8

Critique de Texas Blood #1

par Auray le mer. 14 juil. 2021 Staff

Rédiger une critique
Joe, il s'appelle Joe Bob Coates

On commence à connaître Jacob Phillips à travers les différents comics Delcourt qui nous sont proposés. Pourtant, Texas Blood va nous vendre une autre partie du travail de cet artiste et jusque-là, assez inédit. Il ne sera pas seulement crédité à la couleur, mais aussi aux dessins. Comme souvent, quand on est le fils d'une personnalité connue et reconnue, ici, Sean Phillips, le maître du polar, il est difficile de se lancer dans ce genre d'aventure. Nous allons voir tout de suite si la pomme n'est pas tombé bien loin de l'arbre.

On peut l'écrire dès à présent, pour un premier essai, c'est assez concluant. Il ne faut évidemment pas non s'attendre à une copie du travail de son père. Déjà ça n'apporterait rien de plus, on a toujours sa propre vision des évènements contés, même si c'est les mêmes. Bref, on sent que c'est de la même souche, mais avec quelques différences, comme plus de traits sur le visage, même si les personnages sont moins ridés. Mais, c'est surtout la colorisation qui est différente, plus teintée de couleurs claires pour illustrer le Texas de l'ouest des frères Coen, et du rouge, pour la brutalité, forcément.

Car, si le scénario du romancier Chris Condon a bien en commun avec les polars de M.Brubaker, c'est le rythme lent, détaillé par une narration constante, où le poids du passé hante les différents personnages. Il y aura toujours cette espèce d'épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes et qui interféra dans les actes de chacun, à un moment ou un autre. C'est juste que l'on ne sait pas encore quand.

Pour l'introduction, ce sera bien entendu le personnage de shérif sur la fin de carrière qui se mit en valeur, Joe Bob Coates. Il commence une énième enquête avec nous, où le destin a encore fait des siennes. Il subit les événements au fur et à mesure des pages en cherchant un dénommé Ray, et la fin n'en sera pas autrement. Un très bon moment qui place directement dans l'ambiance de ce titre incroyable.

Mais, c'est la deuxième manche qui est encore plus appétissante. Là, on rentre dans le vif du sujet avec une personne plus complexe encore, Randy Terril. Ce dernier est à la recherche de la vérité au sujet de la mort de son frère, Travis. Les coupables sont dans la ville, et il compte bien remédier au fait qu'ils sont eux, encore bel et bien vivants. Pourtant, il ne fait pas le poids pour ce genre d'acte, ce n'est que quelqu'un de bien rangé à présent, il a mis cette ancienne vie macabre de côté depuis bien longtemps. Mais quand on revient sur les lieux de ses méfaits d'enfance, tout le passé nous revient en pleine face.

Texas Blood est signé de la main aguerrie de Jacob Phillips, formidablement bien aidé par Chris Condon. Une équipe qui n'a rien à envier à celle composé d'Ed Brubaker et Sean Phillips, et rien que ça, c'est vraiment un exploit en soi que je salue très bas. Cette série fera deux tomes, mais on n'est pas à l'abri de revoir Joe par la suite, ainsi que sa femme, Martha, comme on peut le voir dans une série comme Criminal. Franchement, je serais ravi, tant j'ai pris du plaisir à faire un tour dans le comté d'Ambrose avec eux... même si j'ai failli y laisser ma peau !

En bref

« Bon, j'ai trouvé le plat à gratin. »

8
Positif

Un western moderne se déroulant au Texas

La narration met l'ambiance polar en avant

Le dessin donne des têtes comme on les aime pour ce type de récits

La colorisation est claire comme le sable, rouge comme le sang

Les titres et les phrases d'accroches

Joe, Ray, Randy, Martha, Sara...

Negatif

Auray Suivre Auray Toutes ses critiques (543)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Boutique en ligne
15,95€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)