Un récit angoissant

Celui qui hantait les ténèbres est un manga de Gou TANABE, qui met en image le roman du même nom de H.P. Lovecraft.

Avant toute chose, il faut souligner le travail d’édition magnifique de ce manga avec une couverture en similicuir verte, très agréable au toucher. La couverture est très mystérieuse, voire angoissante et reprend les éléments des deux histoires que composent cet opus.

Dagon

Tout d’adord, Dagon, histoire assez courte – une trentaine de pages - ayant lieu durant la première guerre mondiale. Il s’agit du récit d’un homme qui s’est échappé d’un bateau où il était prisonnier. Il échoue, après plusieurs jours, dans un lieu dont le sol est fait de reste de carcasses en décomposition. Après une longue marche, il arrive à un objet blanc brillant sculpté de bas-reliefs ressemblant à un obélisque. Cet objet semble être un lieu de culte à des créatures aquatiques aux pieds et mains palmées. Une de ces créatures faisant son apparition, le protagoniste s’enfuit mais finit par s’évanouir arrivé à son embarcation puis se réveille à l’hôpital. Il ne sait pas s’il a rêvé ou vraiment vécu cet événement.

Cette première histoire est assez prenante de part les interrogations du personnage. On se retrouve « dans sa tête » avec le récit à la première personne, ce qui favorise l’identification avec le personnage et une immersion totale.

Celui qui hantait les ténèbres

Ensuite, Celui qui hantait les ténèbres, histoire beaucoup plus logue, composé de trois chapitres. Il s’agit, ici aussi, du récit de la personne ayant vécu les événements, mais à travers le récit qu’il en a laissé. En effet, cet homme a été retrouvé mort chez lui, enfermé à clé de l’intérieur, sans dégâts autour de lui.

Il s’agit d’un écrivain qui est attiré par la vue d’une immense église noire au loin. Intrigué par cet édifice, il décide d’aller à sa rencontre. Les habitants sont très évasifs à son sujet, quand ils ne font pas semblant de ne pas connaitre cette église. Ce côté intriguant pousse le personnage à visiter cette église et finit par découvrir une pierre polie qui lui permet d’avoir des visions de mondes inconnus mais surtout une créature démonique fait son apparition.

Cette seconde histoire est davantage construite que la première, du fait de son nombre de pages plus conséquent – plus d’une centaine de pages, et le découpage en chapitres. Une certaine angoisse se créée au fur et à mesure de la lecture. On a envie d’en savoir davantage sur les différentes découvertes du protagoniste.

Les dessins des deux histoires sont très précis et très agréables, que ce soit les décors ou les visages. On a droit à des pleines pages voire même des doubles pages du plus bel effet.

Ces dessins sont très noirs et participent à donner un sentiment angoissant aux deux histoires. Dans la seconde histoire, Gou TANABE joue beaucoup avec les ombres et la lumière et nous intègre davantage dans l’histoire.

Au début du manga, une sorte de préface – d’une seule page - présente le Necronomicon, ouvrage fictif inventé par H.P. Lovecraft, devenu le symbole du livre maléfique, que l’on retrouvera dans l’une des deux histoires.

J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ces deux histoires. On vit vraiment les aventures des différents protagonistes. L’auteur réussit à créer une ambiance angoissante, sans que cela ne fasse peur bien sûr. C’est une réussite !

En bref

Si vous avez envie de lire une oeuvre angoissante, foncez lire "Celui qui hantait les ténèbres". L'auteur, Gou TANABE, qui reprend le roman éponyme d'H.P. Lovecraft nous permet une identification aux personnages et une immersion totale dans les deux histoires du manga.

9
Positif

les dessins

l'identification aux personnages

l'immersion totale

un scénario de Lovecraft

Negatif

Kikô2401 Suivre Kikô2401 Toutes ses critiques (27)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Boutique en ligne
15,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)