6

Critique de Siren ReBIRTH #1

par MassLunar le jeu. 14 janv. 2021 Staff

Rédiger une critique
Du jeu vidéo au manga : la sirène chante t-elle encore ?

Entre comics et manga, les éditions Mana Books demeurent dans une ligne éditoriale pratiquement consacrée aux adaptations de séries vidéo-ludiques. A titre d'exemple, on peut relever Final fantasy, Dragon quest, Ni no Kuni, Persona 4 et 5 ... dans le domaine du manga ou encore Hitman, Dragon Age ou God of war dans le domaine du comics.

Pour être honnête, je ne suis pas un gros fan de leur ligne éditoriale. Nous nous situons dans des productions transmédiatiques qui surfent un peu sur le succès de l'œuvre de base. Plutôt que d'avoir affaire à des titres purement originaux, nous avons surtout des adaptations plus ou moins réussies, plus ou moins marquantes de l'univers issue d'un jeu vidéo. Peu importe la qualité de leurs titres, leur production se situe souvent dans le domaine du complément, de l'adaptation par rapport à une oeuvre de base ce qui peut donner lieu, parfois, à des titres marketing un peu faiblard ou pas forcément indispensable. 

Mon avis est un peu dur mais il n'engage que moi. Ceci étant écrit, c'est une ligne éditoriale tout à fait assumée et qui peut aussi régaler les fans de la première heure de tel ou tel jeu vidéo. Personnellement, j'ai trouvé la bd sur Metal Gear Solid plutôt intéressante car son dessin s'inspirait directement des illustrations et croquis présentes sur le livret du jeu vidéo ce qui donne lieu à un titre aguicheur entre la bd et l'artbook. Le travail de Mana Books peut être aussi séduisant par son côté fan pour fan ! 

Dans tous les cas, je suis tombé dans le panneau pour Siren Rebirth. Ce titre d'horreur est ni plus ni moins que l'adaptation manga de l'un des meilleurs survival-horror de tous les temps. Oui, ni plus ni moins. Je ne tarirais jamais assez d'éloges concernant Forbidden Siren. Paru sur Ps2 en 2003 puis en 2006 pour le second opus, Forbidden Siren est un survival-horror japonais diablement réussie en termes d'atmosphère, de frissons et de scénario. Côté gameplay, le jeu pouvait s'avérer un peu lourdingue. Les personnages étaient des plus raides. Toutefois, la possibilité de voir par les yeux des ennemis afin de capter leurs déplacement donner de véritables qualités d'immersion et d'infiltration à cette série. De plus, le scénario, complexe et riche en infos dispersés ici et là dans la partie, était scindé en plusieurs points de vues ce qui donnait un jeu d'une puissance narrative efficace. Nous contrôlons plusieurs personnages et nous suivons leurs destinées funestes respectives. Ce jeu était tout simplement génial !! 

( Je ne fais pas mention du 3eme opus. Je n'y ai pas joué mais a priori Siren: curse est un remake du 1er version "occidentalisé...)

A noter que le jeu a également eu droit à une adaptation cinématographique, plutôt correcte d'après mes souvenirs mais avec une fin diamétralement opposée au jeu vidéo. La symbolique n'était pas la même en tout cas.

Du coup, je ne peux que vous conseiller de jouer au jeu en priorité. Le premier est disponible sur le PsStore. Passons au manga.

Forcément, c'est un peu la douche froide attendue malgré le fait que ce premier volume soit avant tout une introduction. Mais je reste globalement sur ma réserve. Tout d'abord, à la différence du jeu vidéo, Siren : Rebirth ne nous plonge pas de suite dans l'horreur. En réalité, il faudra attendre la fin de ce tome pour basculer dans l'intrigue déjà connue pour celles et ceux qui ont testé le jeu vidéo. A la place, le scénariste Tsutomu Sakai réadapte le cheminement de l'histoire en jouant étroitement avec le passé de ce sinistre village qu'est Hanuda, notamment à travers certains évènements passés. Adaptation par ailleurs nécessaire car le scénario du jeu est tout de même difficile à suivre. Il était donc nécessaire de clarifier l'intrigue, notamment quand à certaines origines de personnages marquants du jeu de base comme c'est le cas ici avec les frères jumeaux. De ce fait, le manga s'ouvre sur un accident de voiture assez violent, une petite ambiance inquiétante et ambiguë sans jamais, toutefois, nous faire décoller de notre fauteuil. 

