9

Critique de Les quatre détours de Song Jiang

par ginevra le mar. 19 janv. 2021 Staff

Rédiger une critique
Un conte philosophique et une oeuvre d'art en un seul objet-livre.

Song Jiang habite au centre du pays et 4 de ses amis vont venir lui rendre visite.

Lu Zhishen a quitté sa maison du Sud il y a 5 ans et a choisi de voyager tranquillement. Sur sa route, il a croisé Chao Gai (un personnage du roman chinois "au bord de l'eau") et l'a aidé à libérer des provinces de mauvais gouverneurs, puis des aubergistes cannibales, et apprit la peinture dans un monastère. Il va partir ensuite vers l'Est pour voir un cousin.

Gongsun Sheng part de l'Ouest pour demander conseil à son ami. Il se désole de ne rien trouver de satisfaisant dans ce qu'il a fait toute sa vie. Après une discussion sur l'art du pliage, il se décide à partir vers le Sud pour méditer sur leur échange.

Wu Yong venu du Nord pour chercher des conseils repartira vers l'Ouest pour y trouver la paix et la sérénité convenant à ses vieux jours.

Enfin, Li Kui, le guerrier, a fui l'Est parce qu'il a tué 3 hommes. Song Jiang lui conseille de partir vers le Nord à la limite des terres barbares. Ce que Lu Kui traduit par le fait qu'il y a des troubles là-bas et qu'il pourra y batailler.

C'est un vrai livre d'art que ce leporello de 24 pages à manipuler avec précautions vu sa taille. Alex Chauvel a imaginé un conte inspiré du taoïsme si l'on en croit les 8 cartes jointes. Le sage Song Jiang est le pivot de cette histoire pas toujours évidente à saisir. Les dessins de Guillaume Trouillard sont de vrais tableaux dignes d'être encadrés et mis au mur pour en profiter en permanence. Sur chaque page, les 2 personnages en pleine discussion se déplacent d'un point à l'autre dans des paysages inspirés de la peinture chinoise. L'eau courante ou stagnante est visualisée par des traits bleus sinueux, les montagnes sont d'un bleu profond et les collines d'un vert tendre. Les arbres ont des troncs droits ou contournés et des feuillages vaporeux de couleurs différentes selon leurs types. Les paysans travaillent paisiblement avec leurs animaux. J'aimerai vraiment voir les dessins originaux car je pense qu'ils mélangent aquarelles, peintures, encres…

Je connais le travail d'Alex Chauvel depuis Alcide paru chez les éditions polystyrène (qu'il a co-créées). Il a l'habitude de participer à la création d'objets-livres de grandes qualités et celui-là en est un de plus. C'est un auteur que je retrouve à chaque fois avec plaisir. J'ai découvert ici Guillaume Trouillard, mais je vais être plus attentive à ses prochaines productions maintenant.

À avoir absolument dans sa bibliothèque que l'on soit collectionneur de BD ou pas!

En bref

Un conte philosophique à déplier avec délicatesse et à admirer comme l'œuvre d'art qu'il est. Ce leporello de 24 pages est un objet d'une qualité rare en bande dessinée, mais est-ce réellement une bande dessinée?

9
Positif

Dessins admirables inspirés des peintres chinois

conte philosophique

Negatif

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1924)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Boutique en ligne
0,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)