8

Critique de Under the Same Moon

par Celes-Kalk le jeu. 30 déc. 2010

Rédiger une critique
"Under the same moon", c'est surtout et d'abord son personnage principal, "Don-chan", incarnation quasi fantasmée de l'abnégation ultime, de la pureté d'un altruisme jamais vu ailleurs, et donc du désintéressement absolu et du don de soi. Ce don de soi, ainsi que l'histoire, à travers les années, de 3 amis d'enfance liés à jamais par des sentiments très forts et un évènement charnière, constituent l'essentiel de la série. L'immersion dans le milieu des yakuzas à un moment du récit, n'est rien d'autre qu'un contexte/qu'une péripétie de plus dans le parcours (littéralement) "papillonnant" de Don-chan, cette figure charismatique, véritablement hors du temps, mais qui touche et transforme tous ceux qui l'auront rencontré (ça n'a donc rien à voir avec un manga sur le sujet de la mafia japonaise, et il ne cherche nullement à l'être, ni à en développer davantage l'univers). Quoiqu'il en soit, l'essentiel est là : où comment réussir à construire un univers saisissant autour d'un personnage emblématique, mais qui est paradoxalement presque étranger/évanescent à cet univers. Une problématique résolue avec un talent certain, en mélangeant la légèreté et l'onirisme avec la dureté d'une réalité brutale. Cette oeuvre est donc l'histoire d'un pierrot lunaire tombé dans une décharge terrienne, qui aurait emmené avec lui un éclat de lune. Il guiderait/rapprocherait les humains vers son monde (précisément : under the same moon), et puis s'effacerait aux lueurs du matin. La rédemption, l'amour, la chaleur humaine et le don de soi sont donc les valeurs de ce manga apaisant, souvent touchant et très atypique (même s'il n'évite pas quelques phases larmoyantes peut être trop appuyées, ainsi qu'une narration parfois trop sage) . Personnellement, par rapport à "Blessures nocturnes" du même auteur, ce dernier m'a probablement moins interpellé qu'"Under the same moon" . Les deux titres ont d'ailleurs en commun de pouvoir se lire comme des oeuvres "moralistes", versant bien souvent dans l'idyllisme et une certaine vision naïve de l'homme. Cependant, le récit de fiction inattendu et assez original d'"Under the same moon", compense ce défaut en l'intégrant parfaitement au contexte, là où "Blessures nocturnes" n'arrive pas toujours à éviter l'écueil d'une compassion béate et d'une vision "Rousseauienne" trop appuyée (et simpliste), du mythe du bon sauvage transposé à celui de l'enfant naturellement bon... et perverti ensuite. En compensation, les histoires de "blessures nocturnes" ont le potentiel de pouvoir s'ancrer plus facilement dans l'esprit, via la profondeur explicite du message que l'auteur veut transmettre, et peuvent ainsi s'affranchir du voile d'"irréalité" d'UTSM : différentes sensibilités pourront donc s'accommoder largement d'une oeuvre ou de l'autre...ou des deux.

En bref

8
Celes-Kalk Suivre Celes-Kalk Toutes ses critiques (13)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Autres critiques de Under the Same Moon
Boutique en ligne
4,16€
Boutique en ligne
4,16€
Boutique en ligne
4,16€
Boutique en ligne
4,16€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)