6

Critique de The Resistance #1

par Le Doc le dim. 2 mai 2021 Staff

Rédiger une critique
Bienvenue dans la résistance...

En 2018, Bill Jemas et Axel Alonso, deux anciens de Marvel, se sont associés pour développer une nouvelle structure éditoriale qui reçu le nom de AWA (pour Artists, Writers et Artisans). Pendant deux ans, les deux hommes ont assemblé de nombreux auteurs pour une ligne de bandes dessinées réparties entre des mini-séries en creator-owned et un univers super-héroïque partagé pour lequel ils ont fait appel à un nom qui s'était éloigné des comics depuis quelques années, J. Michael Straczynski. 

La création de ce monde passe par la destruction de l'ancien. Le premier épisode de The Resistance décrit la détresse de l'humanité face à une pandémie (quel timing !) qui a fauché des centaines de millions de personnes. Straczynski a trouvé le ton juste pour retranscrire cette atmosphère pesante, ce qui en fait une entame efficace. Puis le virus devient inactif, pour une raison connue uniquement des lecteurs dans une scène assez touchante. L'humanité doit se reconstruire...et faire face à l'apparition d'un "effet secondaire" étonnant lorsque des millions de survivants se réveillent avec des capacités hors du commun...

Et c'est là que ça commence à se gâter un peu. Il y a des éléments très intéressants dans The Resistance, aussi bien dans la description des différentes conséquences du phénomène que de la caractérisation des personnages. Mais la narration manque de fluidité, plombant ainsi le déroulement de l'intrigue. Le nombre de protagonistes donne un côté inégal aux portraits concoctés par Straczynski, survolés pour certains, un peu plus creusés pour d'autres (comme le Président des Etats-Unis et le directeur du renseignement avec les têtes de Ed Harris et Harvey Keitel).

Il y a également une sensation de "déjà lu" vu le sujet traité se rapprochant de précédentes oeuvres de J. Michael Straczynski (qui va même jusqu'à reprendre un petit gimmick employé dans Rising Stars). Graphiquement, ce n'est pas fameux, l'évolution du travail de Mike Deodato Jr (dans le découpage, dans des effets numériques trop envahissants...) n'étant pas à mon goût. 

Beaucoup de défauts, donc...même si la lecture n'est pourtant pas totalement désagréable grâce à l'ambiance, aux rebondissements et à un final percutant. À voir comment les choses vont évoluer malgré les fondations fragiles de ce nouvel univers...

En bref

En bonus, on retrouve une postface de Straczynski, des couvertures variantes, un extrait illustré du scénario et la biographie des auteurs.

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (771)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)