8

Critique de Justice League: Endless Winter

par Auray le dim. 18 avril 2021 Staff

Rédiger une critique
L'avenir est un long passé (Manau)

Pour avoir lu tous les livres concernant la Justice League de l'époque New 52 et surtout ceux de Justice League Rebirth, je peux le dire à présent, je préfère largement les crossovers comme la crise d'identité, ou encore, Crisis On Infinite Earth et Infinite Crisis. Ça tombe bien, car la sortie d'Endless Winter est de cette catégorie.

Nous y verrons après un chapitre d'introduction de chacun des membres qui composent cette équipe phare de DC et de Rebirth. Mais, on peut rajouter à ceux-là, un moment pour les Teen Titans, la Ligue des Ténèbres, ou encore Black Adam, pour les épisodes issus du passé notamment. D'ailleurs, ce dernier sera exploré dans les premières pages de quasiment chaque chapitre, un moyen au trop rare Andy Lanning (Annihilation, les Gardiens de la Galaxie) et Ron Marz (Green Lantern, le Surfeur d'Argent) de ne pas tout dévoiler d'un coup, et, de laisser planer le mystère concernant le nouvel ennemi : Frost King.

On pourra lire entre les lignes de cette fable écologique, où la nature domine de nouveau l'homme avec son froid glacial et pénétrant, tout ça à cause d'erreurs issues du passé liées à une autre équipe de super-héros, mais du dixième siècle cette fois. Ils sont par ailleurs, menés par le fameux antagoniste de Shazam.

Sinon, un effort a été fait pour suivre les séries solo de chacun, et de manière plutôt limpide en plus. Comme cette fois où Aquaman arrive sur le terrain et demande où l'on en est. C'est simple, mais efficace et pertinent. Autre exemple, celui où Superman se confie rapidement à Flash, qui recherche toujours la réponse à sa grande question du comment concilier famille et travail héroïque ? En général, chaque épisode est lié entre eux et suit la trame principale. Pourtant, entre Teen Titans et Justice League Dark, je me suis demandé où été passé Donna Troy dans les pages suivantes, car c'était pourtant elle qui avait emmené Flash à Themyscira précédemment.

Malgré différents dessinateurs, le tout est très bien foutu et plutôt homogène. On utilise bien l'astuce de rentrer dans une autre partie de l'histoire, ou, un autre monde, pour changer de nouveau de mains. En plus, entre le charisme des guerriers vikings et l'imposant Frost King sous diverses transformations, ça en jette plutôt pas mal.

Si l'ensemble reste plutôt convenu et sans prise de risque, il faut avouer que ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu un bon Justice League Rebirth. Endless Winter fait partie de ceux-là, en plus d'être un bon crossover. Andy Lanning revient dans le monde des comics après sept années à travailler dans une start-up technologique, et il est plutôt en forme. On espère que sa douce reprise lui aura permis de remettre le pied à l'étrier, et de repartir maintenant au galop, dans les immenses champs de DC Comics.

En bref

« Chaque fin n'est qu'un nouveau départ... »

8
Positif

C'est à la fois un crossover, un spin-off de Superman, ou un Justice League Rebirth

Un bon récit sur cette bande en règle générale, et c'est déjà très bien par rapport aux précédents Rebirth

Des dessins homogènes et de bonnes factures, bien que différents à quelques moments phares

Le vrai respect des séries solo, et, avec une insertion intelligente de celles-ci

On adore revoir les Teens Titans, Black Adam ou encore...

Negatif

Mais où est Donna ?

Un ensemble quand même conventionnel au final

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (497)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Boutique en ligne
23,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)