8

Critique de Dans la nuit noire

par bulgroz le jeu. 10 juin 2021 Staff

Rédiger une critique
Dans la nuit noire

Pas facile d’avoir treize ans !

Le corps qui se transforme, le collège, la brutalité du monde qui apparaît plus clairement… Tout ça provoque souvent un grand malaise, d’autant plus quand on vit aux États-Unis, dans les années 1950 et qu’on s’interroge sur sa sexualité au moment où notre famille éclate et que, disons-le ainsi, on n’a pas grand monde à qui se confier.

Voici donc, dans les grandes lignes, le portrait de Russell Pruitt, un adolescent évoluant dans un univers tout à fait hostile.

Dans la nuit noire n’est pas une œuvre biographique au sens strict (bien que David Small nous indique s’être inspiré des souvenirs d’enfance de différentes personnes) mais qu’importe : tout sonne vrai !

Ce qui aurait pu être un récit larmoyant, introspectif, voire même thérapeutique s’avère être beaucoup plus fin que ça. Et cela tient, en partie, grâce une narration vraiment bien pensée : l’auteur, très économe en dialogues, s’appuie sur de grandes cases formant des séquences très lisibles, on est parfois proche du dessin animé.
Ce dynamisme, qu’on ressent dès les premières pages, fait que Dans la nuit noire est une lecture relativement rapide et absolument pas ennuyeuse, et ce malgré la thématique austère et le gris omniprésent.

Mais tout cela ne serait qu’une belle coquille vide sans l’autre point fort du récit : sa galerie de personnages.
Russell, pour commencer, semble n’avoir aucun contrôle sur ce qui lui arrive. Toutes ses décisions paraissent prises par défaut, et durant toute l’histoire il assiste aux choix des autres comme s’il était le spectateur de sa propre vie, ce qui le conduit inévitablement à ne pas faire ce qu’il aurait dû, ou pire : faire ce qu’il n’aurait pas dû.

Pas facile d’avoir treize ans.

Cela dit, loin de moi l’idée d’accabler ce pauvre Russell ! Les personnages qui l’entourent ne sont pas toujours des modèles à suivre.
Mais même là, on aurait du mal à les blâmer tellement tous sont des personnalités complexes aux motivations qui le sont tout autant. Certains personnages, pourtant, apportent la lueur d’espoir qu’il faut, permettant ainsi à Russell comme au récit de s’extraire de cette nuit noire dans laquelle il s'enfonce depuis le début.

Bien que sombre et peu joyeuse, Dans la nuit noire n’est pas une œuvre triste, et ça tient à un savant équilibre que David Small maîtrise plutôt très bien !

En bref

Dans la nuit noire est une œuvre surprenante. Très dynamique, très rapide, s'intéressant aux doutes et aux malaises d'un adolescent de treize ans, et avec lui à toute une galerie de personnages attachants, qu'ils aient décidé de l'aider à sortir de l'ombre ou pas.

8
Positif

Des personnages attachants et complexes

Une narration très dynamique

Les longs passages muets

Negatif

bulgroz Suivre bulgroz Toutes ses critiques (86)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 1 0 Commenter !
Boutique en ligne
24,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)