8

Critique de Le Retour du Messie #1

par Le Doc le mer. 14 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
Le premier multiplie les pains, le second les distribue...

La simple évocation de la religion et de la représentation des figures divines dans une oeuvre de fiction peut déclencher des réactions épidermiques...et cela même alors que ceux qui crient au blasphème n'ont pas lu le bouquin ou vu le film en question. C'est ce qui est arrivé au scénariste Mark Russell : son comic-book Second Coming devait à l'origine être publié chez DC/Vertigo mais l'éditeur a finalement changé son fusil d'épaule face aux plaintes et pétition de bigots courroucés (c'est ce que ça s'énerve vite, ces choses là) par l'idée que le fils de Dieu puisse devenir le sidekick d'un pastiche de Superman, ce qui n'était de toute façon pas l'intention du scénariste Mark Russell (mais faut pas non plus leur demander de réfléchir, ça fait mal à la tête).

Le projet a alors été récupéré par un nouveau venu dans le paysage des comics U.S., le petit éditeur Ahoy Comics qui a publié le premier numéro de Second Coming à l'été 2019. Et bien leur en a pris car j'ai trouvé le résultat très à mon goût. Je suis athée jusqu'au bout de mes ongles rongés (je sais, je sais, c'est une très mauvaise habitude) et je n'y connais strictement rien en textes religieux. Mark Russell a quant à lui l'air de savoir de quoi il parle, ce qui donne lieu à nombre de situations croustillantes dans lesquelles Jésus est confronté aux différentes interprétations de son message...et comme on le sait, il y en a beaucoup et des sacrément gratinées...

Un jour qu'il dégustait des chicken wings, Dieu découvre le super-héros Sunstar et se dit que le plus puissant héros de la Terre pourrait bien être le modèle idéal pour son fiston. Mais Sunstar n'est pas aussi parfait qu'il le laisse paraître...cette parodie du kryptonien est pétrie de doutes, il commet de nombreuses erreurs et est au centre d'une réflexion sur la parenté qui nourrit aussi le portrait de Dieu, présenté comme un être colérique et sarcastique, dur envers ce qu'il attend de son fils mais au final pas si antipathique que ça. Bien entendu, l'humour n'est jamais très loin et la mini-série m'a souvent fait rire et sourire tout en développant son propos finalement assez subtil.

Visuellement, le titre est réparti entre deux dessinateurs : Richard Pace pour les passages où Dieu est mis en avant et Leonard Kirk pour l'aspect plus super-héroïque. Ma préférence va naturellement au second, plus dynamique et expressif. Ce que fait Richard Pace est adapté en terme d'ambiance, mais les cases n'ont pas la même énergie et le même soin dans les finitions. C'est juste une petite réserve car si les deux styles sont très différents, l'alliance des deux est justifiée par les différents aspects du récit.


En bref

Jesus et Sunstar seront prochainement de retour pour un second verset car la suite de cette savoureuse satire est actuellement en cours de publication aux Etats-Unis.

8
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (776)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
16,50€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)