7

Critique de Suicide Squad présente Peacemaker

par Le Doc le jeu. 5 août 2021 Staff

Rédiger une critique
Il aime tellement la paix qu'il est prêt à se battre pour elle...avec un seau sur la tête...

Interprété sur le grand (dans The Suicide Squad de James Gunn, actuellement dans les salles) et sur le petit écran (dans une série TV à venir) par John Cena (comme la couverture de l'album se charge de nous le rappeler), Peacemaker a débuté sa carrière éditoriale en 1966 au sein de la maison d'édition Charlton Comics avant d'être intégré dans la continuité de l'univers DC presque 20 ans plus tard. En effet dans les années 80, la maison de Batman et Superman a fait l'acquisition du catalogue Charlton, amenant ainsi des personnages comme Captain Atom, Blue Beetle, The Question ou encore le Peacemaker en profitant de l'événement Crisis on Infinite Earths

Après avoir failli faire partie du projet Watchmen de Alan Moore comme tous les autres héros Charlton, Peacemaker est passé entre les mains du scénariste Paul Kupperberg qui a orchestré ses premières apparitions (jusque là restées inédites en V.F.), compilées dans ce volume publié par Urban Comics. La première partie du sommaire  est composée de trois épisodes du Vigilant, un justicier que l'on pourrait résumer grossièrement comme étant un hybride Daredevil/Punisher.

Lorsque Vigilante #36 débute, on découvre que Adrian Chase a abandonné l'identité du Vigilante et a transmis son costume et son arsenal à un certain Dave Wilson. Avec sa petite amie, le juge embarque pour un vol en direction de Londres...il va hélas se rendre compte qu'il ne peut échapper à son destin lorsque l'avion devient la proie de terroristes. Le nouveau Vigilant se rend sur les lieux, mais il est précédé par un autre justicier aux méthodes expéditives (et totalement chtarbé puisqu'il parle à son casque), le Peacemaker.

Ces trois numéros intenses et violents (les remplaçants du Vigilant ne font jamais de vieux os) présentent efficacement cette incarnation du Peacemaker par le biais des personnages secondaires dont Valentina Vostok (vue également dans la série Doom Patrol). La situation initiale évolue en traque dans une atmosphère explosive (certains éléments sont encore tristement d'actualité) alimentée par les actes de deux redresseurs de torts pas vraiment stables mentalement. L'action et le suspense sont bien menés...par contre, la partie graphique a ses hauts et ses bas (Denys Cowan et Tod Smith ne s'accordant pas vraiment sur l'apparence du Peacemaker par exemple).

Tod Smith est également aux dessins de la mini-série Peacemaker sortie en 1988. Une prestation qui reste inégale selon les chapitres malgré un certain dynamisme dans les scènes d'action. Le scénario de Paul Kupperberg développe les contradictions de Christopher Smith, le "diplomate pacifiste (!) qui veut la paix en préparant la guerre" tout en plongeant dans la folie d'un psychopathe littéralement hanté par une figure paternelle (très) difficile à assumer. Les épisodes sont assez denses (mais il faut tout de même des bonus sous forme de "rapports officiels" pour en savoir plus) et si le contexte n'évite pas les clichés (avec un Fu Manchu du pauvre en vilain sur fond de Guerre Froide) et aurait mérité encore plus de folie dans le traitement, l'imprévisibilité du Peacemaker rend cette aventure plutôt divertissante malgré quelques lourdeurs dans les dialogues.

En bref

Des défauts certes, mais dans l'ensemble un bon album qui permet de découvrir un personnage méconnu au moment de son passage sur grand écran.

7
Le Doc Suivre Le Doc Toutes ses critiques (847)
Qu'avez-vous pensé de cette critique ? 0 0 Commenter !
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Boutique en ligne
20,00€
Laissez un commentaire
Commentaires (0)