6

Critique de Histoire de la science-fiction

par ginevra le jeu. 25 févr. 2021 Staff

Rédiger une critique
Un livre à donner pour faire découvrir quelques auteurs de SF

Voici une histoire de la SF qui séduit et irrite à la fois celui ou celle qui se plonge dedans.

Séduisante pour son traitement graphique souvent dynamique et apte à donner envie d'aller plus loin, l'album l'est aussi pour la clarté des textes et pour les envies de lectures nouvelles qu'il va entraîner… et donc beaucoup moins séduisant pour nos comptes en banque!

Irritante plus d'une fois pour mon cas car je l'ai trouvée beaucoup trop centrée sur la SF anglo-saxonne qui remplit 67% du livre. Je reconnais que la SF française n'est pas forcément la mieux connue et représente 13%. Mais que dire de la SF du reste du monde qui ne concerne que 3%... 7 malheureuses pages! Le reste concerne les ancêtres du genre + les précurseurs + le cyberpunk. Les autrices ont droit à 6 pages auxquelles on peut ajouter la participation de Judith Merrill pour guider le lecteur un petit moment. J'aurais aimé que les auteurs signalent que certaines œuvres sont des nouvelles et donc introuvables hors d'anthologies.

J'ai eu l'impression de lire un livre traduit de l'anglais comme l'est mon livre "Les chroniques de la science-fiction". Environ 50 pages sont consacrées à l'ère Campbell avec un repas où participent John Wood Campbell, Isaac Asimov, Robert Heinlein, A.E. Van Vogt et Théodore Sturgeon. Je ne nie pas l'importance qu'ont eu ces auteurs mais presque ¼ du livre les mettant en vedette même s'ils évoquent quelques autres auteurs est peut-être un peu disproportionné.

Certains auteurs ont droit à 1 page pleine comme Philip K. Dick, Frank Herbert et Robert Silverberg. Pourquoi Ursula Le Guin n'a-t-elle droit qu'à ½ page alors qu'elle est notée "la plus grande dame de la SF" dans la chronologie des autrices qui suit??

Une page est consacrée à un auteur que j'aime beaucoup et qui est, hélas, bien oublié : Abraham Merritt. J'en remercie les auteurs même si je classerais plutôt ses romans en fantastique plutôt qu'en SF. Lisez "La nef d'Ishtar" et "Les habitants du mirage" pour le découvrir.

J'ai quand même un gros reproche à faire aux auteurs : il aurait fallu qu'ils lisent "La Faune de l'Espace" de Van Vogt. Cela leur aurait évité d'écrire une énorme bêtise et de la mettre dans la bouche de l'auteur en plus : Elliott Grosvenor n'est absolument pas le capitaine du Space Beagle et il ne le devient jamais puisque l'expédition est divisée en 2 groupes : ceux qui s'occupent de la navigation, de la sécurité, de l'entretien du vaisseau et de la vie à bord d'une part et les scientifiques regroupés par sections d'autre part. Il est juste l'unique membre de la section scientifique concernant le nexialisme et ce n'est que petit à petit qu'il amènera d'autres scientifiques à découvrir cette science qui englobe toutes les autres. Dans ma traduction le Space Beagle est devenu Le Fureteur…

Je ne jugerai pas les diverses recommandations "les incontournables de…" car c'est toujours délicat de choisir 5 ou 10 œuvres parmi les milliers existantes.

Malgré ces réserves, ce livre a atteint son but puisque je me suis replongée avec délices dans ma vaste bibliothèque de SF quand j'ai réalisé que j'avais des titres cités que je n'avais pas encore lus.

En bref

Comme toutes les anthologies, cet album a des défauts liés au parti pris des auteurs ou à leurs lectures personnelles. Il a aussi une grande qualité qui est de donner envie de (re)découvrir certains livres cités. J'espère qu'il donnera envie à plein de nouveaux lecteurs de découvrir la SF via quelques œuvres mises à l'honneur.

6
Positif

graphismes assez dynamiques pour compenser les quelques lourdeurs du texte

Negatif

textes un peu petits par moments

très (trop) SF anglo-saxonne

ginevra Suivre ginevra Toutes ses critiques (1970)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Boutique en ligne
22,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)