6

Critique de Captain Ginger #1

par Auray le jeu. 22 oct. 2020 Staff

Rédiger une critique
Cha(t) peut pas aller !

Les chats ont toujours su se faire une place dans nos foyers depuis toujours, et ils sont de plus en plus nombreux à se réchauffer sous notre couette. Dans mes préférés, j'ai envie de citer dans les comics le rondouillard Garfield de Jim Davis, et dans la bande dessinée, le petit chat de Peyo qui a tant marqué ma lecture en bibliothèque, le surnommé Poussy. D'autres, sont moins agréables dans l'oeuvre de celui-ci, comme Azraël, le mangeur de Schtroumpfs ! Et je ne partirais pas sans citer Billy The Cat de Colman et Desberg, un copain d'enfance.

Du coup je ne finirai pas toute mon énumération tant il y en a pléthore, alors, en m'en voulez pas si je ne vous citerai pas toutes les œuvres anthropomorphiques qui existent comme le Château des Animaux pour le plus récent (c'est plus fort que moi quand même!). Tout ça pour vous faire comprendre que malheureusement, sur notre territoire, Captain Ginger de Stuart Moore (Deadpool the Duck) souffre de la concurrence !

Pourtant, les dessins de June Brigman sont pas mal (Puissance 4 chez Marvel). Mais les poils de chats sont raides et peu détaillés, les expressions suivent le pas, et, on a quand même peu de grandes scènes avec des batailles dans l'espace. Du coup, les couleurs de Veronica Gandini ont beau être correcte avec ses diverses expériences de chez Marvel/Dc/Image/Boom !, elle ne peut pas changer le trait !

Sinon, les dialogues sont le point fort de la série car les jeux de mots potaches se suivent, ainsi que les surnoms bien pensés issus du monde félins. L'histoire prend en compte les qualités et les défauts des chats, jusqu'à mettre une litière dans le vaisseau spatial, ou, parler des naissances trop nombreuses et peu contrôlées. Pourtant, si j'ose dire pour un récit se déroulant dans l'espace, le tout a du mal à décoller ! La fin nous donne, certes, espoir, mais les enjeux sont sans intérêt, à par le fait de s'amuser avec les personnages, et la dernière histoire explorant le passé du Capitaine ne sauve pas un déroulement fade.

Amateurs de chat, on l'est tous de près ou de loin, mais la concurrence est peut-être trop rude face à ce corsaire de l'espace qui veut bien faire, mais qui manque d'une ambition certaine. Les auteurs se font plaisirs, ça se sent, parfois cela touche le grand public... ici, j'ai bien peur que le livre ne brille pas assez dans l'espace des librairies en octobre et novembre.

En bref

« Roulé, Boulé. Rapport de situation ! »

6
Positif

Quelques esquisses en bonus

Les surnoms et les dialogues s'inspirant de nos amis félins

Les auteurs éprouvent de la joie dans la création de ce titre...

Negatif

… mais le récit peine à nous intéresser

Le dessin et les expressions sont perfectibles

On attendait peut-être des scènes à la Star Wars dans l'espace

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (409)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Boutique en ligne
15,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)