8

Critique de Nocturne vénitien

par ginevra le mer. 16 sept. 2020 Staff

Rédiger une critique
Quand un artiste se penche sur la douleur qui bloque toute création.

Alberto, le narrateur, est ou plutôt était un pianiste virtuose et un compositeur adulé. Mais depuis la mort de sa femme, Giulia, l'inspiration le fuit et il vit avec ses fantômes. En réalité, Giulia est entre la vie et la mort : son cerveau ne fonctionne plus, mais des machines entretiennent son corps. Alberto a refusé le constat des médecins mais, à présent, il se rend compte qu'il doit se libérer de es fantômes en acceptant l'arrêt des machines pour pouvoir réapprendre à vivre et recommencer à composer.

Mon résumé semble bien sinistre, mais Luca Russo a réalisé un splendide album où les idées noires sont représentées de façon poétique et un rien surréaliste. Le lecteur avance de page en page, de case en case ou plutôt de tableau en tableau car chaque case est un superbe tableau. On passe d'un bord de mer aux vagues écumeuse à un ciel d'orage ou une vision nocturne de Venise (d'où le titre) ou une forêt fantomatique bordant un étrange musée vide. Et c'est un personnage d'un tableau (de Jérôme Bosch?) qui va le décider à se "réveiller".

Il n'y a rien de sinistre ou de choquant dans cet album qui narre les réflexions et les atermoiements d'un individu confronté à un évènement grave et qui refuse de "tourner la page" en acceptant les conséquences de cet évènement.

Un superbe album à découvrir d'abord pour ses sublimes tableaux et pour le récit d'Alberto.

En bref

Luca Russo a réalisé un album qui parle de blocages à la création à la suite d'un drame familial mal accepté. Chaque case est un superbe tableau qui occulte un peu au départ le propos du narrateur, mais qui le renforce ensuite.

8
Positif

dessins splendides

histoire douce-amère

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1787)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)