6

Critique de Judge Dredd - Mega-City Two

par Le Doc le dim. 19 juil. 2020 Staff

Rédiger une critique
La Loi, c'est lui !

En 2012, l'éditeur IDW a signé un partenariat avec les anglais de Rebellion et a commencé à publier des comics Judge Dredd en novembre de la même année. Ces histoires évoluent dans leur propre continuité et sont donc déconnectées de celles publiées dans la célèbre revue 2000AD. IDW a commencé par une série en 30 épisodes et a sorti depuis des mini-séries à intervalle régulier jusqu'au récent Toxic de Paul Jenkins en 2019.

En France, les titres IDW sont traduits par les éditions Reflexions et la dernière sortie en date est Judge Dredd : Mega City-Two, sous-titré City of Courts. Cette mini-série en 5 épisodes date de 2014 et est scénarisée par Douglas Wolk (également critique et auteur de plusieurs essais sur les comics et le monde de la musique) et dessinée par Ulisses Farinas (Gamma, Transformers : Heart of Darkness...).

Le Juge Dredd est envoyé à Mega City-Two dans le cadre d'un programme d'échange juridique. La cité, qui est née des vestiges d'Hollywood, ne ressemble pas à l'habituel cadre des enquêtes de Dredd. Les Juges n'ont pas de Lawgiver et sont obligés d'utiliser des armes non létales. À Mega City-Two, la fortune et la gloire passe avant tout et Dredd doit supporter la compagnie d'une équipe de tournage pendant ses rondes. Mais Joe garde son calme (ce qui n'est pas toujours facile)...car pour lui, c'est la justice qui prime...

Le lieu offre un bon décalage avec le personnage principal qui n'a pas vraiment l'habitude d'évoluer dans un tel environnement et de faire le show pour la télévision. Mais s'il y a pas mal de scènes assez croustillantes, la satire aurait mérité par moments d'être encore plus mordante et la narration de Douglas Wolk est assez décousue (de bonnes idées, des protagonistes secondaires intéressants, mais l'ensemble s'éparpille un peu trop). 

Judge Dredd : Mega City-Two vaut surtout par sa partie graphique. Ulisses Farinas (que j'ai pour l'instant peu croisé dans mes lectures) se la joue Geof Darrow (influence clairement revendiquée et avec humour au détour d'une case) avec des planches grouillantes de vie et de détails, et cela commence dès la première double page qui nous donne un très bel aperçu de la gigantesque mégalopole. J'ai apprécié ce style, notamment le soin apporté aux décors, aux créatures de l'épisode 3, ce passage réussi à des silhouettes plus cartoony quand le récit le demande...et son Dredd le roquet est irrésistible ! 


En bref

Une galerie de couvertures, les principales et les variantes (avec quelques chouettes parodies), est à retrouver en fin de volume.

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (613)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
13,51€
Boutique en ligne
13,51€
Boutique en ligne
13,51€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)