4

Critique de Batman - Death Metal #1

par Blackiruah le jeu. 10 déc. 2020 Staff

Rédiger une critique
A que coucou…

Alors que Doomsday Clock est venu achever de manière décevante le cycle de Geoff Johns chez DC Comics, l’univers entame dorénavant la fin d’un autre cycle très important pour l’éditeur : l’ère Scott Snyder.

Cette ère qui a commencé avec le run de Batman new52 a permis de donner lieu à un énorme event : Metal qui avait ramené un certain nombre de nouveaux concepts dont le dark universe. Même si ce dernier s’achevait de manière décevante (une coutume avec cet auteur), Scott Snyder offrit une vraie continuité avec son run de Justice League (New Justice). Cette saga, qui narrait l’affrontement entre la ligue et celle menée par Lex Luthor (la ligue d’injustice), s’avérait être une course contre la montre pour récupérer des artefacts menaçant l’univers tout entier.

Finalement, C’est Lex qui remporta la bataille laissant l’entité suprême, Perpetua, prendre le pouvoir menaçant de redéfinir le multivers entier. Mais la justice league ne va pas abandonner et va franchir une porte dimensionnelle pour essayer de trouver une solution pour vaincre la déesse. Reste que Lex Luthor va également se voir destitué de son rôle par le Batman qui rit qui deviendra définitivement l’émissaire de la divinité (à lire dans les 2 derniers volumes de la série éponyme pour comprendre le tout).

Et là, Ellipse.

Death Metal commence à ce niveau, après un gap assez flou et nous présente un univers complètement redéfini dirigé par un nombre incalculable de variantes de Batman (dans toutes ses formes), le tout mené par le Batman qui rit. Ces derniers chassent les derniers rebelles en liberté pour les mettre dans une prison gardée par… Wonder Woman. Mais qu’est ce qui a bien pu se passer ? Comment expliquer une telle situation ? Et comment les héros vont-ils s’en sortir ? Le début de la révolte viendra par Diana et surtout Bruce toujours en fuite avec un plan en tête pour provoquer la révolution.

Fusion entre “Metal” et “Last Knight of Earth”, Death Metal me laisse assez sceptique. Tout d’abord, on commence par naviguer à vue, et j’ai eu énormément de mal à comprendre le pourquoi du comment (la réponse viendra en partie dans un numéro tie-in, une ineptie à mon sens). Et une fois la digestion de cet univers particulier passée, je reste tout de même passablement déçu par ces premiers chapitres. Le run sur Justice League était bourré d'idées et il y avait aussi de la finesse et de la subtilité dans ce cycle. Ici, tout est lourd et gras. C’est très bas du fond et j’y ai retrouvé les mêmes défauts que “Last Knight of earth”, à savoir de bonnes intentions saupoudrées d’idées avec du potentiel, mais une exploitation grossière et sans surprise. Au final, j’ai l’impression de découvrir un immense gâchis où un auteur en fait beaucoup trop, gâchant des années de run avec un début d’event trop grossier.

Accompagné, encore une fois, par Greg Capullo, j’ai aussi été un peu déçu. L’artiste ne me surprend plus et reste sur ses acquis. En soit, ça fait le travail, mais j’en attendais plus avec cet event censé clore tout un grand run. Cela dit, j’aime quand même tous ces designs exagérément rock’n’roll, notamment celui de Wonder Woman (et son épée tronçonneuse) bien trouvé. Par contre, certaines idées vont beaucoup trop loin comme le Bat-T-Rex qui restent anecdotiques mais très hilarantes.

Outre les 3 premiers numéros, ce volume contient quelques ties-in permettant de mieux saisir certains personnages anecdotiques et de mieux comprendre comment cet univers s’est construit. Certains sont même primordiaux pour la bonne compréhension du récit, étonnant que l’auteur ne l’ait pas inclus dans la série principale... Par contre, je reste déçu qu’Urban comics n’ait pas publié la mini série Flash Forward permettant de saisir certains éléments importants de l’intrigue...

En bref

Alors qu’on aurait pu s’attendre à découvrir un event de la même ampleur qu’un “Secret Wars” qui avait conclu un travail de longue haleine de Jonathan Hickman, Scott Snyder peine à narrer une histoire avec autant de finesse et de souffle épique. C’est même tout le contraire où, d’une part, on peine à comprendre comment l’univers en est arrivé là, d’autre part, nous baignons dans de gros clichés sans vraiment parvenir à nous surprendre. Finalement, même le travail de Greg Capullo ne parvient pas à rehausser le tout, ce qui est une grosse déception pour ma part. Ayant suivi assidûment tout le cycle de l’auteur , je lirai forcément la suite… mais c’est loin d’être encourageant… Affaire à suivre...

4
Positif

Les designs sympathiques

Negatif

L’ellipse menant à un Gloubi-boulga difficilement digérable

Bas du front

des ficelles bien trop grosses à mon goût

Blackiruah Suivre Blackiruah Toutes ses critiques (543)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 2 0 Commenter !
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)