dans les ambiances bucoliques ou dans les passages les plus horribles. C'est juste superbe...un univers très riche, que j'ai hâte de retrouver dans le deuxième album récemment publié par Delcourt...


En bref

Un très beau sketchbook (composé de dessins préparatoires et de couvertures) commenté par Jill Thompson complète le sommaire de cette édition de grande qualité.

10
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (792)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Laissez un commentaire
Commentaires (0)