Ce Siren: rebirth  tome.1, est en effet relativement faiblard en terme de frisson. Même si le scénario tente de se solidifier, il soulève plus de questions que de peur ce qui risque malgré tout de dérouter un lectorat qui ne connaît absolument pas l'œuvre de base. Cela reste un peu gênant dans le sens où cette adaptation aurait mérité de commencer avec un certain panache même si l'action est bien présente : l'accident de voiture, la petite vieille à quatre pattes ... Soyons indulgent tout de même avec le scénario adapté de Tsutomu Sakai qui a la difficulté de travailler sur un matériel de base assez délicat ! Avec du recul, le scénariste s'en sort plutôt bien. 

Au dessin, nous retrouvons Yukai Asada qui a déjà travaillé sur des séries comme Ice Pig ou Tokko Zero . Son style est propre et soigné. Ses personnages sont élégants et affinés. Et c'est là, selon moi, que le bât blesse. Même si le travail de Yukai Asada est de bonne facture, il est mal adapté à ce manga de genre. C'est bien trop propre ! Le brouillard, la salissure, la folie qui régnait dans le jeu vidéo a ici totalement disparu pour laisser place à un style bien trop net avec un petit manque d'expressivité certain et surtout une atmosphère bien trop lumineuse ! C'est dommage et il faut attendre quelques encrages, quelques effets de pluies, de brouillard pour se laisser enfin envoûter par le chant de la sirène. Forcément, le style du dessinateur suit aussi le ton d'une introduction qui ne cherche pas à nous faire plonger in media res dans l'horreur malgré la présence efficace d'un premier shibito. Toujours est t-il que j'attends beaucoup du second volume pour voir si cette adaptation saura se montrer à la hauteur de l'horreur car force est de constater que le dessin manque un peu de matière et d'effets visuels. Il faut que cette atmosphère s'alourdisse et nous fasse plonger dans un brouillard poisseux et glacial ! 

Au final, ce premier volume possède comme qualité première d'étoffer et de respecter le scénario original. En mettant l'accent sur certains personnages tout en suivant le déroulé des évènements, cette adaptation (malgré certaines confusions) demeure tout à fait honnête et sincère dans sa démarche. D'ailleurs, d'un point de vue narratif, nous retrouvons en début de chapitres des petits encadrés qui nous informent de l'identité du personnage, du lieu de l'action et surtout de la date ! Des informations précieuses qui rappellent le déroulé narratif du jeu de base. C'est plutôt une bonne idée d'avoir conservé ces indications. 

En bref

Malgré un ton un peu faiblard dans l'ensemble, on ne peut reprocher aux auteurs de ne pas se montrer assidus dans cette adaptation difficile. Ainsi , au risque de démarrer un peu trop tranquillement, le scénariste préfère étoffer l'intrigue et les personnages du jeu de base avant de nous faire basculer progressivement dans l'horreur de Hanuda. Le lectorat nouveau pourra découvrir un seinen horrifique un peu confus mais aguicheur. Pour le gamer de base, je suis encore dans l'attente. Par contre, je reste surtout dubitatif quand au dessin de Yukai Asada qui est un peu trop propre pour le genre ...

6
Positif

Une adaptation scénaristique réfléchie ...

La simple joie de retrouver Forbidden Siren

Des effets réussis de brumes avec une atmosphère qui s'alourdit dans sa dernière partie.

Negatif

... mais qui reste un peu confus

Un style de dessin beaucoup trop lumineux et soigné par rapport au jeu de base

Un premier tome qui manque singulièrement de frisson

MassLunar Suivre MassLunar Toutes ses critiques (140)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Boutique en ligne
7,90€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)