6

Critique de Deadpool - Assassin

par Le Doc le sam. 26 juin 2021 Staff

Rédiger une critique
Ca va trancher, chérie !

Ces jours-ci, Cullen Bunn enchaîne les mini-séries horrifiques pour divers éditeurs. Mais avant cela, le prolifique scénariste travaillait aussi régulièrement pour Marvel et DC...et pour la Maison des Idées, il fut pendant plusieurs années l'un des chroniqueurs réguliers des aventures du Mercenaire Disert, Deadpool avec pléthore de titres comme Deadpool kills the Marvel Universe, Deadpool Killustrated, Deadpool & The Mercs with Money, Deadpool kills Deadpool, Deadpool kills the Marvel Universe again, etc, etc, etc...

Même s'il y avait de bonnes choses, ça semblait tout de même sans fin à l'époque. La fin est pourtant arrivée en 2018 avec la mini-série Deadpool Assassin, la toute dernière histoire écrite par Cullen Bunn sur le personnage créé il y a 30 ans par Fabian Nicieza et Rob Liefeld. Bunn réunit Deadpool et son vieux complice la Fouine...ce dernier a tenté de se ranger mais il s'est vite rendu compte qu'il ne pouvait renoncer aussi facilement à son ancienne vie et continue en secret (car il n'a rien dit à sa tendre épouse) de dénicher des contrats pour Wade. Deadpool exprime aussi des envies de retraite...mais il ne faut pas se leurrer : comme la Fouine, il a le mercenariat dans le sang...

Le premier chapitre donne bien le ton : pendant six épisodes, les membres vont s'éparpiller façon puzzle et le sang va couler à flots. Wade enquille les missions mais c'est une erreur de la Fouine à la Nouvelle-Orléans qui va faire dégénérer les choses (encore plus qu'elles ne le sont) et Deadpool aura alors sur le dos une horde d'assassins envoyés par la Guilde dirigée par Belladonna Boudreaux. Pour son dernier comic-book Deadpool, Cullen Bunn s'est livré en quelque sorte à un "résumé" de tous les éléments qui collent aux basques du mercenaire: sa relation avec la Fouine, son "éthique" (si on peut appeler ça comme ça) particulière, les nombreux monologues à direction des lecteurs...mais avec un peu plus de gore que dans ses autres histoires sur la plus grande gueule de l'univers Marvel.

Il y a une certaine efficacité dans l'action (dynamique et bien servie par le toujours solide Mark Bagley...j'aime toujours autant son style), de bons passages (notamment une petite ambiance horrifique plutôt bien maîtrisée dans la dernière ligne droite)...mais Deadpool Assassin n'échappe pas aussi à un côté répétitif et à des dialogues un peu trop appuyés et lourdingues qui rendent l'ensemble inégal. Défauts que l'on retrouve aussi dans d'autres entrées de la production Deadpoolienne de Cullen Bunn...

En bref

Les couvertures (régulières et variantes) et la biographie des auteurs complète le sommaire.

6
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (862)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Boutique en ligne
18,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)