8

Critique de Kariba

par ginevra le dim. 20 sept. 2020 Staff

Rédiger une critique
Pourquoi les dieux des fleuves sont-ils toujours ou presque des reptiles géants?

Sur les rives du fleuve Zambèze, vers 1958, un grand barrage conçu par un ingénieur français est en cours de construction par une société italienne. Il devrait permettre aux pays frontaliers, Zambie et Zimbabwe, de profiter d'une grande production électrique. Mais ce projet se heurte, en plus des difficultés techniques liées à sa construction, de l'hostilité des tribus vivant sur les rives du fleuve et qui devraient être déplacées vers des zones moins propices à l'agriculture. Sur ces rives, vit aussi Siku, une étrange petite fille, avec son père Tongai et le vieille Yuni. Mais certaines personnes sont sûres que Siku est en réalité la fille de Nyaminyami, le dieu du fleuve, et qu'elle devra mourir pour le fleuve renaisse lors du Rumiko. Mais les évènements s'emballent avec l'arrivée du jeune Amedeo, fils de l'ingénieure italienne qui dirige le chantier. Pour aller vite, ils vont être enlevés par des pirates, s'évader, accéder au monde de Nyaminyami (un gigantesque serpent)… et finalement se retrouver pour une fin heureuse qui réconciliera tout le monde (cela valait mieux puisque le barrage existe toujours!).

Les frères Daniel et James Clarke, que nous découvrons en France avec cet album, ont créé un conte qui en rappelle beaucoup d'autres avec des esprits ou dieux de fleuves, avec un cycle de mort et de renaissance (représenté par le dessin de serpent qui se mord la queue, l'ouroboros, présent dans de nombreuses mythologies), avec une fillette ayant des pouvoirs fantastiques liés à l'eau… Mais le contexte de la construction du barrage renouvelle de façon intéressante ce mélange de mythes. Bon, il y a au moins un détail qui prouve que c'est un conte : il me semble totalement improbable qu'une femme, aussi brillante soit-elle, ait été choisie pour diriger un chantier aussi important, surtout vers 1958!

Si les frères Clarke ont tous les deux participé à l'écriture du scénario, les dessins et couleurs l'illustrant sont l'œuvre de James. Très beaux dessins aux couleurs bien choisies qui présentent le monde aquatique et/ou magique d'une telle splendeur que je crois que chaque lecteur a eu envie de plonger dans la rivière la plus proche après avoir terminé l'album. Le trait s'affine et devient plus ferme au fur et à mesure du l'album et certaines pleines pages sont dignes d'être affichées sur les murs.

J'ai aimé cette belle découverte de Daniel et James Clarke, jeunes auteurs sud-africains prometteurs, dont j'espère découvrir bientôt d'autres œuvres.

En bref

J'ai aimé cette belle découverte de Daniel et James Clarke, jeunes auteurs sud-africains prometteurs, dont j'espère découvrir bientôt d'autres œuvres.

8
Positif

scénario original entre conte traditionnel et modernité

dessins et couleurs superbes

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1800)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
19,95€
Boutique en ligne
19,95€
Boutique en ligne
19,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)